Hôpital Fondation Adolphe de Rothschild

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hôpital Fondation Adolphe de Rothschild
Image illustrative de l’article Hôpital Fondation Adolphe de Rothschild
Image illustrative de l’article Hôpital Fondation Adolphe de Rothschild
Façade de l'Hôpital Fondation Adolphe de Rothschild.
Présentation
Coordonnées 48° 52′ 43″ nord, 2° 22′ 42″ est
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Adresse 29, rue Manin
Fondation 1905
Site web http://www.for.paris/
Organisation
Type ESPIC
Services
Service d’urgences Oui (urgences ophtalmologiques)
Nombre de lits 152
Collaborateurs 1 246 salariés dont 288 médecins en 2 018
Spécialité(s) ophtalmologie, neurologie, neurochirurgie adulte et pédiatrique, ORL, médecine interne, chirurgie réfractive, cardiologie, centre de ressources et de compétences sclérose en plaques, unité maladie de Parkinson et mouvements anormaux, recherche clinique
Géolocalisation sur la carte : 19e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 19e arrondissement de Paris)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Paris/19e arrondissement de Paris
Point carte.svg

L'Hôpital Fondation Adolphe de Rothschild est un ESPIC français spécialisé en ophtalmologie et neurosciences, offrant un accès en secteur 1, sans dépassement d'honoraires, à toutes ses spécialités.

L'Hôpital Fondation Adolphe de Rothschild est membre du réseau philanthropique des Fondations Edmond-de-Rothschild qui, à l’échelle internationale, œuvrent pour la promotion de la recherche médicale, de l'éducation, des arts et de l'entrepreneuriat social.

Historique[modifier | modifier le code]

Selon les dernières volontés du baron Adolphe de Rothschild, décédé en 1900, son épouse la baronne Julie-Caroline entreprend de faire construire un établissement spécialisé en ophtalmologie, à l’instar de l’Hôpital Ophtalmique à Genève[1].

Léguant le montant nécessaire pour acheter un terrain et constituer une rente suffisante pour en assurer le fonctionnement, il avait précisé que les malades, traités à titre entièrement gratuit, devraient y être admis « sans distinction de religion ou d’opinions politiques », disposition inédite à l’époque[2].

Les travaux de construction commencent en 1902, selon les vœux du baron Adolphe, avec les architectes Chatenay et Rouvre qui dessinèrent un bâtiment novateur s’accordant aux idées du médecin-directeur, l’éminent Dr. Trousseau, déjà préoccupé de ce que l’on appelle aujourd’hui « l’humanisation » de l’hôpital.

L’établissement ouvre le 1er mai 1905 et propose gratuitement des consultations, des soins et des médicaments. De la crèche permettant aux mères de rester près de leurs enfants malades aux consultations du soir offertes aux ouvriers ne pouvant quitter leur lieu de travail en journée, tout est fait de sorte à conjuguer l’excellence médicale à un véritable engagement social[3].

Après la reconnaissance d’utilité publique de la Fondation en 1909, c’est Edmond de Rothschild, cousin germain du Fondateur, qui prend la présidence du Conseil d’Administration, puis son fils Maurice de Rothschild en 1934.

Pendant la guerre de 1914-1918, une partie de la Fondation est mise à la disposition du Service de Santé militaire, tandis qu’en 1937, de nouveaux statuts permettent à la Fondation de s’adapter au régime des Assurances Sociales, tout en continuant à assurer la gratuité des soins aux personnes à faibles revenus.

Quand éclate la deuxième Guerre mondiale, la Fondation continue de fonctionner jusqu’à l’entrée des nazis dans Paris en 1940. La période d’après-guerre nécessite un effort considérable de reconstruction de l’Hôpital, dans lequel s’investit la baronne Noémie de Rothschild, épouse de Maurice de Rothschild. Son fils Edmond prend le 4 septembre 1957 la présidence du Conseil de la Fondation et donne un souffle nouveau par son engagement pour le progrès de la recherche scientifique et le confort des patientes et des patients[1].

L’année 1962 voit débuter une nouvelle ère pour la Fondation. Après la nomination du nouveau directeur, Pierre Aubin, une rénovation majeure est entreprise en étroite collaboration avec tout le personnel de l’Hôpital et les meilleurs expert(e)s en France et à l’étranger. La Fondation est repensée pour optimiser ses performances médicales ainsi que l’accueil des patient(e)s.

