Five Nights at Freddy's (jeu vidéo)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Five Nights at Freddy's.

Five Nights at Freddy's
Éditeur Scott Cawthon
Développeur Scott Cawthon[1]

Date de sortie Microsoft Windows
[2]
Android

iOS
[3]
Franchise Five Nights at Freddy's
Genre Survival horror, aventure
Mode de jeu Solo
Plate-forme Microsoft Windows, Android[4], iOS[3]
Média Contenu téléchargeable
Langue Anglais
Contrôle Souris, clavier, toucher tactile

Moteur Clickteam Fusion 2.5

Five Nights at Freddy's est un jeu vidéo indépendant de type survival horror en point-and-click développé par Scott Cawthon, sorti en 2014. Premier jeu de la série Five Nights at Freddy's, il se déroule dans une pizzeria, dans laquelle un gardien de sécurité doit se protéger d'animatroniques en surveillant chacun de leurs mouvements à l'aide de caméras de surveillance.

Five Nights at Freddy's est initialement commercialisé via Desura le . Le 20 août 2014, après approbation de la plateforme Steam Greenlight, Five Nights at Freddy's est également mis en vente via Steam[5],[6]. Une adaptation pour Android est commercialisée le via Google Play[4]. Son adaptation pour iOS est commercialisée le .

Le jeu est bien accueilli dans son genre, en particulier pour son design simpliste, son mécanisme de gameplay, et son atmosphère oppressante submergeant le joueur dans une méfiance constante et dans la paranoïa. Five Nights at Freddy's est le jeu le mieux vendu sur Desura jusqu'au 18 août 2014[7]. Quatre suites, Five Nights at Freddy's 2, Five Nights at Freddy's 3, Five Nights at Freddy's 4 et Five Nights at Freddy's: Sister Location, sont commercialisées entre 2014, 2015 et 2016.

Par ailleurs le jeu est partiellement inspiré de faits réels, celle de Nathan Dunlap un employé d'un restaurant Chuck E Cheese (restaurant connu pour ses spectacles d'animatroniques) dans le Colorado. Après avoir été viré, celui-ci se vengea en s'enfermant de nuit dans le restaurant et tira sur cinq employés, un seul a survécu à la fusillade (il fit semblant d'être mort après avoir reçu la balle) et put témoigner au tribunal.

Trame[modifier | modifier le code]

Le jeu se déroule en 1992 dans une pizzeria appelée Freddy's Fazbear Pizza, au passé sombre et morbide. Ce restaurant comme ceux de l'époque possédait des animatroniques qui effectuaient des spectacles familiaux durant les heures d'ouverture. Ce jeu tire son inspiration de la chaîne de restauration américaine réelle Chuck E. Cheese, et plus particulièrement d'une série de meurtres ayant été commis en novembre 1992 dans un des établissements de la franchise à Aurora dans le Colorado par un employé de 19 ans, Nathan Dunlap, qui a tué quatre de ses collègues et grièvement blessé un cinquième. Le gardien de nuit faisait partie des victimes.

Dans le jeu, la pizzeria a vu sa réputation tachée après la mort de plusieurs enfants. En 1987, une animatronique mord le lobe frontal d'une personne. Dans la même chaîne de restaurant, un homme déguisé en une de ces fameuses mascottes a attiré cinq enfants à l'arrière du restaurant pour les assassiner[8]. Le suspect est arrêté mais les corps des enfants n'ont jamais été retrouvés. Peu après, le restaurant reçoit des lettres de plaintes du ministère de la santé, leur indiquant que des clients avaient senti une odeur nauséabonde provenant des mascottes, et remarqué du sang et du mucus couler des yeux et de la bouche des animatroniques. Une théorie émise par plusieurs joueurs voudrait que les cadavres aient été entassés dans les costumes des mascottes, d'où l’explication de l'odeur nauséabonde et des écoulements de sang et de mucus remarqués par les clients. Dû aux circonstances et à l'état financier et social du restaurant, ce dernier doit être fermé à la fin de l'année. C'est après la réouverture du restaurant que le jeu commence et que le joueur entre en action. Le personnage joué est inconnu. On apprend au fur et à mesure du jeu qu'il répond au nom de Mike Schmidt. Le jeu se déroulant à la première personne, il n'est pas visible.

