Florence Granjus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Florence Granjus
Illustration.
Florence Granjus en 2017.
Fonctions
Députée de la 12e circonscription des Yvelines
En fonction depuis le
(1 an, 4 mois et 1 jour)
Élection 18 juin 2017
Législature XVe
Prédécesseur David Douillet
Biographie
Date de naissance (56 ans)
Lieu de naissance Nanterre, Seine, France
Nationalité française
Parti politique REM
Profession cadre dans le domaine de l'emploi
Site web florencegranjus2017.fr

Florence Granjus est une femme politique française née le à Nanterre.

Investie par La République en marche, elle est élue députée dans la douzième circonscription des Yvelines le 18 juin 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Florence Granjus occupe plusieurs fonctions à l’Agence nationale pour l'emploi (ANPE) puis à Pôle emploi, de directrice d’agence à la direction générale[1] : elle est à l'origine des sessions de recrutement éclair, et a mis en place les entretiens par internet[2].

Le , lors du deuxième tour des élections législatives, elle devance le député sortant David Douillet et est élue députée avec 56,63 % des voix[3].

Son suppléant est Émeric Vallespi[4], président de Wikimédia France jusqu'à l'élection de Florence Granjus[5] ; une fois élue, il devient son assistant parlementaire. Depuis septembre 2017, Nathalie Martin, jusqu'alors directrice exécutive de Wikimédia France, est également son assistante parlementaire[6], jusqu'à être remplacés tous les deux[7].

Activités parlementaires[modifier | modifier le code]

Le 20 septembre 2017, François de Rugy, président de l'Assemblée nationale, annonce sa nomination dans l'un des groupes de travail visant à réformer l'Assemblée nationale et portant sur « la démocratie numérique et les nouvelles formes de participation citoyenne ».

Début 2018, elle fait partie d'une centaine de députés LREM qui s'opposent à une proposition de loi souhaitée par le gouvernement et portant sur les conditions du placement en centre de rétention des étrangers soumis au règlement européen sur l’asile : elle met ainsi en cause le « danger de banaliser l’enfermement »[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]