Florence Berthout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Florence Berthout
Illustration.
Fonctions
Maire du 5e arrondissement de Paris
En fonction depuis le
(4 ans, 7 mois et 6 jours)
Élection 30 mars 2014
Prédécesseur Jean Tiberi
Présidente du groupe les Républicains
au Conseil de Paris
En fonction depuis le
(1 an, 4 mois et 13 jours)
Élection
Prédécesseur Nathalie Kosciusko-Morizet
Conseillère de Paris
En fonction depuis le
(17 ans, 8 mois et 1 jour)
Élection 18 mars 2001
Maire Bertrand Delanoë
Anne Hidalgo
Conseillère régionale d'Île-de-France
En fonction depuis le
(2 ans, 11 mois et 1 jour)
Élection 13 décembre 2015
Président Valérie Pécresse

(5 ans, 11 mois et 19 jours)
Élection 28 mars 2004
Président Jean-Paul Huchon
Biographie
Date de naissance (56 ans)
Lieu de naissance Houdan (Yvelines)
Nationalité Française
Parti politique Les Républicains
(anciennement RPR, puis UMP)
Diplômée de IEP de Bordeaux
IRA de Lille
Profession Directrice générale d'un établissement culturel

Florence Berthout, née le 25 juin 1962 à Houdan (Yvelines), est une femme politique française, maire du 5e arrondissement de Paris, membre du parti Les Républicains.

Études et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Elle est diplômée de l'Institut d'études politiques de Bordeaux et de l'Institut régional d'administration de Lille[1].

Elle entre en 1987 dans l'administration publique, au sein de la Caisse des dépôts et du Crédit local de France[2]. Entre 1993 et 2007 elle travaille dans les ministères, d'abord auprès de Roger Romani[3]. Elle poursuit sa carrière auprès de Jean-François Copé, puis de Dominique de Villepin au ministère de l'Intérieur[4] et à Matignon[5] en tant que conseillère parlementaire. En 2007, elle est nommée directrice générale de l'Établissement public du parc et de la grande halle de la Villette. En 2014, elle apporte son soutien à Bruno Le Maire durant la campagne pour la présidence de l'UMP. Elle avait travaillé avec lui auprès de Dominique de Villepin.

Elle anime une émission littéraire hebdomadaire sur la station de radio RCJ[6].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Florence Berthout est tout d'abord élue conseillère de Paris en 2001 sur la liste de Jean-François Legaret, maire du 1er arrondissement de Paris. Elle est réélue en 2008.

En 2014, elle obtient la tête de liste de l'UMP pour les élections municipales de 2014 dans le 5e arrondissement de Paris. Au premier tour, elle s’oppose[7] à la liste de Dominique Tiberi, fils du maire sortant Jean Tiberi[8],[9], sur une liste investie par Nathalie Kosciusko-Morizet. Les deux listes fusionnent et Florence Berthout est élue maire de cet arrondissement[10],[11] au second tour[12].

Elle apporte son soutien à Bruno Le Maire durant la campagne pour la présidence de l'UMP de 2014. Elle avait travaillé avec lui auprès de Dominique de Villepin. Elle le soutient également pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016. En septembre 2016, elle est nommée directrice de campagne régionale pour Paris[13].

Le 2 mars 2017, dans le cadre de l'affaire Fillon, elle renonce à soutenir le candidat LR François Fillon à l'élection présidentielle[14]. Dans l'entre-deux-tours, qui oppose Marine Le Pen à Emmanuel Macron, elle annonce qu'elle votera pour le candidat En marche ![15]. Elle soutient Nathalie Kosciusko- Morizet dans sa tentative infructueuse de succéder à François Fillon, comme députée de la circonscription[16].

Le 6 juillet 2017, elle est élue présidente du groupe LR au Conseil de Paris[17] ; elle succède à ce poste à Nathalie Kosciusko-Morizet, fragilisée par sa défaite aux législatives[18].

Opposition à Anne Hidalgo[modifier | modifier le code]

En tant que leader de l'opposition, Florence Berthout s'investit « sans concession » contre la politique de la maire de Paris, Anne Hidalgo[19].

Elle dénonce notamment la piétonnisation des voies sur berges, et défend la réouverture à la circulation de ces voies, en semaine[20]. Elle souligne le danger qu'il y a, « en cas d’attentat », à ce que cette voie soit fermée[21]. Elle estime que cette piétonnisation revient à restaurer des « barrières héritées d’un autre âge », et contribue à « interdire Paris aux pauvres »[22].

