Fluctuations thermodynamiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mouvement d'atomes adsorbés sur une surface cristalline. Les mouvements des atomes cristallins sont omis.

Les fluctuations thermodynamiques des atomes ou molécules à l'intérieur d'un système sont les faibles écarts statistiques à l'équilibre thermodynamique de ce système. Ils sont décrits par la physique statistique hors d'équilibre.

Ces fluctuations affectent tous les degrés de liberté : translation, rotation, vibration et énergie interne des molécules dans un gaz, translation pour un atome adsorbé sur une surface ou constituant un élément étranger dans une structure cristalline. Dans ces derniers cas ce phénomène est lié au mouvement des atomes constituant le solide (phonons).

On peut relier ces phénomènes à la diffusion et à la dissipation de l'énergie.

Distribution gaussienne des fluctuations[modifier | modifier le code]

Les systèmes auxquels on s'intéresse, qu'ils soient solides, liquides ou gazeux, sont décrits par un nombre faible de variables extensives (conservatives) décrivant une collection d'états du système à l'échelle microscopique appelé ensemble de Gibbs. L'ensemble des états microscopiques contenus dans cet ensemble est décrit à chaque instant par une fonction de distribution (densité de probabilité conjointe) f (x, p, t) dans l'espace des phases (x est la position, p la quantité de mouvement et t le temps). Les valeurs macroscopiques temporelles de chaque variable conservative Ai sont définies par les moments des quantités microscopiques ai :

  • d'ordre 0 (valeur moyenne) :
V étant le volume élémentaire définissant l'ensemble de Gibbs.
  • d'ordre 2, caractérisant les corrélations des écarts aux valeurs moyennes :
la variance
la covariance

Si Ai 0 est la valeur à l'équilibre thermodynamique la fluctuation est

On montre[1] que f obéit à une distribution gaussienne

S   est l'entropie,
S0   sa valeur d'équilibre,
k   la constante de Boltzmann.

On définit les quantités thermodynamiques conjuguées par :

On a les relations liant les diverses quantités microscopiques et macroscopiques

Remarques

Expressions des fluctuations dans un gaz[modifier | modifier le code]

À partir des expressions classiques de la physique statistique et de la thermodynamique[1], il est possible de calculer les βij, d'où les variances des quantités .

Variances
0 kT
0 kT
kT 0
0

T température thermodynamique,
p pression,
M masse molaire,
R Constante universelle des gaz parfaits,
CP capacité thermique massique à pression constante,
CV capacité thermique massique à volume constant.

On peut de la même façon calculer la fluctuation des composantes de la vitesse microscopique de particules de masse m

Diffusion et dissipation[modifier | modifier le code]

Au-delà des moments utilisée ci-dessus on peut aller plus loin avec le signal temporel des fluctuations. Celui-ci joue un rôle fondamental en physique statistique hors d'équilibre au travers de sa fonction d'autocorrélation :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Lev Landau et Evgueni Lifchits, Statistical Physics, Pergamon Press, (lire en ligne)
  2. (en) B. H. Lavenda, Statistical Physics. A Probabilistic Approach, Dover, (ISBN 0-48681-031-3, lire en ligne)