Flocke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Flocke le 9 avril 2008, le lendemain de ses débuts publics

Flocke (prononcé en allemand : [ˈflɔkə]) est une femelle ours polaire née en captivité au zoo de Nuremberg à Nuremberg, en Allemagne, le 11 décembre 2007. Quelques semaines après sa naissance, elle fut retirée de sa mère après que des doutes furent émis au sujet de sa sécurité. Malgré la politique stricte de non interférence du zoo avec ses animaux, les officiels ont décidé d'élever manuellement l'ourson. Cette décision a été prise au moment ou le zoo avait une image négative auprès des médias après une rumeur disant qu'une autre ourse polaire avait dévoré ses oursons nouveaux nés.

Comme Knut, un ours polaire né et élevé en captivité au Zoo de Berlin, Flocke ("flocon" en Allemand) est devenu un évènement médiatique. Après ses débuts publics le 8 avril 2008, son nom est devenu une marque déposée du zoo et son image est apparue sur des jouets et publicités à travers la ville. Le zoo a annoncé en mai 2008 que le directeur général du Programme des Nations unies pour l'environnement Achim Steiner serait le parrain officiel de Flocke, dans l'espoir d'utiliser l'ourse en tant qu'ambassadeur pour encourager la sensibilisation aux problèmes du changement climatique. A la fin de l'année 2008, un ours polaire Russe nommé Rasputin a été introduit dans l'enclos de Flocke dans l'espoir qu'elle puisse apprendre à socialiser auprès d'un membre de sa propre espèce. En avril 2010, les deux ours ont été transférés au Marineland d'Antibes, dans le sud de la France.

Enfance et controverses[modifier | modifier le code]

Felix et Vera, les parents de Flocke

Flocke est née le 11 décembre 2007 au Zoo de Nuremberg, de Vera (née en 2002 à Moscou) et de Félix (né en 2001 à Vienne)[1]. Félix s'est également accouplé avec la sœur de Vera, Vilma, qui avait donné naissance quelques semaines plus tôt en novembre, à deux oursons selon les officiels. Les gardiens du zoo, en raison de la politique de non interférence stricte, ne pouvaient déterminer exactement combien d'oursons étaient nés[2]. Le zoo ne souhaitait pas créer un cirque médiatique similaire à celui qui entourait Knut, un ours polaire orphelin du Zoo de Berlin, qui était devenu une célébrité internationale l'année précédente[3]. Quelques jours après que le zoo ait réaffirmé sa politique de non interférence, le quotidien Bild a rédigé un article avec une entête indiquant "Why Won't Anyone Save the Cute Baby Knuts in Nuremberg Zoo?"[4]

Au début de janvier, les gardiens de zoo ont remarqué que Vilma semblait nerveuse: elle avait été vue en train de gratter frénétiquement sa mangeoire, et il n'y avait aucune trace de ses oursons. On suppose qu'elle les a dévorés. Quand on lui a demandé la raison, le directeur du Zoo de Nuremberg Dag Encke a établi qu'ils avaient du tomber malades, dans leur habitat naturel, les ours polaires dévorent souvent leurs petits dans ce cas de figure[2]. Le zoo a rapidement fait face à de lourdes critiques à travers l'Allemagne, ainsi que des médias mondiaux, pour avoir, apparemment, autorisé la mort des oursons. Le directeur de la German Animal Protection Society a annoncé que le zoo avait agi de manière irresponsable, et ajouté que "donner aux oursons polaires une chance de vivre était une responsabilité éthique des gestionnaires. Utiliser l'argument de la "Nature" comme excuse pour être intervenus beaucoup trop tard était cynique et inapproprié."[4] Des visiteurs en colère se rassemblaient devant l'enclos des ours, et criaient "Rabenmutter" (littéralement, "Mauvaise mère") à chaque fois que Vilma se montrait[5].

Pendant ce temps, Vera était vue, sortant de son abri pour la première fois; son seul ourson, de seulement quatre semaines, semblait en bonne santé. Quelques jours après le choc médiatique qui avait suivi la disparition des oursons de Vilma, Vera commença à afficher une attitude étrange, elle transportait son ourson, encore sans nom, autour de l'enclos et le laissait tomber sur le sol rocheux de manière répétée. Inquiets pour la sécurité du petit, le Zoo de Nuremberg a pris une décision controversée: le retirer de sa mère et l'élever manuellement[3].

Célébrité[modifier | modifier le code]

Des journalistes et visiteurs regardant Flocke jouer dans son enclos.

