Fondation Jean-Monnet pour l'Europe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fondation Jean Monnet pour l'Europe
Vue extérieure du bâtiment
Vue extérieure du bâtiment
Informations générales
Type Archives privées
Création 1978
Forme juridique Fondation reconnue d'utilité publique
Président Pat Cox
Directeur Gilles Grin
Bâtiment
Bâtiment Ferme de Dorigny
Construction Fin XIXe siècle
Destination initiale Exploitation agricole
Informations géographiques
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
Ville Lausanne
Adresse Ferme de Dorigny
Coordonnées 46° 31′ 26″ nord, 6° 34′ 57″ est
Site web Site officiel

Géolocalisation sur la carte : Lausanne

(Voir situation sur carte : Lausanne)
Fondation Jean Monnet pour l'Europe

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Fondation Jean Monnet pour l'Europe

La Fondation Jean-Monnet pour l’Europe est une fondation d’utilité publique, apolitique et non partisane, créent en 1978 par Henri Rieben et par Jean Monnet dans le but d’accueillir l’ensemble des archives de ce dernier.

Elle siège depuis sa création à Lausanne (Suisse), et est installée depuis 1981 au cœur du campus de l’Université de Lausanne (UNIL) dans la Ferme de Dorigny.

Historique[modifier | modifier le code]

La création de la Fondation Jean-Monnet pour l’Europe à Lausanne prend racine dans celle de plusieurs autres associations précédemment mises sur pieds par Jean Monnet et par Henri Rieben. Ce dernier s’est attiré dès 1955 la sympathie puis l’amitié de Monnet grâce à sa thèse de doctorat dans laquelle il expose les origines du Plan Schuman[1].

Plusieurs associations naîtront de la proximité qui s’est créée entre les deux hommes. Le dévouement et le grand intérêt de Rieben pour Monnet ainsi que la facilité d’inscrire une association en Suisse sont des éléments indispensables pour en comprendre les raisons.

La première, l’Association de gestion administrative du Comité d'action pour les Etats-Unis d'Europe, est enregistrée en 1955 dans le Registre du commerce du district de Lausanne. Henri Rieben devient son secrétaire administratif et Monnet en sera le président. Les locaux du Comité se trouvent cependant à l’avenue Foch, à Paris, jusqu’en 1975, date de sa dissolution.

En 1957, Monnet et Rieben créée à Lausanne une nouvelle association à but non lucratif : le Centre de recherches européennes. Animé par Rieben, le Centre va mener, en collaboration avec d’autres chercheurs, plusieurs recherches liées aux questions européennes. Ces recherches sont notamment publiées dans la collection des Cahiers rouges associée dès l’origine au Centre. La Fondation publie encore cette collection, dont les objectifs sont : « nourrir le débat autour du processus d’intégration en publiant des études ou des prises de position ; sauvegarder et diffuser une mémoire de la construction européenne en récoltant et en publiant des témoignages de protagonistes. »[2]

Une troisième association a précédé la création de la Fondation et a également été enregistrée à Lausanne sous les signatures du président Jean Monnet et du secrétaire administratif Henri Rieben. Il s’agit de l’Institut de recherches historiques européennes créé en 1963 et qui a pour objectif de « réunir des archives sur les circonstances et les méthodes de l’unification européenne et [à] les élaborer »[3]. L’Institut servira de fait à rassembler les archives personnelles de Jean Monnet et à la réalisation des études historiques à la base de l’écriture des mémoires de Jean Monnet publiés en 1976[4]. Les locaux de l’Institut étaient situés à Paris, avenue Foch, dans ceux du Comité d’action et de son Centre de documentation.

La décision de créer une Fondation qui abriterait l’entièreté des archives de Jean Monnet est prise par ce dernier en 1978. Le transfert des archives de Paris à Lausanne a lieu à l’automne de la même année, 6 mois avant le décès de Jean Monnet. L’Institut est dissout dans la Fondation à sa création et le Centre de recherche y est rattaché en 1983.

Mission et organisation[modifier | modifier le code]

La mission de la Fondation, souhaitée par Monnet, est de « créer à partir de [ses archives] et de celles d’autres protagonistes de l’Europe unie une mémoire vivante de la réconciliation et de l’union des Européens, de la mettre à la disposition des chercheurs, de guider ceux-ci, de conduire ses propres recherches et de poursuivre par les Cahiers rouges l’information des responsables et des citoyens. »[5]

La Fondation est active tant au niveau académique que culturel notamment par l’organisation d’événements (conférences, dialogues, colloques, remise de sa Médaille d’or) à portée européenne et internationale, la conservation et la mise en valeur de son patrimoine archivistique, ainsi que par la réalisation ou le soutien à la recherche académique axée sur l’Europe ou sur la relation Suisse-Europe, notamment par l'intermédiaire d'une bourse attribuée chaque année à des doctorants venant d'Europe et au-delà.

Présidents de la Fondation[modifier | modifier le code]

Ses présidents ont été les suivants :

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

La Fondation est dépositaire de l'ensemble des archives de Jean Monnet et conserve également d'autres fonds privés de personnalités ayant participé à la construction européenne dont notamment :

La qualité des fonds d'archives de la Fondation l'a fait classée comme bien culturel suisse d'importance nationale[6].

Médaille d'or de la Fondation[modifier | modifier le code]

La Médaille d'or de la Fondation Jean Monnet pour l'Europe a été attribuée à :

Publications[modifier | modifier le code]

La Fondation édite depuis 1957 de nombreux textes regroupé en deux collections :

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Henri Rieben, Réconcilier et unir les Européens, Lausanne, Fondation Jean Monnet pour l'Europe, , 240 p., p. 17
  2. a et b « Collection des Cahiers rouges », sur jean-monnet.ch (consulté le 15 septembre 2017)
  3. Henri Rieben, Réconcilier et unir les Européens, Lausanne, Fondation Jean Monnet pour l'Europe, , 240 p., « Extrait du registre du commerce de Lausanne - Institut de recherche historiques européennes ». 7 juin 1963, p. 140
  4. Delphine Pandazis, La genèse des Mémoires de Jean Monnet (1952-1976) ou les coulisses d'une entreprise collective (mémoire de Master sous la direction de Mme Raphaëlle Ruppen Coutaz), Lausanne, Université de Lausanne, Faculté des lettres,
  5. « Ses origines », sur jean-monnet.ch (consulté le 15 septembre 2017)
  6. [PDF] L'inventaire édité par la confédération suisse, canton de Vaud
  7. « Lancement de la Collection débats et documents », sur jean-monnet.ch, (consulté le 15 septembre 2017)

Lien externe[modifier | modifier le code]