Flexitarisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le flexitarisme (ou semi-végétarisme[1]) est un néologisme inventé en 2004 par le chroniqueur culinaire américain Mark Bittman[2] et utilisé pour décrire une pratique alimentaire. Ce terme désigne les personnes qui sont principalement végétariennes mais qui, parfois, mangent viande, poisson et autres "produits animalier". Selon les circonstances, un flexitarien peut manger végétarien ou végétalien chez lui, mais manger des plats incluant de la chair animale lors d'occasions particulières comme aller au restaurant, lors de repas en famille ou chez des amis[3],[4].

Il s'agit surtout de prendre conscience qu’on a donné trop de place à la viande et que ces excès ont des conséquences sur la planète et sur notre santé. Les pratiquants du flexitarisme s'imposent donc des contraintes alimentaires plus souples que celles des végétariens, et ce pour différentes raisons comme des raisons de santé[5], le souhait d'un traitement plus juste des animaux, le lien social avec les personnes consommant de la viande, ou des préoccupations environnementales[6], ou combiner toutes ces raisons.

En 2003, l'American Dialect Society a choisi le mot (anglais) flexitarian comme le néologisme le plus utile de l'année[7], le définissant comme « un végétarien qui mange occasionnellement de la viande ».

Régimes alimentaires avec lequel il ne doit pas être confondu[modifier | modifier le code]

Le pescétarisme : régime alimentaire excluant la chair animale sauf les produits de la pêche.

Le pollotarisme (de l'espagnol pollo = poulet) : régime alimentaire excluant les chairs animales sauf la chair de volaille.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Végétarien, parfois, souvent ou passionnément, Vincent Graton, Jérôme Ferrer, La Presse, 2011.
  • Les carnivores infidèles, Catherine Lefebvre, Cardinal, 2011.
  • (en) The Flexitarian Diet. McGraw-Hill Professional. Dawn Jackson Blatner, RD, LDN (2009). ISBN 978-0-07-154957-8.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Medecine on line.
  2. (en) Jill Hamilton, Vegetarianism, Greenhaven Press,‎ 2008, p. 74
  3. Radio Canada.
  4. L'Express.
  5. La vérité sur les Omégas_3, par Jean-Marie Bourre, Odile Jacob p. 52.
  6. (en) Mark Bittman, How to cook everything vegetarian, introduction.
  7. 2003 Words of the Year, American Dialect Society.