Moins d'une semaine après que l'ourson de Vera fur retirer de l'enclos des ours polaires, le zoo lui a dédié un site internet. Il fournissait des mises à jour régulières de son état de santé et de son développement, ainsi que des photos et vidéos exclusives. Le site internet accueillit également un concours, durant lequel les fans purent voter pour le nom de l'ourson[6]. Le nom officiel fut annoncé le 18 janvier 2008 par le maire de Nuremberg, Ulrich Maly, et diffusé à la télévision en direct. Malgré le nombre imposant de suggestions envoyées par e-mail de part le monde (incluant "Stella", "Knutschi", "Sissi" et "Yuki Chan"[7]), le zoo la nomma Flocke, mot allemand pour "flocon", comme dans "flocon de neige". "Flocke", utilisé massivement par les média avant qu'elle soit officiellement nommée, était le surnom donné par les gardiens de zoo, à cause de sa fourrure blanche[8].

La croissance de Flocke fut suivie par les médias avec attention durant ses premiers mois. Quatre gardiens de zoo se relayaient pour nourrir l'ourson avec un biberon de 140 millilitres de lait artificiel toutes les quatre heures[9] et l' information de ses yeux s'ouvrant pour la première fois fit les gros titres quelques jours avant qu'elle soit officiellement nommée[10].A cinq semaines, elle était référée par la publication Bild en tant que "Mrs. Knut", suggerant que les deux ours polaires nés en Allemagne s'accoupleraient quand ils seraient matures[11]. Durant sa croissance, le régime de Flocke s'est enrichi avec de la nourriture pour chien, et on lui donna des os bouillis à macher quand elle avait trois mois[12]. Elle fut bientôt emmenée à la piscine des débutants du zoo, pour s'entraîner à nager[12]. Le zoo avait établi auparavant qu'ils cherchaient un autre ours polaire ou ours brun orphelin, pour l'élever en compagnie de Flocke, afin d'aider son développement[3].

Le 8 avril 2008, Flocke fit sa première apparition publique dans l'enclos des ours polaires, qui était l'ancien foyer de Vilma; l'ourse polaire adulte avait été déplacée vers un autre zoo. L'ourson de quatre mois fut accueilli par plus de 160 journalistes et une demi-douzaine d'équipes de télévision internationales lors de son premier jour[12]. Pendant la première semaine, Flocke fut montrée pendant des périodes courtes avec des pauses en milieu de journée. Prévoyant un pic de 20 000 visiteurs, le zoo construisit devant l'enclos une plateforme d'observation, pouvant accueillir 500 personnes en même temps[13], mais la présence des visiteurs du zoo fut initialement moins importante que prévue[14]. Le zoo utilisait un système de vidéotransmission et d'enregistrement des systèmes de sécurité Bosch afin de transmettre en direct des images de qualité de l'ourson, sur une paire d'écrans à un format de 1 200 mm de large. Ce système, qui comprends un écran à l'extérieur de l'enclos, fut intégré afin d'aider le zoo à satisfaire les demandes de visiteurs voulant apercevoir Flocke[15].

En revanche, peu de temps après ses débuts, Flocke fit l'objet d'une controverse, lorsque le célèbre protecteur des animaux, Jürgen Ortmüller, directeur du Whale and Dolphin Protection Forum, engagea un avocat pour arrêter l'exploitation de l'ours polaire par le Zoo de Nuremberg[16]. Déclarant que l'exposition médiatique de Flocke aurait des effets néfastes, et que le zoo ne pensait qu'a gagner de l'argent, Ortmüller a recruté un avocat réputé, Rolf Bossi, afin de les traduire en justice[17].

Marketing[modifier | modifier le code]

Peu de temps après que Flocke fut sauvée en janvier, la ville récupéra les droits sur son nom[7]. Un logo fut créé par le zoo peu de temps après[18].Flocke a fait partie d'une campagne de publicité importante à Nuremberg, elle était montrée avec la phrase "Knut wargestern" (Knut est l'ours d'hier) sur des affiches pour la région métropolitaine de la ville. Ces affiches étaient présentes sur de nombreux arrêts de bus et de train dans la ville[12].

Nommée "Flocke fever" par la presse (similaire à la "Knutmania" de l'année précédente), la popularité de l'ourson s'est développée début 2008. Son image a été utilisée pour des jeux, agendas, peluches, DVD, cartes postales et autres objets[19]. Le premier produit, un jeu de plateau basé sur Flocke, sorti en février, était conçu par la compagnie Noris-Spiele basée à Fürth, une unité de Georg ReuleinGmbH& Co.KG[20]. La fameuse firme de jouets Steiff a commencé à vendre une gamme de peluches de Flocke le mois de mai suivant. Le bénéfice des produits dérivés revient au zoo et aux programmes de survie des espèces menacées[19].