Chaque nuit, le joueur reçoit un appel de l'ancien gardien de sécurité qui occupait le poste avant lui. Il se présente, lui et le restaurant ainsi que d'autres détails liés à son poste. Il explique que les mascottes passent en mode déplacement libre la nuit, c'est-à-dire qu'elles se déplacent partout dans le restaurant après la fermeture, car si elles étaient éteintes durant la nuit, elles tomberaient en panne, à cause d'une trop longue inactivité. Il précise aussi que si elles aperçoivent quelqu'un dans l'établissement après la fermeture, elles le considéreront automatiquement comme un autre robot sans son costume et essayeront de le fourrer dans un des costumes. L'individu mourrait comprimé étant donné la présence d'un squelette métallique dans le dit-costume. L'ancien gardien en question disparait au bout de la quatrième nuit, sûrement tué par un animatronique (ou plusieurs) après avoir demandé au gardien (le joueur) de vérifier l'intérieur des costumes. On entend ensuite la musique de fin (quand l'énergie est épuisée) dans le téléphone, un gémissement rappelant celui de Chica ou Bonnie, puis le cri de Golden Freddy, et plus rien. Au début de la cinquième nuit, ce sont les animatroniques qui laissent un message. On entend une voix embrouillée venant avec les cris de Chica, Bonnie et Golden Freddy et la musique de fin. Des recherches approfondies et la modification du son montrent qu'il s'agit d'un extrait de l'autobiographie d'un Yogi de Paramahansa Yogananda.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Le joueur ne peut pas bouger, mais il peut interagir avec les objets dans son champ de vision. Le but du joueur est de survivre en tant que gardien de sécurité dans une pizzeria cinq nuits d'affilée de minuit à h du matin, sans se faire attraper par les mascottes robotisées du restaurant[9]. Le seul moyen pour le joueur de voir les mascottes est d'utiliser les caméras de surveillance un peu partout dans le restaurant, qu'il surveille grâce à une tablette tactile[9]. Les mascottes se déplaceront régulièrement dans les locaux de la pizzeria, sans que le joueur ne puisse rien y faire, à l'exception de Foxy, qui, parfois, se met à courir dans le hall ouest pour attraper le joueur si ce dernier n'utilise pas assez les caméras. À certain moments, deux des quatre animatroniques (Bonnie et Chica) peuvent apparaître juste en face d'une des deux portes. Pour survivre, le joueur doit fermer les portes correspondantes le plus rapidement possible : s'il n'est pas assez rapide, les portes et lumières externes seront inutilisables et il se fera tuer. Cependant, il existe une contrainte assez importante: le joueur dispose d'une réserve d'énergie limitée (étant donné les grandes difficultés financières du restaurant) qui se vide à mesure que les objets sont utilisés dans la salle, comme les portes, ou la tablette électronique servant d'écran pour les caméras. Si les réserves d'énergie sont épuisées, il ne sera plus possible d'utiliser aucun appareil, donc, avoir des risques énormes que les mascottes viennent attaquer le joueur. La quantité d'énergie continuera de chuter même si aucun appareil n'est utilisé, mais beaucoup plus lentement, dû à la présence d'un ventilateur et d'un plafonnier dans le bureau.

