Fondation Res Publica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Respublica.

Fondation Res Publica
Image illustrative de l’article Fondation Res Publica

Domaine d'activité Etablissement reconnu d'utilité publique
Histoire
Création décret du 30 décembre 2005
Budget
Financement Subventions publiques, dons de personnes morales et physiques
Caractéristiques
Personnes-clés Jean-Pierre Chevènement
Orientation politique Républicaine
Siège 52, rue de Bourgogne 75007 Paris
Site web www.fondation-res-publica.org

La Fondation Res Publica est une fondation reconnue d'utilité publique, par décret du 30 décembre 2005[1] et présidée par Jean-Pierre Chevènement.

Description[modifier | modifier le code]

La Fondation s'est donnée pour objectif la réflexion, l'analyse et la capacité de proposer des choix de politiques publiques, face aux grands enjeux actuels, dans le cadre national et dans le cadre du monde globalisé. La Fondation souhaite une évolution vers un dialogue réel des cultures et des nations, dont la traduction politique est la multilatéralité dans la prise de décision et la conduite des actions les plus conséquentes pour l'avenir du monde.

La Fondation Res Publica s’est attachée, depuis sa création, à examiner les principaux défis actuels dans leur dimension thématique (crise économique et financière internationale[2], avenir de l’euro[3], politique industrielle[4], par exemple).

Depuis 2009, elle s’est consacrée particulièrement à l’analyse des phénomènes marquants de la crise et du désordre mondial. La crise systémique du capitalisme financier met en évidence la nécessité de réformer le système bancaire[5] ainsi que le système monétaire international[6].

En 2012, et pour la première année, la Fondation Res Publica met en place un prix récompensant un travail universitaire de type « mémoire » (50 à 70 pages) sur le thème de « l’idée républicaine » (perceptions/représentations et/ou actualité des valeurs républicaines). Ce prix s’adresse aux étudiants en Master 2 ou en voie doctorale, en science politique, histoire contemporaine, économie, relations internationales, sociologie, etc.

Organisation[modifier | modifier le code]

Son conseil d'administration est composé de sept personnes.

Son conseil scientifique est présidé par Alain Dejammet. Les membres de ce conseil sont : Pierre Antonmattei, François Autain, Jean-Yves Autexier, André Barilari, Marie-Françoise Bechtel, Françoise Bellanger, Yannick Blanc, Yéro Boly (en), Lucien Bourgeois, Boutros Boutros-Ghali, Gaël Brustier, Pierre Conesa, Jean-Marie Delarue, Jacques Fournier, Jean-Luc Gary, Jean-Luc Gréau, Christophe Guilluy, Loïc Hennekinne, Thomas Honnet, Édouard Husson, Anne-Marie Le Pourhiet, Thierry Le Roy, Julien Landfried, Redha Malek, Dieudonné Mandelkern, Didier Motchane, Sami Naïr, Moctar Ouane, Jean-Paul Pagès, Pierre Papon, Jean-Jacques Payan, Henri Peña-Ruiz, Nathalie Pilhes, Jean-Michel Quatrepoint, Patrick Quinqueton, Youri Roubinski, Michel Suchod, Michel Troper, Jacques Warin.

Direction
  • Président : Jean-Pierre Chevènement
  • Directeur : Baptiste Petitjean
  • Président du conseil scientifique : Alain Dejammet
  • Secrétaire générale : Danièle Duwoye
  • Conseiller éditorial et organisationnel : Jean-Yves Autexier
  • Conseiller éditorial et communication : Julien Landfried
  • Transcriptrice : Marie-Pierre Logelin

Prises de position[modifier | modifier le code]

Fondée sur l'exigence et l'actualité d'un modèle républicain pour le XXIe siècle, la Fondation a tout particulièrement consacré sa réflexion à la crise économique internationale, aux réponses à apporter, au nouveau modèle de développement à favoriser, à la lumière d'un intérêt général seul capable d'équilibrer les dérives du marché. À travers le prisme républicain, la Fondation cherche à approfondir sa réflexion[7] sur :

