Flora de Mariposa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».

Flora de Mariposa
Image illustrative de l’article Flora de Mariposa
Pénélope Leprévost et Flora de Mariposa au 54e CHI de Genève, en 2014.

Race BWP
Père For Pleasure
Mère Adeline
Père de mère Power Light
Taille 1,67 m
Sexe Jument
Robe Alezan
Naissance (14 ans)
Pays de naissance Drapeau de la Belgique Belgique
Éleveur Herman de Brabander
Propriétaire Geneviève Mégret
Cavalier Pénélope Leprévost, puis Félicie Bertrand

Flora de Mariposa est une jument de saut d'obstacles alezane inscrite au stud-book BWP, née le en Belgique, à l'élevage de Herman de Brabander. Elle obtient de très bons résultats dès ses jeunes années, de 4 à 7 ans, sous la selle du cavalier belge Kurt De Clercq. La Française Geneviève Mégret, propriétaire du haras de Clarbec en pays d'Auge, en fait l'acquisition fin 2012 et la confie à la cavalière rouennaise Pénélope Leprévost, qui la mène au plus haut niveau. Flora de Mariposa est la révélation française de l'année 2014, malgré son jeune âge, grâce à ses performances pendant les Jeux équestres mondiaux. En 2015, elle décroche deux Grands Prix et réalise la meilleure saison des chevaux français d'obstacle, ce qui lui vaut d'être élue « cheval de l'année ». Sélectionnée pour les Jeux olympiques de Rio en 2016, elle décroche une médaille d'or par équipes. Blessée en 2017, elle échoit à une autre cavalière, Félicie Bertrand, fin 2018.

Fille de For Pleasure, Flora de Mariposa a hérité de son style de saut, avec un port de tête haut et des membres postérieurs groupés. Respectueuse et réputée gentille, elle a cependant un caractère sensible et parfois difficile, nécessitant de la canaliser en concours. Pénélope Leprevost, séduite par les qualités sportives de sa monture, s'est également vue confier Ilena de Mariposa, l'une des filles de Flora.

Histoire[modifier | modifier le code]

Flora de Mariposa naît le [1] à l'élevage du Belge flamand Herman de Brabander, qui devine très vite que sa pouliche présente des qualités exceptionnelles[2] pour le sport, bien qu'elle ait souvent mauvais caractère[3].

Elle est montée durant ses jeunes années par le Belge Kurt De Clercq. Koen de Brabander, le fils d'Herman, se rend compte qu'il détient peut-être une crack lorsque la jument atteint 4 ans[3] : Flora de Mariposa est en effet révélée assez tôt lorsqu'elle est sacrée Élite au championnat de Belgique des chevaux de 4 ans en 2009. Elle termine neuvième du cycle des chevaux de 5 ans en raison d’un barrage manqué[3], puis troisième du cycle des chevaux de 6 ans[4], malgré une faute en finale[3]. Elle parvient en finale du championnat du monde des jeunes chevaux à Lanaken la même année. Elle est vendue à 6 ans aux écuries Lenssens, toujours en Belgique, où Tom Camerlijnck la forme pendant un an[3].

Achat par le haras de Clarbec et débuts avec Pénélope Leprevost[modifier | modifier le code]

Pénélope Leprevost et Flora de Mariposa au 53e CHI de Genève, en 2013

C'est en 2012 que la cavalière française Pénélope Leprevost[4] repère les qualités de Flora de Mariposa, d'après elle avant la concurrence[3]. Sa mécène Geneviève Mégret acquiert la jument en décembre auprès des frères Lenssens[5], alors que Flora est âgée de 7 ans, après l'avoir vue sauter[6]. Elle est convaincue, de même que son mari, de ses qualités[3]. Le nouveau couple débute les concours internationaux en 2013[7]. Flora de Mariposa est stationnée au haras de Clarbec, une écurie de compétition située dans le pays d'Auge, Geneviève Mégret étant propriétaire de ce haras[8].

