Florence Blanchard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Florence Blanchard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Nationalité
Activité

Florence Blanchard, dite Ema[1], est une graffeuse et artiste peintre française. Née en 1977 à Montpellier, elle vit et travaille à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Une des toutes premières femmes active dans le monde du graffiti français[2], elle adopte le nom ‘Ema’ au début des années 1990[3] et se spécialise dans un premier temps dans le lettrage (calligraphie graffiti). Son travail atteint les murs et les trains du sud de la France, de Barcelone, de Paris ainsi que le reste de l’Europe, avant qu’il n’aille jusqu’aux États-Unis où elle résidera à New York pendant 10 ans.

Son départ à New York s’inscrit dans une démarche scientifique, identitaire et artistique. C’est le premier pas d’une longue recherche doctorale en biologie moléculaire à New York University - autre pan fondamental de sa vie (ses œuvres plastiques tirent parfois leur inspiration de ses travaux de recherche en biologie[4],[5]). C’est aussi un retour dans une ville où elle a passé les premiers moments de sa vie et aux racines du mouvement hip-hop, «un idéal moral et artistique qui [lui] a servi de référence, étant adolescente»[1].

Son implication dans la culture underground New Yorkaise et principalement de Brooklyn l'amène à diverse rencontres enrichissantes. Ema a collaboré avec un crew de breakdance japonais - en tant que danseuse. Elle participe aux événements clés du hip hop américain : BBoy BBQ à Philadelphie, l'anniversaire du Rock Steady Crew, et Harlem Hall of Fame à New York. Elle rencontre aussi le pionnier du cinéma expérimental Jonas Mekas. Mais, après avoir peint avec des légendes du genre, comme les graffeurs Lady Pink, et Smith elle s’éloigne du mouvement pour s'intéresser aux courants pop-surréaliste et abstrait.

Du graffiti, elle préserve cependant la bombe et le support mural. Qu’ils appartiennent à l’espace public, aux galeries ou aux particuliers, les murs extérieurs et intérieurs qu’Ema recouvre de son art sont dispersés à travers le continent nord-américain : San Francisco, Trenton, Philadelphie, Miami, New York. En parallèle, elle expose dans les grandes capitales à New York, Paris, Berlin, Los Angeles. En 2010 Elle participe au projet Underbelly New York, à la TED Women conference à Washington et à Art Basel Miami Beach. Elle se distingue dans le monde du street art par le 'Dropman'[6], un personnage en forme de goutte qu'elle aime dessiner, couper et coller sur les murs parisiens, londoniens ou encore new-yorkais.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) Libération, 15 août 2011 [1]
  2. (fr) Le Vif, 25 juillet 2011 [2]
  3. (fr) ArtistikRezo, 5 avril 2011 [3]
  4. « La nouvelle Banksy s'appelle EMA », sur cheekmagazine.fr/, (consulté le 15 mars 2015)
  5. (en) « NIGHT VISIONS by Florence Blanchard On View Now at B&B Gallery », sur thecitrusreport.com, (consulté le 15 mars 2015)
  6. « Ema. Savante contre-culture », XXI, no 16,‎ , p. 22-23 (ISSN 1960-8853)

Expositions[modifier | modifier le code]

Galerie Voskel, Paris, avril – mai 2011

Recoat Gallery, Glasgow, septembre – octobre 2011

B&B Gallery, Sheffield – novembre 2014

Bibliographie et filmographie[modifier | modifier le code]

Graffiti Women: Street Art from Five Continents, Nicolas Ganz, Abrams, New York, 2006

Street Art: The Best Urban Art from Around the World, Ket (dir.), Michael O’Mara Books, Londres, 2011

New York City Girls Yseult Digan, Ma Production, 2008

The Mammoth Book of Street Art, JAKe, Constable and Robinson, 2012

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]