Fletcher Hanks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fletcher Hanks
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activité

Fletcher Hanks, Sr., né le à Paterson dans le New Jersey et mort le à New York, est un auteur de bande dessinée de l'âge d'or du comic book américain, dessinateur de super-héros. Il a aussi travaillé sous les pseudonymes de « Henry Fletcher », « Barclay Flagg », « Bob Jordan », et « Hank Christy ».

Biographie[modifier | modifier le code]

On ne sait pas grand chose de Fletcher Hanks, hors de ce qu'en dit son fils, Fletcher Hanks Junior (mort le 16 mars 2008)[1], interviewé par Karasik pour I Shall Destroy All The Civilized Planets. Il aurait été un père et un époux violent, ainsi qu'un alcoolique, aurait abandonné sa famille vers 1930. Il aurait gagné un peu d'argent en peignant des fresques murales dans les maisons de riches familles. Il est mort à l'hôpital Bellevue de New York le 22 janvier 1976[2], neuf jours après y avoir été admis[3].

Lorsqu'il avait une vingtaine d’années, Hanks a suivi des cours de dessin par correspondance, notamment avec la W.L. Evans School[4].

Carrière artistique[modifier | modifier le code]

Hanks a travaillé de 1939 à 1941 dans les studios de Fiction House et Fox Features Syndicate, dont il était le membre le plus âgé et le seul auteur complet. Il a travaillé sur ses séries Stardust the Super Wizard, Tabu the Wizard of the Jungle, et Fantomah (une super-héroïne, avant même Wonder Woman), lesquelles n'ont pas été reprises après son départ. Will Eisner dit l'avoir apprécié parce qu'il rendait toujours son travail dans les temps et qu'il ne fallait pas lui donner de bureau car il travaillait chez lui[4].

Fletcher Hanks, Sr. a été l'objet d'un nouvel intérêt dans les premières années 2000 : il a été réédité par RAW et dans le livre Art Out Of Time, 2006 (ISBN 0-8109-5838-4). Paul Karasik lui a consacré deux ouvrages, qui recensent l'intégralité de ses récits: I Shall Destroy All The Civilized Planets : The Fantastic Comics Of Fletcher Hanks (2007, (ISBN 1-56097-839-2), chez Fantagraphics) (Eisner Award 2008 du Best Archival Collection/Project — Comic Books et nominé pour la Best Short Story pour "Whatever Happened to Fletcher Hanks?" de Paul Karasik) et You Shall Die by Your Own Evil Creation!, 2009, (ISBN 978-1-60699-160-2), chez Fantagraphics.

Style[modifier | modifier le code]

Hanks « est à la bande dessinée ce que le douanier Rousseau a été à l’art », selon Jean-Pierre Dionnet [5]. Il utilise une grande variété de styles dans ses histoires courtes[4]. Son style est toujours très coloré; les visages des "mauvais" sont déformés. Cela donne parfois un aspect enfantin et naïf à son œuvre[4]. Il déforme les corps et les perspectives, et on l'a parfois rapproché de l'art brut[6].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Fletcher Hanks, I Shall Destroy All the Civilized Planets, Fantagraphics, 2007, 120 pages. (ISBN 978-1560978398)
    • (fr) Fletcher Hanks, Je détruirai toutes les planètes civilisées !, Col. L'an 2, Actes Sud, 2007, 125 pages. (ISBN 978-2742771059)
  • (en) Fletcher Hanks, You Shall Die by Your Own Evil Creation!, Fantagraphics, 2009, 229 pages. (ISBN 978-1606991602)
  • (en) Fletcher Hanks, Turn Loose Our Death Rays and Kill Them All! The Complete Works of Fletcher Hanks, Fantagraphics, 2016, 376 pages. (ISBN 1606999672)[7]
    • (fr) Fletcher Hanks, Oeuvres Complètes, Col. L'an 2, Actes Sud, 2018, 382 pages (ISBN 2330086512)
  • (en) Dan Nadel, Art Out of Time (2006)
  • Harpold, Terry, " Now you will pay a dreadful penalty!": A Review of I Shall Destroy All the Civilized Planets! and You Shall Die by Your Own Evil Creation! by Fletcher Hanks.", ImageTexT: Interdisciplinary Comics Studies 5.1 (2010).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Voir son éloge funèbre sur le site fletcherhanks.com (consulté le 26 décembre 2011)
  2. D’après K. Jacobs, selon le fils de Hanks, celui-ci serait mort de froid dans un parc de New York.
  3. Son certificat de décès est reproduit dans You Shall Die by Your Own Evil Creation!, p. 230.
  4. a b c et d K. Jacobs (trad. par E. Dejasse), Fletcher Hanks: artiste et brute, neuvième art 2.0 (2010).
  5. Dionnet, sur son blog « L'Ange du bizarre », 23/03/2010.
  6. Jérôme Dutel, « De quelques branches bizarrement tordues : la science-fiction et le dessin dans les œuvres d’Alphonse Eugène Courson, Jean Perdrizet, Fletcher Hanks Senior et Richard Sharpe Shaver », ReS Futurae [En ligne] 5 (2015); DOI : 10.4000/resf.625.
  7. Voir le compte-rendu de M. Peters, Fletcher Hanks: The Most Bonkers Comic Book Creator of All-Time, McSweeney’s (12 janvier 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]