Fondation Clinton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fondation Clinton
Renforcer la capacité des gens à travers le monde pour relever les défis de l’interdépendance mondiale.
Améliorer la santé dans le monde, développer l’économie et protéger l’environnement
Histoire
Fondation
Cadre
Zone d'activité
Monde Monde
Type
Forme juridique
Siège social
Pays
Langue
Organisation
Effectif
2 000Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateur
Président
Personnes clés
Chiffre d'affaires
213 729 786 dollar américain ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Identifiants
IRS

La Fondation Clinton est une ONG américaine[1]. Son siège se trouve dans la ville de New York. Elle a des bureaux à Harlem et au-dessus de Times Square.

Histoire[modifier | modifier le code]

Créée en 1997 par Bill Clinton (42e président des États-Unis entre 1993 et 2001) à la fin de son premier mandat présidentiel, cette fondation à but humanitaire, philanthropique et écologique a collecté plus de 500 millions de dollars en 10 ans grâce à des donations de plus de 200 000 donateurs provenant essentiellement de contributeurs étrangers, notamment de la famille royale saoudienne, du roi du Maroc et de plusieurs monarchies pétrolières du Moyen-Orient, etc.

En 2004, le William J. Clinton Presidential Center and Park est fondé à Little Rock (capitale de l'Arkansas d’où est originaire Bill Clinton) et sert entre autres de bureau administratif à la Fondation Clinton.

En 2005, Bill Clinton crée et parraine Clinton Global Initiative, une ONG qui lutte contre la pauvreté en Afrique, le paludisme et le SIDA. L'organisation réunit annuellement, moyennant un montant d'adhésion de 20 000 dollars, des leaders de plusieurs pays, des prix Nobel, d'anciens chefs d’État, des dirigeants d'ONG de fondations et d'entreprises et des philanthropes majeurs[2].

En 2015, Donna Shalala est nommée à la tête de la fondation.

Polémiques[modifier | modifier le code]

Le fonctionnement de la fondation Clinton donne lieu régulièrement dans les médias américains à des soupçons de conflit d'intérêt. Les médias s'interrogent notamment sur les motivations des donateurs qui pourraient avoir intérêt à influencer Hillary Clinton, soit dans le cadre de son mandat de secrétaire d'État, soit lors de sa campagne à l'élection présidentielle de 2016. Le Washington Post a révélé en que la fondation Clinton avait reçu en 2010 un don du gouvernement algérien de l'ordre de 500 000 dollars sans avoir demandé l'aval du bureau fédéral chargé des questions éthiques comme cela avait été convenu dans la charte éthique de l'administration Obama. D'autres donations en provenance de l'étranger, comme celle de l'entrepreneur canadien Frank Giustra n'ont pas été rendues publiques[3]. Le cas s'est également présenté pour des dons venant d'un membre de la famille royale saoudienne et d'un oligarque ukrainien. Selon le Wall Street Journal, quand Hillary Clinton était secrétaire d'État, la fondation a reçu entre 34 et 68 millions de dollars ; après sa démission, la fondation autorise à nouveau les dons de gouvernements étrangers (limitée à six pays occidentaux pendant la campagne présidentielle de 2016)[4].

Le camp républicain soutient que la fondation Clinton a un but politique. Les donneurs importants s'en serviraient pour faire passer des orientations politiques. Il est à observer que les années où les dons cont les plus importants coïncident avec les années de campagne électorale américaine. (Annonce le 12 avril 2015 pour la campagne de 2016)[5],[6]

Revenus de la Fondation Clinton par année[modifier | modifier le code]

Revenus en millions de dollars (USD)[7]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site officiel CF
  2. « Carton plein pour la petite entreprise de Clinton », sur FIGARO, (consulté le 18 juillet 2019)
  3. Iris Deroeux, « La fondation Clinton, source intarissable de polémiques et de défis éthiques », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  4. Evgenia Peretz, « Le pouvoir en héritage », sur Vanity Fair, , p. 120-117 et 168-169.
  5. Aude Massiot, « Les embarrassants donateurs de la fondation Clinton », sur Libération.fr, (consulté le 25 septembre 2020)
  6. (en-GB) Anthony Zurcher, « Why is Clinton's foundation so controversial? », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 25 septembre 2020)
  7. (en) « Clinton Foundation », sur Clinton Foundation (consulté le 25 septembre 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]