Folles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Folles
Folles
Mairie de Folles.
Blason de Folles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Bellac
Intercommunalité Communauté de communes Élan Limousin Avenir Nature
Maire
Mandat
Jean-Paul Poulet
2020-2026
Code postal 87250
Code commune 87067
Démographie
Gentilé Follois
Population
municipale
475 hab. (2018 en diminution de 4,43 % par rapport à 2013)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 06′ 55″ nord, 1° 27′ 42″ est
Altitude Min. 277 m
Max. 438 m
Superficie 31,18 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Limoges
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Ambazac
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Folles
Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Folles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Folles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Folles

Folles (Faulas en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Follois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Folles en Haute-Vienne.

Située au nord-est du département de la Haute-Vienne, la commune de Folles est limitrophe avec le département de la Creuse.

Elle a une superficie de 31,2 km2. La plus grande ville la plus proche est Limoges qui est située à 35 km au sud-ouest.

La place du village.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est arrosé par la Gartempe et l'Ardour.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 11 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 5 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 14,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 1 003 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,1 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Bessines », sur la commune de Bessines-sur-Gartempe, mise en service en 1995[8] et qui se trouve à 7 km à vol d'oiseau[9],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 11,6 °C et la hauteur de précipitations de 1 000,7 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 4], « Limoges-Bellegarde », sur la commune de Limoges, mise en service en 1973 et à 34 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour la période 1971-2000[12] à 11,4 °C pour 1981-2010[13], puis à 11,8 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Folles est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[15],[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Limoges, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 127 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (72 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (72,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (41,3 %), forêts (26,4 %), zones agricoles hétérogènes (22,5 %), terres arables (8,2 %), zones urbanisées (1,2 %), eaux continentales[Note 7] (0,4 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Folles était une cure, ou prieuré-cure dans l'ancien archiprêtré de Rancon, qui dépendait de l'abbaye de Bénévent-l'Abbaye.

Une station mésolithique a été découverte aux Nardières. Subsistent les dolmens du Montheil et de Goudour.

Reste de l’Antiquité une sépulture gallo-romaine au pont de Mazéras, un vase funéraire en verre (Morin Jean 3) trouvé à Lavaud qui serait au Musée d'archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye.

Durant la guerre de Cent Ans, Folles est incendiée par les Anglais [21]

Viaduc de Rocherolles 1852, en granit (chemin de fer Paris - Toulouse).

Église Saint-Blaise XIIe siècle, reconstruite fin XVe siècle : portail XIIIe siècle, clocher massif XVIIe siècle, pierres tombales. Croix gothique au cimetière XVe siècle.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Follois. Le nom du village trouve son origine dans la langue latine fageas ou fagus signifiant hêtre, follis signifiant feuille.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[22]
Période Identité Étiquette Qualité
Novembre 1792 Février 1802 Léonard Dardaut    
Février 1802 Mars 1814 André Ramigeon    
Mars 1814 Septembre 1830 Alexandre Ramigeon    
Septembre 1830 Décembre 1833 François Doussinaud dit Lamalleterie    
Décembre 1833 Octobre 1843 Léonard Pignier    
Octobre 1843 Septembre 1865 Léonard Verny    
Septembre 1865 Juin 1871 Armand Guimbaud    
Juin 1871 Octobre 1873 François Cassat    
Octobre 1873 Janvier 1878 Léonard Lebreton    
1879 1879 Pierre Barthelemy    
1880 Mai 1884 François Cassat    
Mai 1884 Juillet 1903 Martial Cassat    
Juillet 1903 Mai 1912 François Tribolles    
Mai 1912 Décembre 1919 Charles Doussinaud    
Décembre 1919 1934 Pierre Goursaud    
1935 1935 Xavier Mauvignier    
1936 Novembre 1942 François Tourtaud    
Mai 1945 Octobre 1947 Baptiste Boyer    
Octobre 1947 Mai 1953 François Tessier    
Mai 1953 Mars 1971 Désiré Guérin    
Mars 1971 Mars 1977 Ginette Cassat PS  
Mars 1977 Mars 1983 Roger Tourtaud PS  
Mars 1983 Novembre 2014 Daniel Auclerc    
2015 Mars 2020 Alain Couteau    
2020 En cours Jean-Paul Poulet    

La commune de Folles quitte la communauté de communes Ardour-Rivalier-Gartempe pour rejoindre le la communauté de communes Porte d'Occitanie[23].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[25].

