Fondation Copernic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fondation Copernic
Image illustrative de l'article Fondation Copernic

Domaine d'activité généraliste
Histoire
Création 1998
Budget
Caractéristiques
Siège Paris
Publications Notes de la Fondation Copernic
Site web fondation-copernic.org

Créée en 1998 à Paris, la Fondation Copernic est un cercle de réflexion critique du libéralisme.

Présentation[modifier | modifier le code]

Née en 1998 à l’initiative de Jacques Kergoat et à l’appel de quelque 350 chercheurs, syndicalistes, universitaires, associatifs, hauts fonctionnaires, responsables politiques, hommes et femmes de culture, la Fondation Copernic s’est d’abord voulue, et constituée, comme une « anti-Fondation Saint-Simon » — qui prônait, elle, le caractère indissociable de l'économie de marché et de la démocratie, proclamait la « fin des idéologies » et n’envisageait l’action politique que comme un aménagement à la marge du système existant. Dans son Appel fondateur[1], la Fondation Copernic considère que « les idées libérales ont, depuis des décennies, très largement imprégné les politiques menées en France », provoquant un « désastre social » que seules des politiques alternatives fondées sur des projets conçus et éprouvés par les acteurs sociaux eux-mêmes peuvent enrayer et réparer.

Créée « pour remettre à l’endroit ce que le libéralisme fait fonctionner à l’envers », la Fondation Copernic rassemble depuis lors acteurs du mouvement social, spécialistes et praticiens divers, associatifs, politiques ou simplement engagés, féministes et écologistes, afin que tou-te-s s’y côtoient et élaborent ensemble une contre-expertise analytique et propositionnelle.

Soucieuse de son indépendance et restant par principe hors du jeu électoral, Copernic n’est liée à aucun parti politique, aucun syndicat, aucune association, mais veut favoriser la convergence de toutes les organisations politiques, syndicales et associatives qui contestent l’ordre néolibéral et refusent que l’action politique soit réduite à l’accompagnement social de ses contre-réformes. Elle s’adresse à toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans cette démarche.

Activités[modifier | modifier le code]

Par l’intermédiaire de ses groupes de travail (rassemblant des universitaires et des acteurs du mouvement social), dont les conclusions sont éditées sous forme de courts ouvrages argumentés (les « Notes et Documents de la Fondation Copernic » publiés chez Syllepse[2]), Copernic prend part au débat public, participe à l’éducation populaire et travaille à apporter un autre éclairage, notamment sur les questions sociales et économiques. Chaque ouvrage se veut l’expression et l’outil de ce qui fait consensus à gauche de l’espace politique et intellectuel. Réforme du droit du travail ou de la fiscalité, constitution européenne, réforme de l’assurance maladie, réforme des retraites, lois sécuritaires, école, dépendance, démantèlement des services publics ou de la médecine du travail, campagne pour l’eau publique, pour l’égalité des droits, construction européenne… À chaque fois, Copernic informe, analyse, propose.

Productrice de contenu, Copernic se veut également initiatrice de mobilisations. Acteur du mouvement social, elle favorise la création de collectifs larges. Cheville ouvrière d'une structure unitaire pour le « non de gauche » au Traité constitutionnel européen (2005)[3], elle avait auparavant organisé, avec le Mouvement de la Paix, le rassemblement contre la Guerre en Irak (2002)[4], puis engagé la campagne « Travailler tue ! » (2009)[5]. Elle a initié ensuite, avec Attac, la campagne contre le projet de réforme reculant l’âge de la retraite (2010, et plus de 500 réunions publiques à travers la France), avant de lancer, fin 2011, avec le DAL et la Plate-forme Logement des Mouvements sociaux, sur le long terme, une grande campagne nationale unitaire « Contre le logement cher : un toit, c’est un droit ! »[6]. Parallèlement dans le cadre d’une revendication qualifiée « d'égalité des droits », Copernic a lancé la campagne « Homos, hétéros, même loi, mêmes droits »[7]. Enfin Copernic a participé au lancement du collectif « Pour un Audit citoyen de la Dette publique »[8] et de prendre part au collectif « Pour un pôle public financier au service des droits » (2012)[9].

La Fondation Copernic organise aussi un Séminaire[10] mensuel, et anime une émission de radio sur Fréquence Paris Plurielle[11], le dernier vendredi de chaque mois.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

La Fondation Copernic est animée par un Bureau[12] actuellement coprésidé par Janette Habel et Pierre Khalfa. La coordination générale est assurée par Willy Pelletier, Claire Le Strat est déléguée générale. Ce Bureau est élu par un Conseil d’orientation, qui avalise ses productions, et soutenu par un Comité de parrainage[13].

