Florence Hartmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Florence Hartmann
Florence Hartmann Sarajevo 1377.jpg
Florence Hartmann en 2015, Sarajevo.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine

Florence Hartmann, née le en France, est une journaliste et essayiste française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle a travaillé pendant onze ans au journal Le Monde, couvrant notamment les conflits en ex-Yougoslavie. En 1999, elle a publié Milosevic, la diagonale du fou, réédité en livre de poche chez Folio (Gallimard) en 2002.

De 2000 à 2006, elle fut la porte-parole et la conseillère Balkans du procureur du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) Carla Del Ponte. De 2000 à 2003, elle fut également la porte-parole du parquet du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR). Elle a publié, en septembre 2007, Paix et châtiment, Les guerres secrètes de la politique et de la justice internationales, un ouvrage qui raconte le fonctionnement du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie.

En octobre 1992, Florence Hartmann fut la première journaliste à révéler l’existence du charnier d’Ovčara (en Croatie) contenant les corps de 263 personnes arrêtées à l’hôpital de Vukovar et exécutées dans une ferme des environs le par les forces serbes. Le , elle a témoigné à charge devant le TPIY dans le procès « Vukovar » contre trois officiers de l'Armée populaire yougoslave (JNA), Mile Mrkšić, Miroslav Radić et Veselin Šljivančanin, inculpés pour l’exécution des prisonniers de l’hôpital de Vukovar.

Florence Hartmann a reçu le le prix des Droits de l’Homme pour l’ensemble de son travail, décerné par le Comité Helsinki de Croatie.

Polémiques[modifier | modifier le code]

Reproches adressés à Carla del Ponte[modifier | modifier le code]

Article connexe : en:Organ theft in Kosovo.

En avril 2008, Florence Hartmann a publiquement reproché à Carla Del Ponte, procureur du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) d'avoir, dans ses mémoires, publié des rumeurs de trafic d'organes, à savoir des reins, par des Albanais du Kosovo sur des civils serbes malgré l'absence de tout élément de preuve juridiquement recevable. Après avoir souligné l'invraisemblance des allégations[1], elle rappelle que le rôle d'un Tribunal est d'établir des faits avérés afin de couper court aux racontars, à la propagande et au révisionnisme de mauvaise foi[2].

Reproches adressés à Carl Bildt[modifier | modifier le code]

Le 6 avril 2012 à Sarajevo, soutenue par le journaliste britannique Ed Vulliamy, Florence Hartmann prend publiquement à partie[3] Carl Bildt, Ministre des affaires étrangères de Suède, affirmant que celui-ci n'avait pas le droit moral d'assister à la commémoration du début du siège de la capitale bosniaque et de ses 11 000 habitants qui y ont péri, étant donné sa complaisance envers Slobodan Milosevic lorsqu'il était Premier ministre de Suède et représentant de l'Union Européenne en ex-Yougoslavie, chargé des négociations de paix[4].

L'affaire Hartmann[modifier | modifier le code]

Inculpation pour divulgation d'informations confidentielles[modifier | modifier le code]

Le , elle a été inculpée par Serge Brammertz, nouveau procureur du TPIY présidé par Fausto Pocar (it), pour « divulgation d'informations concernant des décisions confidentielles du TPIY ». Ces décisions portaient sur un accord entre le TPIY et la Serbie visant à cacher des preuves cruciales de l’implication de la Serbie dans le Génocide de Srebrenica afin d’éviter une éventuelle condamnation de l'État serbe par la Cour internationale de justice[5].

Dans les trois pages concernées (pp. 120-122) de son livre Paix et Châtiment et au départ dans son article sur le même sujet Vital Genocide documents concealed [6], Hartmann révélait que les juges de la Chambre d’appel du TPIY avaient en l'état violé les normes internationales et le règlement de procédure du TPIY lorsqu’ils avaient conclu l'accord avec la Serbie.

