Fleuré (Vienne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fleuré.

Fleuré
Fleuré (Vienne)
L'église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Poitiers
Canton Vivonne
Intercommunalité Communauté de Communes Vallées du Clain
Maire
Mandat
Vivian Perroches
2014-2020
Code postal 86340
Code commune 86099
Démographie
Gentilé Fleuréens[1]
Population
municipale
1 067 hab. (2015 en augmentation de 5,85 % par rapport à 2010)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 28′ 42″ nord, 0° 31′ 22″ est
Altitude 138 m
Min. 98 m
Max. 136 m
Superficie 16,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 14.svg
Fleuré

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Fleuré

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fleuré

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fleuré

Fleuré est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de 1 000 habitants située à 18 km au sud-est de Poitiers.

La commune est proche du parc naturel régional de la Brenne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes les plus proches de Fleuré sont : Nieuil-l'Espoir, Vernon, Tercé et Savigny-Lévescault.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Pays de plaine et bocage au sous-sol argilo-marneux.

Le paysage de bocage dans le département de la Vienne se caractérise par des champs cultivés ou des prés enclos par des haies avec des alignements plus ou moins continus d'arbres et arbustes . Ces haies si caractéristiques contribuent à une meilleure qualité des eaux, permettent son infiltration et protègent ainsi contre l'érosion des sols. Elles constituent des zones de refuge pour la biodiversité. Elles ont, aussi, un rôle de régulation climatique et de nombreux intérêts agronomiques (brise vent, protection du bétail...).

Le sol de Fleuré contient des argiles de plusieurs natures. Les unes ont été extraites du sous sol pour réaliser les briques réfractaires sous la marque "Château Bonadière" Plus tard, la terre extraite, a été expédiée dans différentes zones de production de céramique. Elle a servi pour les calages des pièces de céramique . Il s'agit de la « terre à gazette », argile de médiocre qualité, mais dont les caractéristiques réfractaires sont satisfaisantes pour former des cylindres de 2 cm de diamètre et de 10 à 15 cm de longueur.

On note la présence de plusieurs zones dites de gouffres qui aspirent l'eau des pluies d'automne et de printemps.

Le terroir, situé sur les plateaux du seuil du Poitou, se compose donc[2] :

  • pour 53 % de terres fortes,
  • pour 38 % de bornais (ce sont des sols brun clair sur limons, profonds et humides, à tendance siliceuse),
  • pour 9 % de terre de brandes.

En 2006, 89 % de la superficie de la commune était occupée par l'agriculture, 8,4 % par des forêts et des milieux semi-naturels et 2,6 % par des zones construites et aménagées par l'homme (voirie)[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune se situe au croisement des axes RN 147 (Poitiers - Limoges) et de la RD 2 (Chauvigny - Gençay).

Depuis 2011, une déviation à 2×2 voies au titre de la RCEA (route Centre-Europe Atlantique) a été mise en place. Le bourg de la commune est désormais d'un calme impressionnant. La vie locale a longtemps été cadencée par le rythme de la circulation intense qui y régnait. Ce changement de paradigme était à la fois craint (par les commerces) et souhaité par de nombreux habitants tant la pollution sonore était importante.

Les gares et les haltes ferroviaires proches de Fleuré sont :

Les aéroports et aérodromes proches de Fleuré sont :

Histoire[modifier | modifier le code]

Fouilles préhistoriques réalisées dans les années 1950 sur le territoire de la commune par le professeur Étienne Patte. Trouvailles dans plusieurs tumulus conservées au musée de Poitiers. Château dont la tradition orale rapporte qu'il aurait été le rendez-vous de chasse de Diane de Poitiers.

Fours à chaux[précision nécessaire]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Lors de la suppression de la ligne de démarcation le 1er mars 1943, des points de passage principaux sont conservés par l’Allemagne nazie, dont un à Fleuré sur la nationale 147[4]. ça se discute, le point de passage, était plutôt à la gare de Fleuré (passage à niveau).[précision nécessaire]

Le château a servi de Kommandantur et d'ailleurs, jusque dans les années 1960, les arbres du château gardaient la trace de nacelles (miradors) de surveillance de la route nationale.[réf. nécessaire]

Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, Fleuré comportait une activité habituelle pour un petit bourg rural, un maçon, un charron, un menuisier, deux maréchaux, un garage auto, quatre cafés (bistrots), deux épiceries, un marchand de tissus, un bureau de tabac-coiffeur, deux cordonniers, un marchand de céréales, un marchand d'engrais, une gare, une poste, un curé.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Depuis 2015, Fleuré est dans le canton de Vivonne (no 18) du département de la Vienne. Avant la réforme des départements, Fleuré était dans le canton no 28 de La Villedieu-du-Clain dans la 2e circonscription.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 1989 mars 2001 Guy Bertrand    
mars 2001 mars 2008 Michel Plat NPA  
mars 2008 mars 2013 Jean-Paul Sénéchault[5]   mort en fonctions[6]
1er juin 2013   Vivian Perroches[7]    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Services publics[modifier | modifier le code]

Les réformes successives de la Poste ont conduit à la fermeture de nombreux bureaux de poste ou à leur transformation en simple relais. Toutefois, la commune a pu maintenir le sien.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Fleuré n’est concerné par aucun type de protection d’espaces naturels.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Fleuré est jumelée avec la ville italienne de Bernareggio.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9].

En 2015, la commune comptait 1 067 habitants[Note 1], en augmentation de 5,85 % par rapport à 2010 (Vienne : +1,8 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
280267275292313320324343335
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
339298320348334375419425435
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
440484496463435432421430438
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
4684234336337458029781 0031 035
2015 - - - - - - - -
1 067--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, selon l’Insee, la densité de population de la commune était de 60 hab./km2 contre 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

Les dernières statistiques démographiques pour la commune ont été fixées en 2009 et publiées en 2012. Il ressort que la mairie administre une population totale de 1 006 personnes. À cela il faut soustraire les résidences secondaires (onze personnes) pour constater que la population permanente sur le territoire de la commune est de 995 habitants.

La commune est proche de la communauté d’agglomération de Poitiers qui connait un certain dynamisme démographique puisque sa population s’est accrue de 1,32 % par an en moyenne sur la période 1999-2006 (Ce taux est de 0,7 % pour le département). Ceci illustre le constat démographique suivant : des zones rurales qui perdent de plus en plus d’habitants au profit d’une zone périurbaine autour de Poitiers et de Châtellerault. Cette vaste zone concentre 70 % de la population du département (soit environ 300 000 personnes) et 25 % des moins de 20 ans. En outre, en supposant le maintien des tendances démographiques depuis 1990, entre 2006 et 2020, la population de l’aire urbaine de Poitiers devrait s’accroître de + 16,5 %[12]. La population de la commune devrait donc continuer à croitre.

La répartition par sexe de la population est la suivante selon l'Insee :

  • en 1999: 52,8 % d'hommes et 47,2 % de femmes.
  • en 2007: 50,4 % d'hommes et 49,6 % de femmes.
  • en 2010: 50,0 % d'hommes pour 50,0 % de femmes.
  • en 2011: 48,4 % d'hommes et 51,6 % de femmes.

Selon l'Insee :

  • Le nombre de célibataires était de
    • en 2007: 32,1 %,
    • en 2011: 34,1 %,
  • Les couples mariés représentaient:
    • en 2007: 60 % de la population,
    • en 2011: 52,4 %,
  • Les divorcés représentent
    • en 2007: 3,8 %,
    • en 2011: 5,7 %,
  • Le nombre de veuves et veufs était de:
    • en 2007: 4,1 %,
    • en 2011: 7,8 %.

Pourcentage d'habitants ayant plus de 60 ans (Insee) : en 2011: 20,6 %.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Poitiers (rectorat de Poitiers) et son école primaire dépend de l'inspection académique de la Vienne. L'école accueille 138 élèves.

Santé[modifier | modifier le code]

L'EHPAD Saint-Thibault a été inauguré le 9 novembre 2010. C'est une structure de plain-pied, d'une capacité de 38 chambres dont 11 chambres sont dédiées aux personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.

Sport[modifier | modifier le code]

  • Fleuré dispose depuis les années 1930 d'un club de football au rayonnement régional.
  • Entre Clain et Miosson (ECM) est un club cantonal de gymnastique : la Baby Gym, la gymnastique artistique féminine ou masculine, la gymnastique rythmique, le trampoline, la teamgym, le parkour, la gymnastique de forme et santé (renforcement musculaire, step et gym douce). Affilié à la Fédération française de gymnastique, le club est détenteur du Label Petite Enfance, depuis 1996, du Label Qualité pour l'ensemble de ses activités, depuis 2011 et du Label Public Sénior depuis 2014.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[13], il n'y a plus que 7 exploitations agricoles en 2010 contre 21 en 2000.

Les surfaces agricoles utilisées ont diminué et sont passées de 1 171 hectares en 2000 à 870 hectares en 2010. 32 % sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi du maïs), 13 % pour les oléagineux (tournesol) et 13 % pour le fourrage[13].

