Fondation Bettencourt-Schueller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fondation Bettencourt-Schueller
Image dans Infobox.
Histoire
Fondation
1987 à Paris, France
Cadre
Zone d'activité
Type
Forme juridique
Fondation
Fondation reconnue d'utilité publique en France (depuis le )Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège
Pays
Coordonnées
Organisation
Fondateurs
Fondatrice
Fondateur
Fondatrice
Vice-président
Affiliation
Site web
Identifiants
SIREN
TVA européenne
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La fondation Bettencourt-Schueller est une fondation reconnue d'utilité publique fondée en par Liliane Bettencourt, André Bettencourt et Françoise Bettencourt Meyers[1]. Elle attribue des fonds alloués à la recherche, à la culture et à l'action sociale[2]. Elle tire son nom des fondateurs et de Eugène Schueller, le fondateur de L'Oréal. Depuis 2013, elle est dirigée par Olivier Brault[3].

Objectif et missions[modifier | modifier le code]

L’objectif de la fondation est de contribuer à la réussite et au rayonnement de la France. Elle soutient des projets dans trois domaines :

  • les sciences de la vie (recherche, formation scientifique, et diffusion de la culture scientifique) ;
  • la culture (soutien aux métiers d’art, à la pratique du chant choral, à la production de films documentaires) ;
  • l’action sociale pour la promotion d'une société inclusive (autonomie de la personne, lien social, structuration du secteur, handicap).

Ces financements prennent la forme de prix et dotations ou de programmes d’aides spécifiques[4]. Depuis sa création, la fondation Bettencourt-Schueller a soutenu 493 lauréats et 1 500 projets portés par divers établissements, équipes, associations et organisations[5],[6].

La fondation a également établi des partenariats avec plusieurs institutions comme l'Inserm ou le Collège de France[7].

Avec 900 millions d'euros de budget, elle est l'une des fondations les mieux dotées d'Europe. En , près de 500 millions d'euros ont été distribués, notamment dans la recherche contre le sida[8].

Domaines d’intervention[modifier | modifier le code]

Sciences de la vie[modifier | modifier le code]

Chaque année, quatre prix scientifiques récompensent des chercheurs dans le domaine des sciences de la vie :

  • le prix Bettencourt pour les jeunes chercheurs : créé en 1990, il est décerné chaque année à quatorze jeunes docteurs en sciences ou en médecine pour leur permettre de réaliser leur stage postdoctoral à l’étranger ; en 2016, 279 jeunes chercheurs ont été distingués par ce prix[9] ;
  • la dotation du programme ATIP-Avenir[10] : cette dotation a pour objectif de permettre aux jeunes chercheurs de mettre en place et d’animer leur propre équipe. Depuis 2005, la fondation Bettencourt-Schueller est partenaire du programme Avenir de l’Inserm puis s’est associée en 2009 au programme ATIP du CNRS. Cette dotation permet ainsi de promouvoir la mobilité des chercheurs et d’attirer dans les laboratoires de jeunes chefs d’équipe de haut niveau ;
  • le prix Bettencourt « Coups d’élan pour la recherche française »[11] : créé en 2000, il récompense chaque année des laboratoires publics de recherche biomédicale pour améliorer leurs infrastructures et les conditions de travail des chercheurs en sciences de la vie. Il est attribué chaque année à quatre équipes de recherche biomédicale publique, relevant de l’Inserm et de l’Institut des sciences biologiques du CNRS[12]. La dotation du prix est de 250 000 euros[13] ;
  • le prix Liliane-Bettencourt pour les sciences du vivant[14] : il est attribué chaque année depuis 1997 à un chercheur européen de moins de 45 ans reconnu par la communauté scientifique. Alternativement, le prix est attribué à un chercheur établi en France ou travaillant dans un autre pays d’Europe. La dotation du prix est de 300 000 euros[15].

Au-delà des prix scientifiques, la fondation soutient « l’école de l’Inserm Liliane-Bettencourt » qui permet à des étudiants de mener, en parallèle des études de médecine ou de pharmacie, une formation scientifique afin d'engager une activité de recherche autonome en relation avec la pratique clinique[16].

La fondation soutient également une des six chaires annuelles du Collège de France depuis , qui se nomme « chaire d’innovation technologique Liliane-Bettencourt »[17]. Par ailleurs, la fondation est co-fondatrice du Centre de recherches interdisciplinaires[18].

Culture[modifier | modifier le code]

La fondation concentre son intervention dans trois domaines : les métiers d’arts ; le chant choral ; les films documentaires. Elle décerne chaque année deux prix :

La fondation a développé un programme de dons et de partenariats avec plusieurs institutions pour favoriser la valorisation et la transmission des savoir-faire français dans le domaine des métiers d’arts : partenariat avec l’École nationale supérieure des arts décoratifs[21], soutien à la Cité internationale de la tapisserie d’Aubusson[22], programmation avec le palais de Tokyo[23].

