Florimond de Beaune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Florimond de Beaune
Expsoustangente.svg

Schéma du problème de Florimond de Beaune (1638) : trouver une courbe telle qu'en tout point, la sous-tangente C soit constante. Les solutions sont les courbes exponentielles.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 50 ans)
BloisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Florimond de Beaune, né en 1601 à Blois et décédé en 1652, est un juriste français (conseiller au présidial de Blois) et mathématicien amateur qui produisit la première introduction notable à la géométrie cartésienne (de Descartes). Il a entretenu une grande correspondance avec ce dernier, ainsi qu'avec Marin Mersenne.

De Beaune est le premier commentateur de la « Géométrie » de René Descartes[1]. Ses commentaires sont publiés en volume par van Schooten dans son édition critique de Descartes de 1649, mais dès 1639, Descartes, enthousiaste, écrit à son lecteur :

« J'ai admiré que vous ayez pu reconnaître des choses que je n'y ai mises qu’obscurément comme en ce qui regarde la généralité de la méthode... »

— Descartes: Réponse à M. de Beaune du 20 février 1639


De Beaune est passé à la postérité pour le « problème de De Beaune » qu'il a formulé dans ses commentaires à la Géométrie de Descartes, à savoir la détermination d'une ligne courbe à partir d'une propriété de sa tangente.

Descartes donne un encadrement de la solution, et propose une construction mécanique de la courbe faute de pouvoir en donner une expression algébrique[2],[3]. Ce problème est l’un de ceux résolu par G.-W. Leibnitz[4] (1684) et Jean Bernoulli[5] (1690) dans leur effort de systématisation du calcul différentiel et intégral.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Florimond de Beaune, La doctrine de l'angle solide construit sous trois angles plans
  • Florimond de Beaune, In geometriam Renati Descartes notæ breves in Renatus Descartes, « Geometria » (éd. Frans van Schooten, 2e éd. Elzevier de 1656).
  • Pierre Costabel, Florimond de Beaune, érudit et savant de Blois in Revue d'histoire des sciences, no 4, 1996, p. 13-15
  • Pierre Costabel, Le traité de l'angle solide de Florimond de Beaune in Actes du Onzième Congrès international d'histoire des sciences. Sect. III, Histoire des sciences exactes (Astronomie, Mathématiques, Physique), Wrocław, 1968, p. 189-194
  • Adrien Thibaut, Florimond de Beaune in Bulletin de la Société des sciences et lettres du Loir-et-Cher, no 4, 1896, p. 13-29
  • Jacques Dubois, Florimond de Beaune, mathématicien blésois d'origine tourangelle, ami et commentateur de Descartes in Bulletin de la Société archéologique de Touraine, Tome XVIV, Tours, 1996, p. 865-885
  • Jacques Barcat, Florimond de Beaune 1601-1652, le savant atypique de Blois, mémoire de maîtrise d'histoire soutenu au CESR de Tours, Université François Rabelais, Tours, juillet 2003
  • Jacques Barcat, Florimond de Beaune (1601-1652) : un savant blésois atypique in Bulletin de la Société des sciences et lettres du Loir-et-Cher, no 60, 2005, p. 21-64

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Léon Brunschvicg, Les étapes de la philosophie mathématique, Paris, Ed. Félix Alcan, (réimpr. 1993 aux éd. Vrin) (ISBN 2-85367-034-1), p. 126, §80 Les commentateurs de « La Géométrie »
  2. Lettre du 20 février 1639 à M. de Beaune, Œuvres complètes de Descartes, Adam et Tannery, tome II, p.514 et suivantes
  3. Cf. notamment Michel Chasles, Aperçu historique sur l'origine et le développement des méthodes en géométrie, Bruxelles, impr. Hayez, (lire en ligne), « Troisième époque », p. 96-97
  4. D’après E. Hairer et G. Wanner, Analysis by its History, New York, Springer, coll. « Undergraduate Texts in Mathematics », , 376 p. (ISBN 0-38794-551-2), « 1 - Introduction to the Analysis of the Infinite », p. 24-26 ; voir également Évelyne Barbin, Histoire des logarithmes, Paris, éd. Ellipses, (ISBN 978-2-7298-3027-4, notice BnF no FRBNF40232236), « Logarithmes et problèmes inverse des tangentes : de Descartes à Leibniz ».
  5. Cf. Jacques Bernoulli, Opera, vol. I (lire en ligne), « XL », p. 429

Liens externes[modifier | modifier le code]