Saison 2014[modifier | modifier le code]

D'après Grand Prix magazine, qui lui consacre un portrait en décembre et la qualifie de « surdouée », la jument est la révélation française de l'année 2014[3]. D'après Eurosport, elle démarre la saison « sur les chapeaux de roue », avec une victoire sur une épreuve à 1,50 m et une seconde à 1,45 m à Leipzig, en janvier[9]. La progression est fulgurante, en particulier au mois de juin[6], puisque Flora et Pénélope remportent une étape de la Coupe des nations à Rotterdam[4]. Cela convainc le sélectionneur de l'équipe de France de saut d'obstacles Philippe Guerdat[10]. Flora de Mariposa est considérée comme trop jeune et inexpérimentée pour les jeux équestres mondiaux de 2014 à Caen, mais la blessure de Dame Blanche, la jument pressentie pour l'échéance avec Pénélope Leprevost[6], entraîne sa sélection avec succès. Flora de Mariposa participe à la médaille d'argent décrochée par l'équipe de France en Normandie[4], malgré une faute sur l'avant-dernier obstacle du parcours pendant les épreuves par équipe[11] et une chute impressionnante sur la rivière pendant les qualifications individuelles[12], ce qui entraîne l'élimination du couple[13]. En dépit de cette chute, Flora reste intacte tant physiquement que mentalement. Elle est mise au repos pendant deux mois pour récupérer, avant de retravailler sur le franchissement des rivières[10].

Les performances de Flora en 2014 entraînent des propositions d'achat de la part de marchands de chevaux et de cavaliers internationaux, y compris de Nick Skelton et Scott Brash, qui sont toutes déclinées par le haras de Clarbec[10]. En décembre, le couple remporte la guerre des sexes aux Guccis Masters, une épreuve d'obstacles qui oppose les cavaliers aux cavalières, Pénélope Leprevost étant la meilleure cavalière de l'équipe féminine[14]. En décembre 2014, Flora est 21e au classement des meilleurs chevaux de saut d'obstacles établi par la WBFSH[10].

Saison 2015[modifier | modifier le code]

Flora de Mariposa réalise une excellente saison en 2015. La cavalière déclare pourtant forfait pour blessure de sa monture à La Baule en mai[15], due à une petite contusion osseuse au pied antérieur gauche[16], consécutive à un choc[17]. Cela laisse planer un doute sur leur participation aux championnats d'Europe en août[18]. Flora de Mariposa recommence doucement à travailler au trot en juin[19]. Après deux mois de repos, elle fait son retour sur le CSI2* (concours de saut international deux étoiles) de Dettighofen, en Allemagne[20]. Elle décroche une seconde place au CSIO (concours de saut international officiel) d'Hickstead en août[21]. En pleine forme pour le championnat d'Europe de saut d'obstacles à Aix-la-Chapelle deux semaines plus tard, Flora de Mariposa commet une faute sur la palanque lors des épreuves par équipes, ce qui débouche sur une cinquième place de la France par équipe[12]. Elle termine cependant les épreuves individuelles à la quatrième place[22]. Élue cheval de l'année 2015 par le magazine L'Éperon[22], Flora de Mariposa reçoit sa récompense lors du salon du cheval de Paris en décembre[23].