En 1990, la Fondation renforce son engagement pour l’intérêt général en initiant sa participation au Service public hospitalier, le Conseil d’Administration adoptant par ailleurs la stratégie d’une spécialisation dans les domaines « tête et cou »[1].

Le 5 février 2020, l’Hôpital Fondation Adolphe de Rothschild annonce l’évolution de son identité et de son logo qui réaffirment ses valeurs et sa mission d’hyper-spécialiste des pathologies tête et cou. Cette identité amorce une nouvelle ère de l’établissement qui verra en 2025, la construction sur son site, au pied des Buttes-Chaumont, d’un nouvel ensemble de soins, de recherche et d’enseignement.

Activités[modifier | modifier le code]

Depuis plus d'un siècle, l'Hôpital Fondation Adolphe de Rothschild développe un savoir-faire dans la prise en charge des pathologies de l’œil et du cerveau, destinées aux adultes et aux enfants, y compris les nouveau-nés[4].

Ses activités en ophtalmologie et neurologie se sont progressivement enrichies ces dernières décennies avec la neurochirurgie, l'ORL, la neuroradiologie interventionnelle.

Ophtalmologie[modifier | modifier le code]

L'Hôpital Fondation Adolphe de Rothschild prend en charge toutes les spécialités de l’ophtalmologie depuis le dépistage jusqu’à la chirurgie des cas les plus complexes :

Il dispose également d’un service d’urgences ophtalmologiques.

Enfin, l’environnement « tête et cou » de la Fondation permet la prise en charge des cas complexes en collaboration avec les autres services de la Fondation (neurologie, neurochirurgie, neuroradiologie interventionnelle, ORL…).

Neurologie[modifier | modifier le code]

Intervenant sur toutes les pathologies du système nerveux central et périphérique, le service de neurologie est spécialisé dans le traitement des maladies inflammatoires du système nerveux, particulièrement la sclérose en plaques (SEP).

Il dispose par ailleurs d'une unité Parkinson, d'une consultation mémoire, d'une unité neurovasculaire et d'une offre spécifique sur les troubles visuels d'origine neurologique.

Neurochirurgie[modifier | modifier le code]

L'Hôpital prend en charge les pathologies neurochirurgicales, telles que les tumeurs de la base du crâne, le rachis, la neuro-oncologie ou les pathologies du 3ème âge.

Elle est particulièrement spécialisée en neurochirurgie fonctionnelle, dans le traitement de la maladie de Parkinson et de la douleur chronique résistante.

Un service de neurochirurgie pédiatrique développe depuis plus de 20 ans une approche pluridisciplinaire qui assure la prise en charge de toutes les pathologies du cerveau et de la moelle, y compris dans le traitement de l’épilepsie résistante du nouveau-né et de l’enfant.

Neuroradiologie interventionnelle[modifier | modifier le code]

Le service de neuroradiologie interventionnelle (NRI) est spécialisé dans le traitement des malformations vasculaires du cerveau, de la moelle épinière et des accidents vasculaires cérébraux (AVC)de phase aiguë, tant pour les adultes que pour les enfants.

Cette spécialité traitant par voie endovasculaire des pathologies vasculaires intracraniennes s'est développée pour prendre en charge les lésions non accessibles par la neurochirurgie. Avec l'amélioration des techniques d'imagerie, du matériel de navigation et des traitements par voie endovasculaire, la NRI permet actuellement la prise en charge en première intention des pathologies anévrysmales et des malformations artério-veineuses.

Otorhinolaryngologie (ORL)[modifier | modifier le code]

Le service d’oto-rhino-laryngologie et de chirurgie cervico-faciale de l'Hôpital assure la prise en charge diagnostique et le traitement médical ou chirurgical des affections touchant les oreilles, le nez, les sinus, le larynx, la gorge, la face, le cou et certaines régions frontières communes à d’autres spécialités :

  • pathologies des voies lacrymales en collaboration le service d’ophtalmologie ;
  • affections de la base du crâne en collaboration avec le service de neurochirurgie ;
  • affections neuro-ORL en collaboration avec le service de neurologie.

Médecine interne[modifier | modifier le code]

L'unité de médecine interne de l'Hôpital assure la prise en charge médicale globale des patients et patientes, en s'appuyant sur ses médecins spécialistes en endocrinologie - diabétologie, médecine interne et rhumatologie.

Elle assure la prise en charge des diabètes, des pathologies endocriniennes notamment thyroïdiennes et hypophysaires, des orbitopathies dysthyroïdiennes, des uvéites, des inflammations orbitaires, des maladies systémiques avec ou sans expressions ophtalmologiques.