Le TPIY n'a jamais contesté la véracité de ce que Hartmann a écrit : il ne lui a pas non plus reproché d'avoir divulgué les preuves que la Serbie souhaitait protéger, ni même d'avoir violé une obligation de réserve en tant qu'ancienne porte-parole du TPIY. Le , l’avocat général a reconnu que Hartmann n'avait pas eu accès aux décisions confidentielles de la chambre d’appel du TPIY, concernant l'accord entre le Tribunal et la Serbie, ni pendant l’exercice de ses fonctions ni pendant la rédaction de son livre et de son article.

Condamnation[modifier | modifier le code]

L'enjeu de son procès, qui s'est ouvert le , était d'établir si les informations dévoilées, à savoir l'existence, la date, les parties concernées, étaient confidentielles ou si seules les preuves pouvant impliquer l'État serbe dans le génocide de la population de Srebrenica étaient protégées par l'ordre de confidentialité du Tribunal.

Le lundi 14 septembre 2009 à La Haye, la Chambre de première instance a condamné Hartmann à 7 000 euros d'amende pour "outrage au Tribunal" pour avoir divulgué des informations encore classées confidentielles[7]. Le jugement reconnaît que les informations confidentielles concernant l'accord entre le TPIY et la Serbie pour lesquelles Florence Hartmann était poursuivie avaient été révélées avant ses publications. La chambre note en revanche que le mode de raisonnement, appliqué par les juges pour protéger l'État serbe d'une condamnation par la CIJ pour génocide à Srebrenica, n’était pas encore tombé dans le domaine public.

Or, cette divulgation du raisonnement juridique ne faisait pas partie des charges portées à l'encontre de Florence Hartmann. En outre ledit "raisonnement juridique", qu'elle critiquait pour n'être pas conforme au règlement de procédure du TPIY, le TPIY lui-même l'avait publiquement évoqué avant les publications de Mme Hartmann[8]. Enfin, aucun principe de droit international ne permet à un tribunal de garder confidentiel le raisonnement à l'appui de ses propres décisions ni de suspendre le droit à la liberté d’expression concernant ce raisonnement.

« C'est une mauvaise journée pour les journalistes, les historiens qui enquêtent sur les faits et pour les victimes qui ont droit à la vérité » a déclaré l'avocat de la défense Me Guénaël Mettraux. « C'est un verdict qui tente d'imposer le silence sur les activités du TPIY » a estimé pour sa part Reporters sans frontières. Les associations de victimes ont par ailleurs condamné ce jugement qui, selon elles, porte atteinte à leurs intérêts et méprise des obligations inhérentes à la résolution 827 (paragraphe 7, 1993) du Conseil de sécurité des Nations unies, à l'origine de l'établissement du TPIY.

Appel[modifier | modifier le code]

Fin 2009, Florence Hartmann a interjeté appel. L'ONG internationale Article 19 s'est constitué Amicus curiae et a soumis un mémoire d'expert demandant à la Chambre d'appel du TPIY de respecter les normes internationales protégeant la liberté d’expression que la Chambre de première instance avait ignorées[9].

Le 19 juillet 2011, la Chambre d’appel du TPIY présidée par Patrick Robinson (en) a rejeté la totalité de l'appel et confirmé la condamnation de Florence Hartmann pour « divulgation de raisonnement juridique confidentiel »[10]. Au paragraphe 159, l'arrêt souligne que "la Chambre d’appel n’est pas liée par les décisions des juridictions régionales ou internationales, y compris la CEDH Convention européenne des droits de l'homme." Le TPIY ne se considère donc pas lié par la jurisprudence internationale en matière de Droits de l'Homme, y compris en ce qui concerne le droit à une justice équitable, à un procès impartial ou à la liberté d'expression.