Saison 2016[modifier | modifier le code]

En avril 2016, elle décroche l'étape d'Anvers du Global Champions Tour[24] devant un autre cavalier français, Simon Delestre, grâce à un triple sans fautes[25]. En juin, Flora et sa cavalière chutent au passage d'un oxer pendant le barrage du CSIO5* (concours de saut international olympique 5 étoiles) de Rotterdam[26]. Les examens vétérinaires approfondis ne révèlent aucune blessure et aucun problème de santé, ce qui permet à Flora de Mariposa de rester en lice pour les Jeux olympiques d'été de 2016 [27]. Le couple participe à ces J.O. à Rio[28], la jument arrivant sur le sol sud-américain dans la nuit du dimanche 7 août[29]. Représentant une chance raisonnable de médaille pour la France[30], elle fait une crise de coliques le vendredi 12 août au soir[31] mais récupère dans la journée du lendemain[32]. Pendant les qualifications, la jument et sa cavalière chutent à la réception d'un oxer, ce qui élimine Pénélope Leprevost et Flora de Mariposa des épreuves individuelles[33]. La jument et sa cavalière participent néanmoins à la médaille d'or décrochée par la France par équipes[34].

Saisons 2017 à 2019[modifier | modifier le code]

Elle se blesse fin juillet 2017, et reprend la compétition en octobre 2018 avec une nouvelle cavalière, Félicie Bertrand[35]. Elle se re-blesse fin décembre 2018 à Liverpool[36], puis est soignée en clinique vétérinaire dans cette ville, et retourne chez ses propriétaires au haras de Clarbec en avril 2019[37].

Description[modifier | modifier le code]

Technique de saut de Flora de Mariposa.

Flora de Mariposa est une jument de robe alezane toisant 1,67 m[8] ou 1,68 m, qui paraît à tort assez « courte »[38]. Sa morphologie est très athlétique[38] et elle dispose d'une grande puissance dans l'arrière-main[10]. Elle est décrite comme une jument respectueuse, légère et rapide, avec une forte personnalité et de la sensibilité[4]. Réputée gentille, elle peut néanmoins présenter son postérieur à sa cavalière ou ses soigneurs, ce qui oblige à l'attacher avant de lui prodiguer des soins[10]. Elle se montre plus compliquée à gérer à domicile qu'en concours[6],[10]. Elle peut prendre peur à l'envol d'un oiseau[10] et se montre hypersensible aux éléments, tels que la pluie et le vent. Il arrive qu'elle refuse de marcher dans l'eau. Elle déteste aussi se faire natter la crinière, secouant la tête avant les concours, ce qui a conduit sa cavalière Pénélope Leprevost à parler d'un « fichu caractère de fille », et à déclarer que sans ses performances sportives, elle ne garderait pas Flora de Mariposa en raison de ce caractère[12]. Pénélope Leprevost estime néanmoins qu'elle est sa « jument d'une vie », et peut-être « sa Jappeloup »[39],[40]. Elle décrit également une « osmose » entre la jument et elle, témoignant que le travail réalisé avec les propriétaires de Flora porte ses fruits[41].

Sa propriétaire Geneviève Mégret en parle comme d'un « génie de l'obstacle », une jument dotée d'un sens de la barre exceptionnel et qui semble sauter sans effort. Elle est également très vive et réactive, parfois au point de montrer trop d'énergie et d'avoir besoin d'être canalisée[6]. Sa technique à l'obstacle semble héritée de son père For Pleasure, avec un port de tête haut et des postérieurs regroupés[6].

Au travail, Flora de Mariposa était relativement dissipée à ses débuts, mais elle dispose de grandes capacités d'apprentissage. Pénélope Leprevost a pris plusieurs mois pour obtenir davantage de rondeur, et apprécie la souplesse de sa jument[38]. Toujours d'après sa cavalière, Flora de Mariposa sort régulièrement en extérieur et apprécie son travail à la longe avec un licol éthologique[38]. En raison de sa sensibilité au climat, Flora est travaillée en fonction de la météo, notamment pour éviter le travail en carrière et les extérieurs par jour de grand vent[38]. Penelope fait généralement sauter sa jument deux jours avant l'échéance de chaque concours, sur de petites barres de réglage et en insistant sur la gestion des virages et des demi-tours[38].

Palmarès[modifier | modifier le code]

2013[modifier | modifier le code]

  • Novembre : Seconde du Prix de la ville de Saint-Lô (CSI2*)[7].
  • Décembre : Troisième du Grand Prix Coupe du Monde (CSI5*W) à Londres[7],[42].