Ont précédemment présidé la Fondation, successivement : Yves Salesse, Évelyne Sire-Marin, Roger Martelli et Caroline Mécary[réf. nécessaire].

Les Notes et Documents de la Fondation Copernic[modifier | modifier le code]

  • En finir d’urgence avec le logement cher, avec le DAL, Syllepse, 2013.
  • Retraites : l’alternative cachée, avec Attac, Syllepse, 2013.
  • Un an après l'élection de François Hollande - Tableau d'un glissement néolibéral, Syllepse, 2013.
  • Le féminisme pour changer la société, avec Attac, Syllepse, 2013.
  • Un accord « donnant-perdant » pour les salariés : l’ANI décrypté, 2013.
  • En finir avec la compétitivité - Le contre rapport, avec Attac, Syllepse, 2012.
  • Changer vraiment ! Quelles politiques économiques de gauche ?, Syllepse, 2012.
  • Sarkozy : bilan de la casse, Syllepse, 2012.
  • L'Éducation nationale en danger, Syllepse, 2011.
  • Répression et discrimination syndicales, Syllepse, 2011.
  • Un impôt juste pour une société juste, Syllepse, 2011.
  • Dépendance, affaire privée ou sécurité sociale ?, Syllepse, 2011.
  • Ficher, filmer, enfermer, vers une société de surveillance ?, Syllepse, 2011.
  • Retraites - L'heure de vérité, avec Attac, Syllepse, 2010.
  • Travailler tue en toute impunité, Syllepse, 2009.
  • Face aux crises, une autre Europe, Syllepse, 2009.
  • Manifestes pour l’eau publique, Syllepse, 2009.
  • Voter et se taire ?, Syllepse, 2008.
  • L’indigent et le délinquant, Syllepse, 2008.
  • Revendiquer et s’organiser !, Syllepse, 2008.
  • Pour en finir avec la précarité, Syllepse, 2008.
  • Propositions pour des politiques alternatives, Syllepse, 2007.
  • Résister au sécuritaire, Syllepse, 2006.
  • Propositions pour sortir du libéralisme, Syllepse, 2006.
  • Homosexualité : mariage et filiation pour en finir avec les discriminations, Syllepse, 2005 [14].
  • Pour l'éducation permanente, Syllepse, 2005.
  • Collège : peut mieux faire !, Syllepse, 2005.
  • EDF-GDF : Non à la privatisation-spoliation. Projet pour une refondation du service public, Syllepse, 2004.
  • Europe : une alternative, Syllepse, 2003.
  • Main basse sur l'assurance maladie, Syllepse, 2003.
  • Pour un "Grenelle de l'Unedic". Refonder l'indemnisation du chômage, Syllepse, 2003.
  • Les Retraites au péril du libéralisme, 3e éd. revue et augmentée, Syllepse, 2002.
  • Diagnostics pour sortir du libéralisme, Syllepse, novembre 2002.
  • L'Appropriation sociale, Syllepse, 2002.
  • Égalité sans frontière. Les immigrés ne sont pas une marchandise, Syllepse, 2001.
  • Pour un plein emploi de qualité. Critique du social-libéralisme (à propos du rapport Pisani-Ferry), Note n°6, 2001. (Nouvelle édition remaniée : Un social-libéralisme à la française ? Regards critiques sur la politique économique et sociale de Lionel Jospin, La Découverte, non distribué par la Fondation.)
  • Medef : la refondation antisociale, Note n°5, 2000.
  • L'Exercice de la citoyenneté et la démocratisation des institutions, Note n°4, 2000.
  • La Fiscalité sous pression libérale, Note n°3, 2000.
  • Retraites, d'autres propositions, Note n°2, Paris, 2000.
  • Retraites, l'autre diagnostic, Note n°1, Paris, 1999.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Appel fondateur, 1998.
  2. Collection Fondation Copernic chez Syllepse
  3. En lançant l'Appel des 200 pour dire un "NON" de gauche au traité constitutionnel, Copernic a initié la campagne contre le Traité établissant une Constitution pour l'Europe lors du référendum du 29 mai 2005.
  4. « Appel contre la guerre en Irak », qui lança la mobilisation du collectif de 50 associations, partis et syndicats coordonné par Copernic et le Mouvement de la Paix.
  5. Campagne "Travailler tue !"
  6. Campagne contre le logement cher
  7. [http://www.fondation-copernic.org/spip.php?rubrique77
  8. Campagne « Audit citoyen de la dette publique »
  9. « Pour un Pôle Public Financier au service des droits »
  10. Les Séminaires Copernic
  11. Modes d'Emploi, sur FPP, 106.3, et sur le net
  12. Qui sommes-nous ?  », site de la Fondation Copernic.
  13. Notre fonctionnement », site de la Fondation Copernic.
  14. [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]