Les ONG Article 19 et Reporters sans frontières ont qualifié la condamnation d'« indigne » ou d'«inquiétante » pour la liberté d'expression et rappelé qu'« il est du devoir de la presse de mettre en lumière le fonctionnement de la justice créée par la communauté internationale, de questionner ses mécanismes et de favoriser le débat public ». Article 19 a estimé que « condamner un journaliste qui pousse le TPIY à plus de transparence et de responsabilité » est « profondément anti-démocratique et manifestement inapproprié pour une instance pénale internationale. » [11]. Reporters sans Frontières a de son côté rappelé que « La CEDH a souligné avec constance l'intérêt public de la couverture journalistique des affaires judiciaires... Il serait illogique et dangereux que la justice internationale y fasse exception. »[12]

Hartmann a déposé les 7 000 € d'amende sur un compte bancaire dédié en France en invitant le TPIY à demander l'assistance des autorités françaises pour recouvrer ces fonds aux fins de payer l'amende. Ainsi, un juge français aurait pu être saisi pour vérifier la légalité de la procédure à l'encontre de Hartmann devant le TPIY, avant que la France puisse disposer des 7 000 € sur le compte dédié.

Mandat d'arrêt[modifier | modifier le code]

Le 16 novembre 2011, la veille de la fin du mandat de son président Patrick Robinson (en), le TPIY commue l'amende en peine de sept jours de prison et lance un mandat d'arrêt international ordonnant à la France d'arrêter Florence Hartmann pour la remettre au TPIY[13] et aux Pays Bas de la conduire à l’unité de détention du Tribunal à La Haye[14].

Les ONG Article 19 et Reporters sans Frontières ont dénoncé l'illégalité du mandat d’arrêt et appelé « tous les États, et en particulier les autorités françaises et néerlandaises, à ne pas devenir les complices de cette perversion de la justice international et à s'opposer à l'exécution de l'injonction du TPIY. » ARTICLE 19 souligne que les droits fondamentaux garantis par la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) doivent prévaloir face au TPIY et rappelle qu’en vertu de la jurisprudence de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, les autorités françaises ainsi que celles des 46 autres pays signataires de la Convention Européenne sont dans l’obligation de vérifier la légalité des ordonnances du TPIY avant de les mettre à exécution[15]. Carla Del Ponte a qualifié cette condamnation d'"absurde"[16].

Le 30 novembre 2011, Hartmann a saisi le rapporteur spécial des Nations unies pour la liberté d’expression, Frank La Rue[17]. Début décembre, elle a saisi la représentante de l’OSCE pour la liberté des médias, Dunja Mijatovic.

Le 27 décembre 2011, la France a informé le TPIY qu’elle ne disposait « d’aucun fondement juridique lui permettant de donner suite à la demande d’arrestation et de remise au Tribunal visant Florence Hartmann .»[18]

Dans son blog, l'intéressé répond que son accusatrice diffuse de « fausses informations », prenant prétexte de sa "condamnation" par le TPIY pour la discréditer ; la plupart des commentaires rétablissent les faits[19] et les journaux suédois rendent compte du soutien que Florence Hartmann a reçu de la part de personnalités bosniennes[20].

Arrestation et libération anticipée[modifier | modifier le code]

Elle est arrêtée à La Haye le 24 mars 2016 et remise au Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux[21] (MTPI).

Sa détention par le Mécanisme à la prison internationale de Scheveningen est jugée scandaleuse par de nombreux journalistes, en particulier, ses anciens collègues, qui prennent part pour elle et demandent sa libération[22],[23].