2014[modifier | modifier le code]

Flora de Mariposa montée par Pénélope Leprévost au 54e CHI de Genève en 2014
  • Mars : Seconde du CSI5* (concours de saut international 5 étoiles) du saut Hermès à Paris[7].
  • Vainqueur de l'épreuve à 1,50 m du circuit coupe du monde de Leipzig[7].
  • Août : Sans faute à la première manche du CSIO4* de Gijón[43].
  • Août : Médaille d'argent par équipe aux Jeux équestres mondiaux de 2014 à Caen en Normandie[4],[44], 29e en individuel[42].
  • Décembre : Vainqueur de la « guerre des sexes » aux Guccis Masters[45].

2015[modifier | modifier le code]

Grâce à ses performances pendant la saison, Flora de Mariposa a été élue cheval de l'année 2015[22].

2016[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Flora de Mariposa est enregistrée auprès du stud-book belge BWP, et dispose d'un pedigree séduisant[5]. L'éleveur Herman de Brabander a choisi l'étalon For Pleasure en croisement en raison de son caractère et des preuves de qualité qu'il a fournies sur la durée[2]. For Pleasure est en effet un étalon très populaire, dont la production est recherchée au niveau mondial[5]. Côté maternel, Trezebees et Cantinero ont fait preuve également de leurs qualités, avec des parcours bouclés à 1,60 m[38].

Origines de Flora de Mariposa[54]
Père
For Pleasure
1986 - 2011
Hanovrien
Alezan, 1,67 m
Furioso II
1965 - 1986
Selle français A
Furioso
1939 Pur-sang
Precipitation
Maureen
Dame de Renville
1947 Demi-sang
Talisman
Que je suis belle
Gigantin
1980 -
Hanovrien
Grannus
1972 Hanovrien
Graphit
Odessa
Goldi
1976 Hanovrien
Goya
Fortuna
Mère
Adeline
2000 -
BWP
Alezan
Power Light
1988 -
Hanovrien
Pilot
1974 Westphalien
Pilatus
Gratia
Dina
1981 Westphalien
Debutant
Dora
Quirinal
1993 -
BWP
Quito de Baussy
1982 Selle français A
Jalisco B
Urgande B
Londy
1988 BWP
Primo des Bruyères
Ededee

Par ailleurs, l'élevage de Mariposa a déjà été remarqué pour la qualité de ses produits : Matisse de Mariposa, issu d'une mère qui est la demi-sœur de Flora et de Diamant de Semilly, a été élu second meilleur candidat étalon BWP lors de l'approbation de 2015[55],[56]. Hermès de Mariposa, frère utérin de Flora, a remporté l'approbation du stud-book BWP[38].

Descendance[modifier | modifier le code]

Flora de Mariposa a deux descendants. En 2007, alors qu'elle est âgée de seulement deux ans, elle est inséminée par l'étalon Berlin (Caspar) et porte une pouliche, Ilena de Mariposa, jusqu'à son terme et à sa naissance naturelle en 2008[38]. Elle est inséminée par Nabab de Rêve en 2011, et donne cette fois un poulain, Margriet de Mariposa, qui naît par transfert d'embryon vers une autre jument, pour ne pas compromettre sa carrière sportive[38].