En , la fondation a financé des documentaires portant sur l'environnement et la condition humaine dont Human[24],[25].

Action sociale[modifier | modifier le code]

La fondation soutient des porteurs de projets et des associations qui s’engagent auprès des populations fragiles ou en difficulté (Coup de pouce, Sport dans la ville[26], Institut de l’engagement, réseau Cocagne) ou auprès de personnes marquées par le handicap.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La mort de Liliane Bettencourt, personnage romanesque mais également mécène », sur francetvinfo.fr, France Info, (consulté le 26 février 2021)
  2. Ariane Singer, « La fondation Bettencourt, la mieux dotée de France », sur Le Point, (consulté le 26 février 2021)
  3. Martine Robert, « Olivier Brault, un humanitaire à la fondation Bettencourt-Schueller », sur LesEchos.fr, (consulté le 26 février 2021)
  4. Frédéric Cazenave, « Les nouveaux visages de la philanthropie », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2021)
  5. « Rapport annuel de la fondation Bettencourt-Schueller », sur fondationbs.org (consulté le 26 février 2021)
  6. « Le mécénat de la fondation Bettencourt-Schueller », sur LesEchos.fr, (consulté le 26 février 2021)
  7. Ghislain de Montalembert, « La pépinière Bettencourt », sur Lefigaro.fr, (consulté le 26 février 2021)
  8. Marie-Pierre Gröndahl, « Elle a choisi de ne jamais délocaliser le groupe », Paris Match, semaine du 28 septembre au 4 octobre 2017, p. 51 [lire en ligne].
  9. « Prix Bettencourt pour les jeunes chercheurs », sur fondationbs.org, fondation Bettencourt-Schueller, (consulté le 26 février 2021)
  10. Institut national du cancer, « Recherche fondamentale : le programme ATIP-Avenir - Jeunes chercheurs », sur e-cancer.fr (consulté le 26 février 2021)
  11. « Prix de la 13e édition des coups d'élan », sur inserm.fr (consulté le 29 janvier 2017)
  12. « Françoise Bettencourt Meyers récompense la recherche biomédicale française », sur iffres.org, Actualité du mécénat et des fondations de l'enseignement supérieur et de la recherche, (consulté le 26 février 2021)
  13. « Prix Bettencourt Coups d’élan pour la recherche française », sur fondationbs.org, fondation Bettencourt-Schueller, (consulté le 26 février 2021)
  14. « Ces patrons généreux : Liliane Bettencourt », sur journaldunet.com (consulté le 26 février 2021)
  15. « Déborah Bourc'his - Prix Liliane-Bettencourt pour les sciences du vivant - 2017 », sur fondationbs.org, fondation Bettencourt-Schueller, (consulté le 26 février 2021)
  16. « Double cursus médecine/science - L'école de l'Inserm Liliane-Bettencourt », sur inserm.fr (consulté le 26 février 2021)
  17. « Chaire Innovation technologique Liliane-Bettencourt », sur college-de-france.fr (consulté le 29 janvier 2017)
  18. Marine Miller, « Le CRI [le Centre de recherche interdisciplinaire], un ovni sur la planète sup' », sur letudiant.fr, (consulté le 26 février 2021)
  19. « Le prix Liliane-Bettencourt pour l'Intelligence de la main dévoile ses lauréats 2014 », sur ConnaissancedesArts.com, (consulté le 26 février 2021)
  20. « Prix Liliane-Bettencourt », sur academie-des-beaux-arts.fr (consulté le 29 janvier 2017)
  21. « École des Arts Décoratifs | Chaire Innovation & Savoir-faire », sur ensad.fr (consulté le 29 janvier 2017)
  22. B.Ythier, C.Durant (Cité de la tapisserie d'Aubusson), « Le travail de numérisation en gigapixels permet une immersion originale du visiteur », sur club-innovation-culture.fr, Club Innovation & Culture CLIC France, (consulté le 26 février 2021)
  23. « Jean de Loisy, maître iconoclaste du palais de Tokyo », sur LesEchos.fr, (consulté le 26 février 2021)
  24. Alexis Campion, « Human, une œuvre paradoxale, signée Yann Arthus-Bertrand », sur lejdd.fr, (consulté le 26 février 2021)
  25. « Pour renouer avec la Terre  - Cinq films à voir avant la COP21 », sur parismatch.com, (consulté le 26 février 2021)
  26. « Interview de Philippe Oddou, directeur - inovjob.fr », sur www.inovjob.fr (consulté le 29 janvier 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]