Flat Earth Society

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Flat Earth Society (aussi appelée International Flat Earth Society ou International Flat Earth Research Society, IFERS) est une organisation soutenant l'idée de la Terre plate, fondée en 1956 par l'Anglais Samuel Shenton, puis dirigée par l'américain Charles K. Johnson. À la mort de Johnson, en 2001, l'organisation a connu quelques années d'inactivité, jusqu'à sa reprise en 2004 par Daniel Shenton, actuel dirigeant. Son siège social était basé à Lancaster, en Californie.

Origines[modifier | modifier le code]

Le modèle de la Terre plate dépeint l'Antarctique comme un mur de glace entourant le disque terrestre.

L'idée que la Terre est plate est récurrente depuis les origines de la cosmologie mais, très tôt dans l'Antiquité, l'idée de la sphéricité de la terre et de son caractère planétaire fut émise, notamment par l'école pythagoricienne.

L'interprétation moderne de la théorie de la Terre plate est due à Samuel Rowbotham (1816), qui se basa sur son interprétation de l'expérience de Bedford Level (en) pour développer l'idée voulant que la Terre soit un disque centré sur le pôle Nord et bordé d'un haut mur de glace, le Soleil et la Lune tournant autour de la Terre à une distance approximative de 4 800 km. Rowbotham détaille sa vision du monde dans son ouvrage Zetetic Astronomy (littéralement, « astronomie zététique ») et crée la « Zetetic society » en Angleterre et à New York.

À la mort de Samuel Rowbotham, l'Universal Zetetic Society est créée par Lady Elizabeth Blount, femme de l'explorateur Sir Walter de Sodington Blount.

Création de la Flat Earth Society[modifier | modifier le code]

En 1956, la Flat Earth Society est créée par Samuel Shenton et succède à l'Universal Zetetic Society, tout en s'éloignant des conceptions religieuses de sa devancière. L'organisation remet en cause les avancées dans le domaine spatial, notamment les premières photos de la Terre prise par Explorer 6 en et les missions lunaires Apollo.

Sous la direction de Charles K. Johnson, la Flat Earth Society voit son nombre de membres croître fortement, pour atteindre environ 3 500 personnes. Dans les années 1980, l'opinion publique et les évidences scientifiques font chuter le nombre d’adhérents à environ 200[réf. nécessaire].

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

La Flat Earth Society renaît en 2009 avec la création d'un forum homonyme. De nouveaux membres sont acceptés, le premier d'entre eux étant le musicien anglais Thomas Dolby, qui crée un autre forum dédié. En , l'organisation comptait 421 membres[réf. nécessaire].

Les promoteurs actuels de la Flat Earth Society n'ont pas une théorie alternative centrale; les représentations diffèrent au sein même des membres de l'organisation, l'imagerie de Wilbur Voliva ou de Orlando Ferguson s'y côtoient par exemple. Toutes s'accordent néanmoins sur l'idée du complot généralisé de la part des agences spatiales, des fabricants de GPS et des services de contrôle aériens[1]. La communauté scientifique reste totalement opposée à chacune des version de cette théorie.

Terre plate, carte dessinée par Orlando Ferguson en 1893.

Différentes représentations de cette conception, qui n'émanent pas toutes de la Flat Earth Society, sont également disponibles sur le web. L'une des plus connues est celle, parodique, de Terry Pratchett dans son ouvrage intitulé Le Disque-monde. En , il est toujours possible de trouver des sites et des forums internet qui défendent l'idée que la Terre est plate[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Raymond Fraser, When The Earth Was Flat : Remembering Leonard Cohen, Alden Nowlan, the Flat Earth Society, the King James monarchy hoax, the Montreal Story Tellers and other curious matters, Black Moss Press, , 162 p. (ISBN 978-0-88753-439-3).
  • (en) Martin Gardner, Fads & Fallacies in the Name of Science, Dover Publications, , 363 p. (ISBN 0-486-20394-8, lire en ligne), chap. 2, p. 16-27.
  • (en) James Randi, An Encyclopedia of claims, Frauds, and Hoaxes of the Occult and Supernatural, St. Martin's Press, , 284 p. (ISBN 0-312-13066-X), p. 97-98.
  • (en) Robert Schadewald, Scientific Creationism, Geocentricity, and the Flat Earth, Skeptical Inquirer, , p. 41-48.
  • (en) Ted Schultz, The Fringes of Reason : A Whole Earth Catalog, Harmony Books, (ISBN 0-517-57165-X), p. 86, 88, 166.
  • (en) William F. Williams, Encyclopedia of Pseudoscience, Facts on File, (ISBN 0-8160-3351-X), p. 114-115.
  • Benjamin Deeb, Planet Earth : Alternate Theories of Shape and Size, NYR Press, .
  • Christine Garwood, Flat Earth : The History of an Infamous Idea, Pan Books, , 436 p. (ISBN 978-1-4050-4702-9 et 1-4050-4702-X).
  • Robert Schadewald, Worlds of Their Own : A Brief History of Misguided Ideas: Creationism, Flat-Earthism, Energy Scams, and the Velikovsky Affair, Xlibris, , 272 p. (ISBN 978-1-4363-0435-1), chap. 3, p. 85-126.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La société de la terre plate », sur Pacha cartographie, (consulté le 25 décembre 2018).
  2. J'ai essayé d'interviewer quelqu'un qui croit que la Terre est plate, Alice Maruani, L'Obs, .