Publicité[modifier | modifier le code]

En avril 2008, l'interaction humaine du zoo avec l'ourson a diminué, dans l'espoir qu'un jour, elle pourrait coexister avec des membres de son espèce, et ne dépendrait pas des humains. Devenant plus indépendante vis à vis de ses gardiens, Flocke a été observée jouant souvent d'elle-même, avec joie. On lui a donné une "tétine" en plastique, similaire à un anneau de dentition, attachée aux barreaux de la porte de sa cage, pour qu'elle puisse téter en se reposant. Cela eut pour conséquence que le nez de l'ourson était tordu; son museau a conservé cette forme pendant quelque temps avant de revenir à la normale.

Flocke dans son enclos en octobre 2008

À l'âge de six mois, on remarqua que Flocke, dont le régime de l'époque se composait en grande partie d'un kilo de bœuf, de légumes assortis et d'un litre de lait pour chiot par jour, était au poids correct pour son développement, à 45 kg. Le vétérinaire du zoo, Bernhard Neurohr, a également remarqué la gourmandise de l'ours, établissant que "Flocke aime beaucoup le raisin, le melon, le kiwi et les poires", avec une préférence particulière pour les bananes. Achim Steiner, directeur général du Programme des Nations unies pour l'environnement est devenu le parrain officiel de Flocke en mai 2008[21]. En assumant ce rôle, Steiner a reconnu les efforts du Zoo de Nuremberg vis à vis de la protection du climat local, ajoutant "C'est un honneur d'avoir reçu cette proposition d'être le parrain de Flocke, le petit oursons polaire du zoo de Nuremberg. J'espère qu'une économie mondiale verte pourra être mise en place de son vivant[21]. En juin 2008, une nouvelle campagne d'affichage fut annoncée; son but était de sensibiliser encore plus la population, quant à sa capacité individuelle à protéger le climat de la Terre. Sponsorisé par le Zoo de Nuremberg, en coopération avec la région métropolitaine de Nuremberg, le poster montrait Flocke et la phrase "Klimaschutz beginnt vor Ort" ("La protection climatique commence chez soi.")[22] Le zoo a également publié une brochure, en format poche, comprenant Flocke. Nommée "Le petit guide de la protection climatique", il indiquait aux visiteurs comment diminuer leurs émissions de Dioxyde de carbone[22]. Deux mois plus tôt cette année, le zoo de Nuremberg avait annoncé en septembre qu'il avait atteint le chiffre d'un million de visiteurs pour 2008. Malgré l'augmentation des ventes de billets, due à la popularité de Flocke, les chiffres n'ont pas atteint les espérances. Le même mois, il fut annoncé que l'ourson, pensant maintenant 60 kg, n'aurait plus de pauses repas dans son étable, et resterait dans son enclos pendant la journée[23].

Rasputin et déplacement vers la France[modifier | modifier le code]

En novembre 2008, la mère de Flocke, Véra, a donné naissance à deux oursons, qui avaient le même père que Flocke, Félix. Alors que Véra était capable de s'occuper des oursons sans aide des soigneurs du zoo, le directeur Dag Encke avait établi que les oursons avait 50 pour cent de chances de survie[24] Trois semaines après que leur naissance fut rapportée, les deux oursons sont morts de cause naturelle, à une semaine d'intervalle. Encke a exprimé son regret après le décès du deuxième ourson, établissant que "Véra allaitait régulièrement et les jeunes animaux dormaient toujours bien après, il est donc certain qu'ils avaient assez de lait. La raison du départ prématuré des jeunes animaux est inconnue."[25]

