Fonction-T

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les fonctions-T sont des objets introduits par Klimov et Shamir en 2002.

Définition formelle[modifier | modifier le code]

Ce sont des applications bijectives de l'ensemble des blocs de n~ bits ayant une propriété particulière.

Si l'on note f: F^n \to F^n~ une fonction-T, et que l'on pose x=x_0...x_{n-1}~ et f(x)=(f_0(x),...,f_{n-1}(x))~ alors, f_{i}(x)~ ne dépend que de x_0...x_{i-1}~.

Ou encore, formulation équivalente : le (i+1)~-ème bit de sortie d'une fonction T ne dépend que des i~ premiers bits de l'entrée.

C'est d'ailleurs ce qui donne le T, pour triangulaire.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Ces fonctions ont, au moins, deux intérêts. D'une part, elles s'implémentent facilement à l'aide des opérations logiques et arithmétiques disponibles sur un processeur classique. Ensuite, elles permettent une résistance plus élevée à certaines attaques portant sur des chiffrements par flot. Ces derniers utilisent très fréquemment des registres à décalage à rétroaction linéaire (linear feedback shift register dans la terminologie anglosaxone, qui donne l'abréviation LFSR). La présence de tels registres peut avoir tendance, sous certaines conditions, à faciliter les attaques dites algébriques. Les fonctions-T ayant une description algébrique plus difficile à exploiter, remplacer les LFSR par des fonctions-T réduit la vulnérabilité du système.