Les élevages de bovins et de volailles ont disparu en 2010 (respectivement: 326 têtes sur sept fermes en 2000 et 131 têtes sur onze exploitations)[13].

L'activité a longtemps été rythmée par le travail de la terre, mi-élevage, mi-céréales. Le nombre d'exploitations a fortement diminué et celui des agriculteurs aussi.

Une équipe de chercheurs de la Vienne vient d'installer sur le territoire communal, en 2015, un élevage de mouches américaines « Black Soldier Fly ». Elle s'appuie sur les très bons résultats réalisés par une entreprise sud-africaine produisant de façon industrielle des larves de mouches, initiative récompensée par le prix de l'innovation décerné par les Nations unies en 2013. Destinées à l'alimentation animale, ces larves de mouches permettent non seulement de recycler des déchets d'abattoir et des déchets alimentaires mais elles pourraient aussi être utilisées pour produire des farines animales.

Industries[modifier | modifier le code]

Une zone industrielle gérée au titre de l'intercommunalité est structurée autour des transports Jammet, entreprise historique du secteur de la logistique en température dirigée.

Commerce[modifier | modifier le code]

En 2012, trois commerces existaient encore sur la commune de Fleuré : une station-service, une boulangerie et une épicerie.

Activité et emplois[modifier | modifier le code]

Le taux d'activité était de 77,3 % en 2007 et 72,8 % en 1999.

Le taux de chômage est de :

  • en 1999 : 7,5 %.
  • en 2007 : 4,3 %
  • en 2011 : 7,8 %

Les retraités et les pré-retraités représentaient 16,6% de la population en 2007 et 14,4% en 1999.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Saint-Martin est construite au XIXe siècle[14]. Elle a été édifiée sur le site de l'ancienne église probablement romane mais dont l'état de délabrement faisait craindre l'éboulement. Le cimetière qui l'entourait a été transféré dans les années 1940-1950, les tombes ont été relevées (tradition orale).[réf. nécessaire]. Elle se présente sous la forme d'une croix latine avec un chevet plat. La nef est d'un seul vaisseau. Son architecte est Alcide Bouteaud. Dans le croisillon gauche de l'église se trouve une piéta. Elle est en terre cuite. Elle pourrait dater datée du XVIe siècle ou du XVIIe siècle.
  • Près de l'église, à gauche en entrant dans l'église, est exposé une tombe du XIIe siècle. Elle est en bâtière et est ornée de damiers et à chaque extrémité. Une croix est inscrite dans un médaillon circulaire.
  • La chapelle Saint-Thibault construite au XIXe siècle maintient le souvenir du prieuré Saint-Thibault qui dépendait de l'abbaye de Nouaillé-Maupertuis et qui a été vendu comme bien national à la Révolution[15]. La chapelle primitive était dédiée à saint Thibault ou saint Théobald. Elle existait encore en 1869. Elle abritait un autel de pierre reposant sur quatre piliers. Elle se situait près d'une source qui est, aujourd'hui, à sec. De nos jours, il ne reste presque plus rien de l'ancien prieuré.
  • Une borne en pierre du XIXe siècle. Rare exemple de ce patrimoine utilitaire. Elle se trouve le long du chemin d'accès au stade. Elle a servi au moment du creusement de la route Limoges - Saumur sous Napoléon III.

Équipement culturel[modifier | modifier le code]

Une bibliothèque qui a ouvert ses portes en juin 2012.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 27/09/2008.
  2. Chambre Régionale d'agriculture de Poitou-Charentes - 2007
  3. Observatoire régional de l'environnement de Poitou-Charentes
  4. Jean-Henri Calmon et Jean-Clément Martin (dir.), Occupation, Résistance et Libération dans la Vienne en 30 questions, La Crèche, Geste éditions, coll. « 30 questions », (ISBN 2-910919-98-6), p. 63, p. 13
  5. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  6. Vivian Perroches élu maire, Fleuré.fr, consulté le 31 juillet 2013
  7. Vivian Perroches, Fleuré.fr, consulté le 31 juillet 2013
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. Étude de KPMG pour le Conseil Général de la Vienne : FuturS en Vienne – diagnostic – novembre 2009
  13. a b et c Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  14. Église Saint Martin, Fleuré.fr, consulté le 31 juillet 2013
  15. Prieuré et chapelle Saint Thibault, Fleuré.fr, consulté le 31 juillet 2013
  • les notes sur la géographie, sur la géologie et sur l'histoire sont sommaires et ne demandent qu'à être complétées elles sont à mettre au crédit d'un ancien de Fleuré - Christian Pouthier

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

- Site officiel de la mairie de Fleuré