Sont également prises en charge en consultation : les pathologies du rachis et les rhumatismes inflammatoires chroniques.

En novembre 2016, un partenariat avec le Groupe Hospitalier Diaconesses Croix Saint Simon, renforçant la coopération entre leurs services de médecine interne, a permis la création de l’Institut de médecine interne de l’Est Parisien.

Anesthésie-réanimation[modifier | modifier le code]

Le Département d’anesthésie-réanimation est constitué de deux services, le Service d’anesthésie et le Service de réanimation - Unité de soins continus.

Ces services sont spécialisés dans la prise en charge anesthésique et réanimatoire des adultes et des enfants souffrant d’une maladie neurologique, neurochirurgicale, ophtalmologique ou toute autre pathologie prise en charge à l'Hôpital Fondation Adolphe de Rothschild.

Recherche scientifique et innovation[modifier | modifier le code]

L'Hôpital dispose d’un dispositif de soutien à la recherche clinique, structuré autour de son unité de recherche clinique (URC), qui assure l’accompagnement des projets, de leur conception jusqu’à la publication.

Une plateforme d’investigation clinique en ophtalmologie permet par ailleurs un accueil dédié aux patients et patientes incluses dans des essais cliniques.

Le principe de ce dispositif est d’offrir un guichet unique en recherche clinique, pour les investigateurs et investigatrices, mais aussi pour des partenaires industriel(le)s ou académiques.

Il dispose également d’un Centre d’Études et d’Innovation en Santé (CEIS) qui accompagne les professionnel(le)s de la santé dans la conception et la mise en place d’études économiques et de projets de recherche médico-économiques (PRME) des nouvelles stratégies de santé[5].

Chiffres clés[modifier | modifier le code]

L’activité en 2019[modifier | modifier le code]

  • 21 571 interventions chirurgicales
  • 321 035 consultations
  • 380 000 actes techniques
  • 14 050 séjours en ambulatoire (chirurgie)
  • 9 581 séjours en hôpital de jour (médecine)
  • 49 272 passages dans le service d’urgences ophtalmologiques
  • 138 projets de recherche
  • 3 634 patients inclus dans ces projets
  • 288 publications scientifiques
  • 730 étudiantes et étudiants formés
  • 1 475 personnes salariées dont 288 médecins
  • Index sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes en 2019 : 87/100
  • Budget d'exploitation : 139,7 millions d'euros
  • Budget d'investissement : 12,9 millions d'euros[6]

Installations techniques[modifier | modifier le code]

  • 152 lits d'hospitalisation conventionnelle dont 10 lits de réanimation et 32 lits de surveillance continue
  • 21 places d’hôpital de jour de médecine
  • 34 places de chirurgie ambulatoire
  • 1 bloc opératoire central avec 14 salles dont 8 dédiées à l'ophtalmologie
  • 1 bloc de 2 salles pour la neuroradiologie interventionnelle
  • 1 salle de bloc de neurochirurgie du crâne et du rachis avec scanner mobile
  • Plateau technique d’Imagerie : 2 IRM, 3 teslas, 1 IRM 1,5 tesla, 1 IRM dédiée à la recherche clinique, 1 scanner, 3 échographes, 1 Cone Beam, 1 appareil de radiographie mobile

Accès[modifier | modifier le code]

L’accès à l'Hôpital Fondation Adolphe de Rothschild se fait par le 29 rue Manin, 75019 Paris[7].

Le site est desservi par les stations de métro Bolivar, Buttes Chaumont, Pyrénées et Colonel Fabien.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c histoire, « Fondation Rothschild / Histoire de l'Inserm », sur histoire.inserm.fr (consulté le 21 novembre 2016)
  2. La Fondation ophtalmologique Adolphe de Rothschild par le Dr A. Trousseau (ophtalmologiste Dr),(Paris), 1905
  3. Un hôpital modèle in Le Rappel - Albert Barbieux (Paris) 1903-08-02
  4. « Offre de soins », sur www.fo-rothschild.fr (consulté le 21 novembre 2016)
  5. « La recherche clinique », Fondation Adolphe-de-Rothschild (consulté le 21 novembre 2016)
  6. « Chiffres clés », sur Hôpital Fondation Adolphe de Rothschild, Hôpital Fondation Adolphe-de-Rothschild, (consulté le 6 février 2020)
  7. « Venir à la fondation », sur www.fo-rothschild.fr (consulté le 6 février 2020)

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]