Foin de Crau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Foin de Crau
Image illustrative de l’article Foin de Crau
Pré destiné à la production de foin de Crau en Crau humide
Image illustrative de l’article Foin de Crau

Lieu d’origine plaine de la Crau
Créateur Agriculteurs de la plaine de la Crau
Utilisation Alimentation animale
Type de produit fourrage
Classification AOC
Confrérie comité du foin de la Crau
Saison de mai à septembre
Site web http://foindecrau.com/

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Foin de Crau

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

(Voir situation sur carte : Bouches-du-Rhône)
Foin de Crau
Limites géographiques de la plaine de la Crau

Le foin de Crau est l'appellation d'origine d'un foin produit par les agriculteurs dans la plaine de la Crau dans le département des Bouches-du-Rhône (France). C'est la première appellation d'un produit agricole non-vivrier à être préservée via une appellation d'origine contrôlée (AOC) enregistrée en 1997. Les balles sont reconnaissables grâce à une ficelle rouge et blanche et sont proposées dans des tailles très diverses, du ballotin (environ 1 kg) pour rongeurs domestiques à la très grosse botte (environ 500 kg) pour les grands élevages de ruminants.

Le savoir-faire[modifier | modifier le code]

Sur les 52 000 ha de la Crau, 12 000 ha sont des prairies fertiles grâce, entre autres, à l'irrigation des terres.

Histoire[modifier | modifier le code]

C’est dès le XVIe siècle que le premier canal d’irrigation a vu le jour dans la Crau, grâce à Adam de Craponne. Ainsi, les eaux de la Durance ont été prélevées et acheminées vers cette plaine, premièrement vers Salon-de-Provence, passant par Saint-Martin-de-Crau puis vers Arles. Petit à petit, des canaux secondaires sont apparus et constituent aujourd’hui un réseau superficiel de plusieurs centaines de kilomètres agrandissant ainsi la surface de Crau irriguée.

Les pratiques d’irrigation actuelles[modifier | modifier le code]

Les pratiques d’irrigation actuelles sont essentiellement gravitaires. Les parcelles de prairies sont bordées de filioles (raccordées au réseau secondaire) en amont, que l’on fait déborder grâce à des martelières qui les obstruent. La submersion est progressive et dure plusieurs heures. Les volumes d’eau apportés sont de l’ordre de 15 000 à 20 000 m³/ha/an. Au bas de la parcelle, il peut y avoir un fossé d’assainissement qui recueille les eaux de colature.

Les principaux irrigants sont les agriculteurs producteurs de foin de Crau, le plus souvent regroupés en associations syndicales (ASA ou ASL). L’irrigation par submersion amène dans les prés un limon fertile et permet, de plus, d’alimenter la nappe phréatique : 70 % de l’eau de la nappe phréatique provient de l’irrigation gravitaire.

Culture[modifier | modifier le code]

Beaucoup de prairies existent depuis fort longtemps. La création de nouveaux prés se fait à partir d’une luzerne ou d’un mélange de graminées et de légumineuses, dans un champ préalablement nivelé et épierré. Les eaux d’irrigation permettent ensuite l’apparition spontanée et naturelle d’autres plantes, pour arriver en quelques années au stade d’équilibre des prairies naturelles et ce, de façon permanente. La fumure est essentiellement phospho-potassique.

Natura 2000[modifier | modifier le code]

La moisson à la Crau, avec Montmajour dans le fond. Van Gogh, 1888

Au-delà de ce système agricole proprement dit, il s'agit de défendre aussi un système agro-environnemental. En effet les prairies contribuent à l'équilibre global de la plaine de la Crau. Pour assurer une durabilité, il est donc nécessaire de conserver ce mode de mise en culture. C'est pourquoi le comité s'est prononcé en faveur du projet de loi Natura 2000 qui les inscrit dans un site protégé selon les directives européennes de sauvegarde de la nature et de la flore. Il est désormais associé aux discussions et sont les acteurs incontournables de l'élaboration des réglementations.

Les étapes de production[modifier | modifier le code]

  • L'arrosage

Gravitaire, il s'effectue par submersion : la prairie est inondée, mais l'eau ne doit pas rester. Il débute généralement aux alentours du 15 mars. Les arrosages vont se succéder sur une même parcelle avec une période de huit à dix jours jusqu'aux premières grosses pluies de l'automne (septembre ou octobre). Ils peuvent être interrompus en fonction de la pluviométrie ou des travaux de récolte du foin.

Image panoramique
Prairie de fauche dans la Crau
Voir le fichier

Gastronomie et foin de Crau[modifier | modifier le code]

Poulet au foin de Crau

En 1986, Alain Passard achète le restaurant de son ancien mentor Alain Senderens L'Archestrate (trois étoiles), et le rebaptise L'Arpège. C'est là qu'il débute, cette même année, l'élaboration d'un poulet au foin. Depuis, il a été rejoint dans cette démarche innovatrice par David Toutain (petites brioches au foie gras et à l'anguille, fumées au foin), Marc Veyrat (glacé au foin), Emmanuel Renaut (pigeon cuit au foin et au genièvre), Cyril Lignac (agneau de Lozère à la peau caramélisée et au foin de Crau), et bien d'autres[1]. L'engoument de cette cuisine au foin fait rechercher par les chefs le foin de Crau qui permet de donner aux mets ainsi préparés un goût fumé aux saveurs végétales[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]