Fleurette de Nérac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la monarchie image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant la monarchie et l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Fleurette de Nérac, statue de Daniel Campagnac, 1896, parc de la Garenne de Nérac.

Fleurette de Nérac (? - à Nérac) est l'une des premières maîtresses du roi Henri IV, alors prince d'Albret. Sa relation avec le jeune prince est entourée de plusieurs récits et légendes. L'expression « conter fleurette » serait notamment née de cette relation.

Présentation[modifier | modifier le code]

Jeune habitante de la ville de Nérac, fille d'un jardinier du château, elle connut le futur roi Henri IV et eut une aventure amoureuse avec celui-ci dans les années 1571-1572. Lorsque le roi la quitta, la légende veut qu'elle se noyât de désespoir dans la Baïse.

En réalité, Fleurette vécut pendant 16 ans après cette aventure et mourut le 25 août 1592[1].

Selon la légende, Fleurette fut, de toutes les maîtresses d’Henri IV, la seule qui l’ait aimé sincèrement et la seule qui lui resta fidèle. Une statue de Fleurette réalisée par Daniel Campagnac en 1896, est exposée dans une grotte du parc de la Garenne, à Nérac. Le monument est accompagné d'une plaque : « Fleurette : à peine ils s'étaient vus qu'ils s'aimèrent d’amour. Elle comptait 16 ans ; lui, trois de plus. Ravie, Fleurette à cet amour donna toute sa vie. Henri, Prince d’Albret ne lui donna qu’un jour »[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Babelon, Henri IV, éditions Fayard, Paris 1982.
  2. « Nérac. C'est l'occasion rêvée de venir «conter Fleurette» », ladepeche.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]