Flore laurentienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Flore laurentienne, l'œuvre maîtresse du frère Marie-Victorin, dresse l'inventaire floristique (plantes vasculaires: Ptéridophytes, Gymnospermes, Angiospermes) de la vallée du Saint-Laurent, au Québec. Édité par les Frères des Écoles chrétiennes en 1935, le manuel comporte 1568 plantes décrites, 917 pages, 22 cartes et 2 800 illustrations du frère Alexandre Blouin[1]. Toujours disponible aujourd'hui, l'ouvrage a connu plusieurs éditions[2]:

  • La deuxième édition, entièrement revue et mise à jour, parue en septembre 1964,
  • La troisième édition, mise à jour et annotée, parue en octobre 1995.

Extrait de la première page:

« Ce livre, Flore laurentienne, n'est pas la flore complète du Québec dans ses limites politiques actuelles. Encore moins est-il la flore critique définitive de notre vaste province. La flore critique et complète du Québec est une œuvre de longue haleine, commencée sans doute, mais dont l'achèvement ne sera possible qu'au moment où la génération actuelle de botanistes aura terminé l'exploration du territoire, dressé l'inventaire, et mis au point un grand nombre de questions de détail. »

— Marie-Victorin, Préface à la première édition, le 3 avril 1935

Dans la culture[modifier | modifier le code]

La Flore laurentienne est mentionnée plusieurs fois dans le roman célèbre de Réjean Ducharme, L’Hiver de force.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Alexandre Blouin (1892-1987) », Flore laurentienne, organisation sans but lucratif
  2. « Préface - Nature de l'ouvrage », Flore laurentienne, organisation sans but lucratif

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]