  • L’école
  • La laïcité
  • La nationalité fondée sur la citoyenneté
  • Le rôle de l’État
  • Le rejet du communautarisme
  • La prévalence de l’intérêt général
  • La garantie des libertés publiques

La Fondation Res Publica a également orienté sa réflexion à partir de cadres géographiques particuliers : espace euro-méditerranéen[8], les révoltes dans le monde arabe[9], la Chine[10], l’Amérique latine[11] ou encore l’avenir de l’Iran[12], etc.

Elle a réservé une place très importante à l’Europe et à la relation franco-allemande dans toutes ses dimensions[13]. En effet, la Fondation consacre beaucoup d’effort à la connaissance approfondie des évolutions de notre voisin et partenaire. Il s’agit de formuler un cadre de réflexion et des propositions en mesure d’influencer la politique de l’Allemagne et de promouvoir la croissance en Europe, sans dissimuler les obstacles qui se trouvent sur ce chemin.

La Fondation s’est également consacrée à une réflexion approfondie sur l’évolution de la société : l’École et la société du savoir[14], l’évolution des inégalités en France[15], l’organisation du travail[16], l’analyse du système politico-médiatique[17], les enjeux environnementaux[18]

Ouvrages et publications[modifier | modifier le code]

La Fondation Res Publica dispose d’un large éventail de textes de réflexion et d’analyse portant sur des sujets plus spécifiques et plus en lien avec l’actualité :

  • Réindustrialisation[19]
  • Crise de la zone euro[20]
  • Réforme des collectivités territoriales[21]
  • Suivi de l’actualité politique internationale[22]

La collection L'idée républicaine est éditée par la Fondation Res Publica avec les éditions Fayard. Les ouvrages parus sont :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Décret du 30 décembre 2005 portant reconnaissance d'une fondation comme établissement d'utilité publique », sur www.legifrance.gouv.fr, (consulté le 11 juin 2012)
  2. Radiographie et perspectives de la crise Colloque du 13 décembre 2011
  3. Approches théorique et pratique de la monnaie commune. Table-ronde du 13 février 2012
  4. Stratégie des grands groupes et politique industrielle de la France Colloque du 12 avril 2010
  5. La réforme des banques Colloque du 23 janvier 2012
  6. Quel système monétaire international pour un monde multipolaire ? Colloque du 19 octobre 2010
  7. A demain la République ? Colloque du 10 octobre 2011
  8. Quelles perspectives pour la France en Méditerranée ? Colloque du 17 janvier 2011
  9. Un printemps arabe ? Séminaire du 26 mai 2011
  10. Qu'est-ce que le communisme chinois ? Séminaire du 22 février 2010
  11. L’Amérique latine en mouvement Colloque du 14 décembre 2009
  12. Où va l’Iran ? Colloque du 23 novembre 2009
  13. Les choix de l’Allemagne Colloque du 18 octobre 2010
  14. Quelle université française pour demain ? Colloque du 13 septembre 2010
  15. Que sont devenues les couches populaires ? Séminaire du 30 novembre 2009
  16. Une politique du travail Colloque du 9 janvier 2012
  17. La démocratie peut-elle survivre au système politico-médiatico-sondagier ? Colloque du 10 septembre 2007
  18. Quelle politique industrielle pour relever le défi climatique ? Colloque du 16 mai 2011
  19. La réindustrialisation doit être le cœur de cible de toute action publique Baptiste Petitjean, le 15 novembre 2011
  20. La crise de l’euro marque la fin de l’ « irreal politik » fédérale Julien Landfried, le 21 septembre 2011
  21. Collectivités territoriales : faire de la politique Patrick Quinqueton, le 23 juin 2011
  22. Les prémices d’un pluralisme politique « à la russe » ? Kevin Limonier, le 20 janvier 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Pages liées[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]