En novembre 2015, Pénélope Leprevost accueille Ilena de Mariposa, qui rejoint le piquet de jeunes chevaux de la cavalière[57], étant elle aussi stationnée au haras de Clarbec[58]. À l'avenir, ses propriétaires envisagent de faire reproduire Flora avec leur étalon Vagabond de la Pomme, mais ils privilégient sa carrière sportive[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Horse Flora De Mariposa », sur www.fei.org (consulté le 8 août 2016).
  2. a et b « Herman de Brabander : " J'ai vu très vite que Flora était exceptionnelle" », leperon.fr, (consulté le 8 août 2016).
  3. a b c d e f g et h Verrier 2014.
  4. a b c d e et f Golla 2016, p. 60.
  5. a b et c Fournier 2015, p. 34.
  6. a b c d e et f « Flora de Mariposa, en route pour les sommets ? », sur infojumping.actucheval.eu, Info Jumping (consulté le 8 août 2016).
  7. a b c d et e « Flora de Mariposa », Fédération française d'équitation (consulté le 7 août 2016).
  8. a et b Golla 2016, p. 59.
  9. « Leprevost et Flora de Mariposa (re)démarrent sur les chapeaux de roue », sur Eurosport, (consulté le 8 août 2016).
  10. a b c d e f g h et i Fournier 2015, p. 36.
  11. « JEM/CSO: Pénélope Leprevost 4 points », sur leperon.fr, (consulté le 8 août 2016).
  12. a b et c Trevisan 2015.
  13. L. Q., « JEM 2014 : la normande Pénélope Leprévost éliminée de l'épreuve du CSO après une chute », sur France 3 Basse-Normandie, (consulté le 8 août 2016).
  14. « Flora de Mariposa et Pénélope Leprévost - Vainqueurs Guerre des Sexes Gucci Masters », sur www.webstallions.com, (consulté le 8 août 2016).
  15. « Flora de Mariposa, forfait pour La Baule », sur leperon.fr, (consulté le 8 août 2016).
  16. Elodie Mas, « Nouvelles rassurantes pour Flora de Mariposa », sur leperon.fr, (consulté le 8 août 2016).
  17. Marion Gergely, « Des nouvelles de Flora de Mariposa », sur GrandPrix-replay.com, (consulté le 8 août 2016).
  18. (en) « Leprevost uncertain about Europeans with Flora de Mariposa out of action », sur www.worldofshowjumping.com, World of Showjumping, (consulté le 8 août 2016).
  19. Marion Gergely, « Flora de Mariposa va bien », sur GrandPrix-replay.com, (consulté le 8 août 2016).
  20. Marianne Simon, « Flora de Mariposa est de retour », sur Mise en Selle - blog Le Figaro, (consulté le 8 août 2016).
  21. P. I., « Leprévost deuxième à Hickstead », sur lequipe.fr, (consulté le 8 août 2016).
  22. a b c et d Lavenu 2015.
  23. (en) « Flora de Mariposa crowned Horse of the Year 2015 by L'Eperon », sur www.worldofshowjumping.com, World of Showjumping, (consulté le 8 août 2016).
  24. a et b « Pénélope Leprevost : "Flora était magique" », sur leperon.fr, (consulté le 8 août 2016).
  25. a et b Agence France Presse, « Global Champions Tour - Anvers: doublé tricolore, Leprévost devant Delestre », sur France TV Sport, (consulté le 8 août 2016).
  26. « Chute de Pénélope Leprevost au barrage de Rotterdam », leperon.fr, (consulté le 8 août 2016).
  27. « De bonnes nouvelles de Flora ! », leperon.fr, (consulté le 8 août 2016).
  28. Chiara Gabrielli, « Pénélope Leprévost/Flora de Mariposa {Road to Rio} », (consulté le 7 août 2016).
  29. « Les chevaux de CSO sont bien arrivés », leperon.fr, (consulté le 8 août 2016).
  30. Agence France-Presse, « JO-2016/Equitation: pour les Bleus, effacer Londres et ramener au moins une médaille », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 8 août 2016).
