Florence Wambugu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Florence Wambugu
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Présidente-directrice générale
Africa Harvest Biotech Foundation International (d)
depuis
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (65 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaines

Florence Muringi Wambugu (née le 23 août 1953) est une pathologiste des végétaux et virologue kényanne. Elle est surtout connue pour sa promotion de l'utilisation des biotechnologies pour augmenter la production alimentaire de l'Afrique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wambugu fréquente l'Université de Nairobi où elle obtient un B.Sc. en botanique et zoologie. En 1984, elle obtient une Maîtrise universitaire ès sciences de l'Université d'État du Dakota du Nord en pathologie, puis fait un Ph.D. à l'Université de Bath en 1991, qui lui décerne également un diplôme honorifique en 2009. Entre 1991 et 1994, elle fait des études post-doctorales chez Monsanto[1],[2]. Ce travail avec Monsanto, et des financements de la Fondation Gates, a donné lieu à débat : les investissements de cette entreprise et de cette fondation favorisent-ils un modèle agricole pertinent sur le long terme [3],[4] ?

Elle travaille un temps au Service international pour l'acquisition d'applications agricoles biotechnologiques, puis, en 1994, elle fonde et dirige l'Africa Harvest Biotech Foundation International (AHBFI), une fondation à « but non-lucratif » ayant des bureaux à Nairobi, Johannesburg et Washington, D.C.[5],[6]. Elle est également chercheuse associée principale d’Africa Biofortofied Sorghum Project, et auteur /éditrice de Modifying Africa: How Biotechnology Can Benefit the Poor[6].

En 2008, elle obtient un prix de la Yara Foundation pour ses contributions significatives à la lutte contre la faim et la pauvreté en Afrique[7].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Florence Wambugu est mère célibataire et a trois enfants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Answers - The Most Trusted Place for Answering Life's Questions », sur Answers.com (consulté le 16 novembre 2017)
  2. Martine Laronche, « Des transferts de technologies sous haute surveillance », Le Monde ,‎ (lire en ligne)
  3. Marion Douet, « OGM : l’Afrique à tout prix », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  4. (en) Mariam Mayet, « Africa's Green Revolution rolls out the Gene Revolution », Third World Resurgence, no 223,‎ , p. 12-17 (lire en ligne)
  5. (en) « Dr. Florence Muringi Wambugu », sur Africa Harvest, africaharvestintl (consulté le 14 septembre 2018).
  6. a et b « Dr. Florence Wambugu », sur le site d'Oxfam International
  7. (en) « The Yara Prize Laureates », sur yara.com

Liens externes[modifier | modifier le code]