Le 29 mars 2016, ayant effectué plus des deux-tiers de sa peine, le président du Mécanisme, Théodore Meron (en), lui accorde une libération anticipée[24].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Milosevic, la Diagonale du fou, Denoël, octobre 1999.
  • Paix et Châtiment, Flammarion, septembre 2007.
  • Lanceurs d'alerte, les Mauvaises Consciences de nos Démocraties, DonQuichotte, février 2014
  • Le Sang de La Realpolitik : L'Affaire Srebrenica, DonQuichotte, juillet 2015[25],[26]

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. "... le maintien de la chaîne du froid et les conditions d'asepsie rendent extrêmement difficile la mise en œuvre réelle de telles pratiques... même la presse et les dirigeants serbes, qui se sont emparés, dès la fin mars, des révélations de Carla Del Ponte pour mieux dénoncer l'indépendance du Kosovo (proclamée le 17 février), ont émis des doutes en rappelant notamment la nécessité d'opérer dans un environnement parfaitement stérile, à proximité d'un aéroport plutôt que dans les montagnes du nord de l'Albanie." ("Carla Del Ponte lance des accusations 'irresponsables et indignes'", AFP, 5 avril 2008)
  2. "... Carla Del Ponte... admet qu'elle n'avait pas le début d'une preuve pour poursuivre l'enquête... S'il est du devoir d'un procureur de n'écarter aucune piste, est-il judicieux de révéler celles qui furent abandonnées du fait de l'absence de toute forme de preuve ? ... elle a tout simplement fait chou blanc. En parler aujourd'hui, alors que, depuis près de cinq ans, aucun nouvel élément pouvant accréditer cette thèse n'est apparu, est irresponsable. Désigner implicitement les commanditaires d'un crime non avéré sous prétexte que certains leaders albanais du Kosovo ont été suspectés d'autres crimes est indigne. ... En décidant dans son livre de Mémoires, de mélanger les genres et de juxtaposer des crimes jugés, donc irréfutablement établis, et ces thèses non vérifiées émanant de témoins dont elle ignore tout, jusqu'à l'identité, Carla Del Ponte encourage la confusion entre la rumeur et les faits, et risque ainsi de prêter le flanc aux révisionnistes de tout poil. Son travail au sein du TPIY consistait justement à rechercher la vérité malgré les obstacles, et à combattre ainsi le déni et la manipulation. Aujourd'hui, elle nous replonge dans les heures les plus sombres de la propagande." (Ibid.)
  3. hartman napala karla.mp4, Daily Motion, 6 avril 2012
  4. AFP, 6 avril 2012, 21h31
  5. Comment les archives éclairant le rôle de la Serbie de Milošević dans le génocide en Bosnie-Herzégovine ont été soustraites à la connaissance du public, Florence Hartmann, Association Sarajevo, 27 janvier 2008
  6. Vital Genocide documents concealed, Bosnian Institute, janvier 2008
  7. L’ex-porte-parole de Carla Del Ponte condamnée à 7000  euros d’amende pour outrage à la Cour, Sabine Cessou, Tribune de Genève, 14 septembre 2009
  8. [1]
  9. Voir aussi la version courte : http://www.article19.org/data/files/pdfs/analysis/icty-amicus-brief-in-the-case-of-florence-hartmann.pdf
  10. [2]
  11. [3]
  12. [4]
  13. Le Figaro - 16 novembre 2011
  14. [5]
  15. [6]
  16. [7]
  17. [8]
  18. [9]
  19. "Gripande i Sarajevo", Alla dessa dagar, 7 avril 2012
  20. "Rätt att Bildt får kritik", Hannes Delling, Svenska Dagbladet, 7 avril 2012
  21. Mechanism arrests contempt convict - unmict.org
  22. « La détention scandaleuse de Florence Hartmann », sur lemonde.fr (consulté le 28 mars 2016)
  23. « Vague de soutiens à Florence Hartmann », sur lemonde.fr (consulté le 28 mars 2016)
  24. Florence Hartmann Granted Early Release - unmict.org
  25. Florence Hartmann et Ed Vulliamy, « How Britain and the US decided to abandon Srebrenica to its fate », sur the Guardian (consulté le 5 juillet 2015)
  26. Ed Vulliamy, « Revealed: the role of the west in the runup to Srebrenica’s fall », sur the Guardian (consulté le 5 juillet 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]