Un ourson mâle, nommé Rasputin, a été transféré de Moscou vers Nuremberg en décembre 2008 pour ce qui était censé être un séjour prolongé avant son transfert définitif vers le Zoo Aquarium de Madrid. L'ours, surnommé "Raspi" par les fans, qui devait rester en Allemagne pour seulement un an, partageait l'enclos de Flocke. Le zoo espérait que Rasputin, qui contrairement a Flocke, avait été élevé par sa mère, pourrait apprendre à la célébrité comment interagir avec ceux de sa propre espèce. D'après un communiqué émis par la ville, les ours "s'entendaient parfaitement bien". Le 21 octobre 2009, la ville de Nuremberg a annoncé que Flocke et Rasputin allaient être déplacés ensemble vers un enclos construit récemment au Marineland d'Antibes, situé à Antibes, en France, vers le début de l'année 2010[26]. Étant donné la relation entre les deux ours, les officiels du Programme européen de l'élevage de conservation (Europäischen Erhaltungszucht-Programms, ou "EEP") ont décidé que les deux ours devraient rester ensemble. L'enclos laissé vacant à Nuremberg sera réservé aux parents de Flocke, Véra et Félix, dans l'espoir qu'ils aient d'autres oursons[27]. Malgré les efforts désespérés de l'association pour les droits des animaux PETA afin de stopper le transfert, en relation au bien-être de Flocke et de Rasputin, les deux ours sont arrivés en France le 22 avril 2010[26]. Le 26 novembre 2014, Flocke a donné naissance à son propre ourson, nommé Hope, conçu avec Rasputin.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) « FlockesEltern Felix und Vera wiedervereint », nordbayern.de (consulté le 2 novembre 2015)
  2. a et b « Polar bear 'may have eaten cubs' », BBC News,‎ (consulté le 30 avril 2008)
  3. a, b et c « Polar bear cub following in star's footsteps », MSNBC,‎ (consulté le 30 avril 2008)
  4. a et b « Mum Ate 'Baby Knuts': German Zoo Under Fire After Polar Bear Cubs Die », Der Spiegel,‎ (lire en ligne)
  5. Roger Boyes, « Mum Ate 'Baby Knuts': German Zoo Under Fire After Polar Bear Cubs Die », London, The Times Online,‎ (consulté le 30 septembre 2008)
  6. « New Polar Bear Cub Gets Own Web Page », Fox News,‎ (consulté le 11 juin 2008)
  7. a et b David Crossland, « Flocke gets a name and a worldwide fan club », The Times, London,‎ (lire en ligne)
  8. Christel Kucharz, « Baby Polar Bear Named Flocke », ABC News,‎ (consulté en 30 april 2008 language=en)
  9. « Name-A-Polar-Bear Competition: Nuremberg Zoo to Christen Famous Cub », Der Spiegel,‎ (lire en ligne)
  10. (en) « Germany polar bear "Flocke" open her eyes », Discovery News,‎ (consulté en 2novembre 2015)
  11. « German Polar Bear Cub Dubbed "Flocke" », CBS News,‎ (consulté le 30 avril 2008)
  12. a, b, c et d Christel Kucharz, « A Star Is Born: Flocke's Big Day », ABC News,‎ (consulté le 30 avril 2008)
  13. « Media frenzy for new German polar bear cub », The Brisbane Times,‎ (lire en ligne)
  14. (de) « Eisbärenreport: Ansturm auf Flocke bleibt aus », Focus Online,‎ (consulté le 3 octobre 2008)
  15. « Baby polar bear "Flocke" at Nuremberg Zoo now admired on big screen around the clock », Bosch Security Official Website,‎ (consulté le 11 juin 2008)
  16. Roger Boyes, « Crowds flock to Flocke as Rolf Bossi is hired to protect her privacy », London, The Times Online,‎ (consulté le 11 juin 2008)
  17. Haroon Siddique, « Zoo under fire over Flocke publicity effect », The Guardian, London,‎ (lire en ligne)
  18. (de) « Flockehatjetztein logo », Fontshop (consulté le 19 octobre 2015)
  19. a et b (en) « Knut, Flocke, and Co: the bearfactsrevealed », Oxford journals (consulté en 9novembre 2015)
  20. « 'Flocke' polar bear toys to hit the market », MSN,‎ (consulté le 11 mai 2008)
  21. a et b « Achim Steiner devient le parrain d'un ourson polaire », Programme des Nations Unies pour l’environnement,‎ (consulté le 9 novembre 2015)
  22. a et b (de) « FlockewirbtfürKlimaschutz », metropolregionnürnberg,‎ (consulté le 9 novembre 2015)
  23. (de) « Mittagspause gestrichen – Flocke bleibt tagsüber draußen », Stadt Nürnberg Nachrichten aus dem Rathaus,‎ (consulté le 5 octobre 2008)
  24. « Germany: Flocke's mother has twins », Sign On San Diego,‎ (consulté le 12 janvier 2010)
  25. (en) « Second polar bear twin dies in Germany », CNN,‎ (consulté le 12 janvier 2010)
  26. a et b « Arrivée de deux ours polaires au marineland d'Antibes », zoos de france,‎ (consulté le 9 novembre 2015)
  27. « Nuremberg's star polar bear Flocke headed to the French Riviera », The Local,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :