Florence Morlighem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Florence Morlighem
Illustration.
Fonctions
Députée française
En fonction depuis le
(1 an, 4 mois et 28 jours)
Élection 18 juin 2017 (suppléante)
Circonscription 11e du Nord
Législature XVe législature
Groupe politique app. LREM
Prédécesseur Laurent Pietraszewski
Biographie
Date de naissance (51 ans)
Lieu de naissance Roubaix
Nationalité Française
Parti politique LREM (2016-2019)
Profession Syndic de copropriété

Florence Morlighem, née le à Roubaix, est une femme politique française. Membre de La République en marche jusqu'en 2019, elle devient députée en 2020 en remplacement de Laurent Pietraszewski, nommé au Gouvernement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Florence Morlighem est titulaire d'un diplôme universitaire de technologie en techniques de commercialisation. De 1991 à 1997, elle est chargée de communication événementielle à la chambre de commerce et d'industrie de Valenciennes, dans le Nord. De 2007 à 2017, pendant dix ans, elle travaille comme syndic de copropriété pour Sigla Sergic Descampiaux Dudicourt[1], une agence immobilière lilloise[2].

Militante à La République en marche[modifier | modifier le code]

Originaire de Lille, mère de deux enfants, divorcée, gestionnaire de copropriété de syndic[réf. nécessaire], Florence Morlighem rejoint dès sa création, en 2016, le mouvement En marche d'Emmanuel Macron, devenu La République en marche l'année suivante[3].

Elle se présente aux élections législatives de 2017 dans la onzième circonscription du Nord comme suppléante de Laurent Pietraszewski[4]. Ils sont élus avec 30 % des voix au premier tour puis 67 % au second tour, face à Nathalie Acs du Front national[5].

En octobre 2019, elle annonce son départ de La République en marche en raison de « graves dysfonctionnements internes au mouvement tant au local qu'au national » : elle indique notamment qu'elle ne souhaite pas que son nom soit « associé à Violette Spillebout », la tête de liste investie par LREM aux élections municipales à Lille face à la députée Valérie Petit, mais qu'elle soutient « toujours la politique du gouvernement sur le fond ». Elle se présente dès lors comme « macroniste »[3],[6]. Collaboratrice parlementaire de Laurent Pietraszewski pendant deux ans, elle indique qu'elle a cessé ses services « en bons termes avec une rupture conventionnelle » et qu'« il a brusquement coupé tout contact avec [elle] »[3]. Après son départ de LREM, elle affirme avoir été bloquée par les comptes Twitter de Violette Spillebout, de Laurent Pietraszewski et d'autres responsables du parti[3]. Elle fait alors publiquement part de ses désaccords avec Pietraszewski[3]. Après la nomination de ce dernier comme secrétaire d'État chargé des Retraites et son remplacement prochain à l'Assemblée nationale, elle déclare que les contacts ont été « renoués » et qu'ils entendent désormais « travailler en bonne intelligence »[3].

Députée[modifier | modifier le code]

Florence Morlighem devient députée le [7], apparentée au groupe La République en marche[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Extrait de la fiche de Mme Florence Morlighem », sur Lesbiographies.com, (consulté le 19 janvier 2020).
  2. « Descampiaux-Dudicourt », sur Societe.com (consulté le 19 janvier 2020).
  3. a b c d e et f « Laurent Pietraszewski a bloqué sur Twitter... sa suppléante », sur L'Obs, (consulté le 18 décembre 2019).
  4. Anne-Charlotte Pannier, « Législatives - La République en marche s'élance dans la onzième circonscription », sur La Voix du Nord, (consulté le 18 décembre 2019).
  5. « Résultats des élections législatives 2017 », sur Ministère de l'Intérieur, (consulté le 18 décembre 2019).
  6. « Retraites : qui est Laurent Pietraszewski, le remplaçant de Jean-Paul Delevoye au gouvernement ? », sur France Bleu, (consulté le 18 décembre 2019).
  7. Gilles Contraire, « Florence Morlighem officiellement députée de la onzième circonscription dimanche », sur La Voix du Nord, (consulté le 18 janvier 2020).
  8. « Modifications à la composition des groupes », sur Assemblée nationale (consulté le 20 janvier 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]