Elle dénonce à partir de 2016 le réaménagement de la place du Panthéon, qui implique la disparition de 144 places de stationnement[23]. Elle s'oppose aux modalités de paiement du stationnement dans Paris, qu'elle estime être un « racket »[24].

En mai 2018, elle publie un pamphlet visant à dénoncer la communication de la mairie de Paris, qu'elle qualifie de « novlangue au sens de George Orwell »[25].

Au début de 2018, elle saisit le préfet de Paris de la question des stationnements interdits, dénonçant le fait que « les enlèvements sont très nombreux »[26].

Plus localement, elle s'inquiète des restrictions que provoquerait le passage en zone 30 d'un quartier de son arrondissement[27].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Florence Berthout » Me connaitre », sur www.airmexpascher.fr (consulté le 7 octobre 2017)
  2. « Florence Berthout prend les rênes de la Villette, « un poste de passion » », sur Le Figaro, (consulté le 30 novembre 2014)
  3. « Florence Berthout : sous le givre, la rage », Pressbook de Julie Guérineau,‎ (lire en ligne)
  4. Arrêté du 22 avril 2004 portant nomination au cabinet du ministre.
  5. Arrêté du 21 juin 2005 relatif à la composition du cabinet du Premier ministre
  6. Sophie de Ravinel, « Face à Anne Hidalgo, la droite parisienne cherche encore sa voie », Le Figaro, 13-14 octobre 2018, p. 19.
  7. « Municipales à Paris: Madame Respectable défie les Tiberi », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  8. http://www.villette.com/ressources/documents/3/8398,RA2012.pdf
  9. http://www.nkmparis.fr/arrondissement/5e/Florence-Berthout
  10. http://www.mairie05.paris.fr/mairie05/jsp/site/Portal.jsp?document_id=14986&portlet_id=428&comment=1&current_page_id=86
  11. http://www.paris.fr/accueil/Portal.lut?page_id=1&elected_official_directory_id=8843&portal_component=15&actormandate=4
  12. « Groupe UMP au Conseil de Paris », sur groupeump.paris (consulté le 21 mai 2015)
  13. « Équipe politique autour de Bruno Le Maire », brunolemaire.fr, consulté le 19 septembre 2016.
  14. « Le compteur des lâcheurs de Fillon », liberation.fr
  15. Marie-Anne Gairaud, « Présidentielle : les élus LR de Paris appellent à voter Macron », leparisien.fr, 28 avril 2017.
  16. « Ve : NKM mobilise ses troupes pour les législatives », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  17. http://www.lepoint.fr/politique/paris-florence-berthout-succede-a-nkm-a-la-tete-de-l-opposition-lr-05-07-2017-2140916_20.php
  18. Le Point, magazine, « Paris : Florence Berthout succède à NKM à la tête de l'opposition LR », Le Point,‎ (lire en ligne)
  19. « Paris: Nouvelle présidente LR, Florence Berthout veut s'opposer «sans concession» à Anne Hidalgo », sur www.20minutes.fr (consulté le 9 août 2018)
  20. « Voies sur berge à Paris : une réouverture à la circulation "cinq jours par semaine", propose Florence Berthout », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  21. « 1er arrondissement – Fermeture des voies sur berges rive droite : 10mn de trajet en plus de Concorde à Henri IV ! | Les Républicains Paris : Premiere circonscription », sur circo1.fr (consulté le 6 août 2018)
  22. « Piétonnisation des voies sur berges : Anne Hidalgo veut-elle achever d’interdire Paris aux pauvres ? », Atlantico.fr,‎ (lire en ligne)
  23. « Place du Panthéon : la mairie renonce à son projet de piétonnisation », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  24. « Paris: «Racket», «harcèlement»... L’opposition monte au créneau contre la réforme du stationnement », sur www.20minutes.fr (consulté le 6 août 2018)
  25. « La patronne de la droite parisienne s'attaque à la «novlangue» d'Hidalgo », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  26. « Paris : la place du Panthéon, base arrière de la fourrière ? », Le Parisien,‎ (paris-la-place-du-pantheon-base-arriere-de-la-fourriere-21-01-2018-7513884.php)
  27. « Paris : la création d’une zone 30 inquiète la mairie du Ve », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  28. Décret du 13 juillet 2011 portant promotion et nomination