  31. Elodie Mas, « Flora de Mariposa incertaine », sur leperon.fr, (consulté le 14 août 2016).
  32. « Flora de Mariposa en N°4 dans l'équipe », sur leperon.fr, (consulté le 14 août 2016).
  33. « Pénélope Leprévost : "C'est le destin qui s'acharne" », sur leperon.fr, (consulté le 15 août 2016).
  34. Le service des sports, « Olympiades de Rio 2016 : l'or pour les cavaliers français », (consulté le 17 août 2016).
  35. « La championne olympique Flora de Mariposa a fait son retour », sur Eurosport, (consulté le 3 janvier 2019)
  36. « Flora de Mariposa se blesse à Liverpool », sur GrandPrix-replay.com, (consulté le 12 avril 2019)
  37. « Flora de Mariposa a retrouvé Clarbec », sur GrandPrix-replay.com, (consulté le 12 avril 2019)
  38. a b c d e f g h i et j Fournier 2015, p. 35.
  39. a et b Elodie Mas, « La Baule : Jérôme Guéry prive Pénélope de victoire ! », sur leperon.fr, (consulté le 8 août 2016).
  40. Vincent Lasseret, « Pénélope Leprévost : « Flora est peut-être « ma » Jappeloup ! » », sur www.chevalmag.com, (consulté le 8 août 2016).
  41. Steven Belfils, « Saut d’obstacles : Pénélope Leprévost a trouvé “l’osmose” avec Flora », sur www.lyoncapitale.fr, (consulté le 8 août 2016).
  42. a b c d et e « Fiche d'informations Flora de Mariposa », Fédération française d'équitation (consulté le 8 août 2016).
  43. « CSIO 4* DE GIJON (ESP) : PÉNÉLOPE LEPRÉVOST ET FLORA DE MARIPOSA-JO/JEM PARFAITES », sur Fédération française d'équitation, (consulté le 8 août 2016).
  44. « JEM CSO : la France en argent ! », sur leperon.fr, (consulté le 8 août 2016).
  45. C.F., « La Guerre des sexes : Pénélope Leprevost, sans complexe », sur leperon.fr, (consulté le 8 août 2016).
  46. Alban Poudret, « CSI-W de Zurich: Pénélope et Flora font des fleurs à Zurich », sur leperon.fr, (consulté le 8 août 2016).
  47. « Pénélope Leprevost et Flora, 9ème en Allemagne », sur leperon.fr, (consulté le 8 août 2016).
  48. Pascal Boutreau, « Grand Prix Hickstead : Girls power ! », sur Equidia Life, (consulté le 8 août 2016).
  49. « Equitation - Leprevost dans la bonne foulée », sur www.paris-normandie.fr, (consulté le 8 août 2016).
  50. Elodie Mas, « Ch-EU Aix: Pénélope en tête, la France 2e / Saut d'obstacles », sur leperon.fr, (consulté le 8 août 2016).
  51. a et b Frédéric Tarder, « CSIW de Lyon : Pénélope Leprevost et Flora de Mariposa doublent la mise », sur Eurosport, (consulté le 8 août 2016).
  52. Solène Lavenu, « CSI-W Lyon : Magnifique Flora de Mariposa ! », sur leperon.fr, (consulté le 8 août 2016).
  53. (en-US) « Penelope Leprevost & Flora de Mariposa Earn LCGT of Antwerp Grand Prix Win », sur Jumper Nation, (consulté le 8 août 2016).
  54. « Origines de Flora de Mariposa » (consulté le 7 août 2016).
  55. Emmanuel Jeangirard, « Approbations BWP : un fils de Diamant et une sœur de Flora de Mariposa sur le podium », sur leperon.fr, (consulté le 8 août 2016).
  56. Emmanuel Jeangirard, « Agréments du BWP : Joris de Brabander et Paul Mais incontournables », sur leperon.fr, (consulté le 8 août 2016).
  57. Ombeline Beato, « La fille de Flora de Mariposa arrive chez Pénélope Leprevost », sur Equidia Life, (consulté le 1er février 2016).
  58. « Ilena de Mariposa au Haras de Clarbec », sur leperon.fr, (consulté le 8 août 2016).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 22 août 2016 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 22 août 2016 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.