En 2018, la commune comptait 475 habitants[Note 8], en diminution de 4,43 % par rapport à 2013 (Haute-Vienne : −0,71 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4571 4031 4571 6061 6581 7021 7411 7021 713
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7351 8061 7391 7231 6651 6511 7261 6781 683
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6591 5861 4831 2801 2061 2241 2381 041969
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
957864750685593508531535538
2013 2018 - - - - - - -
497475-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Fête patronale : 3e dimanche de juillet ; communale : 14 juillet.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Club de football : A.S. Folles : deux équipes engagées saison 2014-2015

Équipe 1 : 4e division de Haute-Vienne, Poule A.

Équipe 2 : 5e division de Haute-Vienne, Poule A.

  • Club de Rugby : Le Club de Folles[28] est fondé en 1977 par l'impulsion de jeunes de la commune et dont le premier président fut Robert Laudy.

Son palmarès est fort d'une coupe de Haute Vienne 1990, d'un titre de champion de deuxième série du Limousin en 2000. En 2006, Folles a remporté la finale de la coupe du Limousin en s'imposant 29 à 5 contre l'équipe d'Orgnac. Le sur le terrain du Stadium de Brive, Folles remporte le titre de Champion du Limousin troisième série en battant Meyssac 15 à 7. Il est parvenu en 8e de finale du Championnat de France. Le club a fêté ses trente ans lors de son tournoi 2007 qui a eu lieu le samedi 26 et dimanche 27 mai. Le et pour la deuxième année consécutive, le R.C. Folles a participé à la finale régionale au Stadium de Brive (cette fois-ci en 2e série) mais a dû s'incliner face à Beynat sur le score de 13 à 10. En 2009-2010, le club, bien qu'ayant fini première série l'année précédente, accepte une montée sur "tapis vert" et joue ainsi pour la première fois de son histoire en Promotion d'Honneur.

Une équipe de rugby féminine à de rugby à 7 a été créée en septembre 2015.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le viaduc de Rocherolles.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Présentation du blason
Blason ville fr Folles (Haute-Vienne).svg

Les armoiries de Folles se blasonnent ainsi :

D'or à trois feuilles de hêtre de sinople, disposées en épi.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 20 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nom des habitants », sur www.habitants.fr (consulté le 5 avril 2011).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 24 juillet 2021)
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le 24 juillet 2021)
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 24 juillet 2021)
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 12 juin 2021).
  7. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le 24 juillet 2021)
  8. « Station Météo-France Bessines - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 24 juillet 2021)
  9. « Orthodromie entre Folles et Bessines-sur-Gartempe », sur fr.distance.to (consulté le 24 juillet 2021).
  10. « Station Météo-France Bessines - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 24 juillet 2021).
  11. « Orthodromie entre Folles et Limoges », sur fr.distance.to (consulté le 24 juillet 2021).
  12. « Station météorologique de Limoges-Bellegarde - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 24 juillet 2021)
  13. « Station météorologique de Limoges-Bellegarde - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 24 juillet 2021)
  14. « Station météorologique de Limoges-Bellegarde - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 24 juillet 2021)
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  18. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Limoges », sur insee.fr (consulté le 5 avril 2021).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 20 avril 2021)
  21. Livres de raison, chroniques, terriers--: les passions d'un médiéviste par Jean Tricard page 33.
  22. « Les maires de la commune » (consulté le 5 avril 2011).
  23. CC Porte d'Occitanie sur le site de la base Aspic de la Haute-Vienne, consulté le 14 novembre 2012.
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  28. Rugby Club de Folles
  29. « Mérimée : Dolmen de Monteil », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 5 avril 2011).
  30. « Mérimée : Église », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 5 avril 2011).