Animatroniques[modifier | modifier le code]

Voici la liste des différentes animatroniques du jeu Five Nights at Freddy’s :

  • Freddy Fazbear : Un ours brun, principal animatronique du groupe. Il chante pour divertir les enfants.
  • Bonnie : Un lapin tirant sur le violet. Il joue de la guitare pour divertir les enfants. C’est le plus stratégique du groupe.
  • Chica : Seule femelle du groupe, Chica est un poulet (même si elle est souvent confondue avec un canard) jaune. Elle chante pour divertir les enfants, tout comme Freddy.
  • Foxy : Foxy est un renard et un pirate. Il est programmé pour jouer au pirate avec les enfants. Adoré de ceux-ci, Foxy s’est usé plus vite que les trois autres mascottes et a donc été mis à l’écart, pour ne pas faire mauvaise image à Freddy Fazbear’s Pizzas. C’est ce qui explique son comportement différent des autres animatroniques présents dans le jeu.
  • Golden Freddy : Une version dorée de Freddy. Apparaissant en tant qu’easter egg dans le jeu, il n’a pas vraiment de rôle dans ce premier opus. Tout ce qu’on sait, c’est que Golden Freddy est une mascotte qui n’est plus utilisée dans le restaurant depuis longtemps... Son «rôle» sera révélé dans les prochains jeux (précisément dans Five Nights at Freddy’s 4).

Accueil[modifier | modifier le code]

Five Nights at Freddy's est particulièrement bien accueilli par la presse spécialisée. Indie Game Magazine félicite Five Nights at Freddy's pour son style simpliste dans le domaine survival horror, notant que la direction artistique et son gameplay qui submergent le joueur dans une « tension brutale », et qu'il s'agit d'une « expérience incroyablement terrifiante que d'essayer de survivre d'une simple crise cardiaque jusqu'à la fin du jeu. » En conclusion, Five Nights at Freddy's est considéré comme un « superbe exemple de design intelligent et d'expérience terrifiante. »[10].

Omri Petitte de PC Gamer attribue à Five Nights at Freddy's une note de 80 %, en commentant son design « plus-et-moins » simpliste. L'atmosphère générale du jeu est félicitée car elle oscille entre suspens et peur de voir la menace apparaître, plutôt que par l'arrivée directe de la menace comme dans la majorité des autres jeux du genre horreur. Cependant, le gameplay de Five Nights at Freddy's est critiqué car il devient trop répétitif une fois que le joueur le maîtrise[11]. Ryan Bates de Game Revolution attribue au jeu une note de 4,5 sur 5 ; en comparant le gameplay orienté par caméra au jeu Night Trap, sorti en 1992, il félicite la présentation minimaliste du jeu (et son manque de musique submergeant le joueur dans une atmosphère oppressante). il explique qu'il s'agit d'un jeu vidéo d'horreur « bien ficelé » mais un peu trop court[12].

Jeffrey Matulef, du site Eurogamer, compare les animatroniques du jeu aux Weeping Angels — des créatures issues de l'univers de Doctor Who — à cause de leur capacité à se déplacer lorsqu'elles ne sont observées[13]. Softpedia attribue une note de quatre étoiles sur cinq au jeu ; le rédacteur Cosmin Anton note sa « différence avec les autres jeux classiques de type survival horror[14] ».

Kahn Lusth, de Canard PC, attribue au jeu la note de 8/10 et le qualifie de « classique instantané »[15].

Suites et adaptation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Five Nights at Freddy's.

Five Nights at Freddy's connait plusieurs suites, un jeu dérivé et également adapté en roman et bientôt en film.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jeu Five Nights at Freddy's iPad », sur jeu.info (consulté le 24 octobre 2014).
  2. (en) « Five Nights at Freddy's », sur GameRankings (consulté le 19 octobre 2014).
  3. a et b (en) « Five Nights at Freddy's », sur GameRankings (consulté le 24 octobre 2014).
  4. a et b (en) Chris Priestman, « Hit PC horror game Five Nights At Freddy's is now terrifying Android players », sur pocketgamer.co.uk, (consulté le 24 octobre 2014).
  5. (en) AOL, « All of the nightmares live in Five Nights at Freddy's », sur Joystiq, (consulté le 26 août 2014).
  6. (en) « Five Nights at Freddy's is nightmare fuel mixed with Chuck E. Cheese's », sur Destructoid, (consulté le 26 août 2014).
  7. (en) « PC download charts: Five Nights at Freddy's tears up Desura », sur Relaxnews, (consulté le 26 août 2014).
  8. (en) Five Nights at Freddy's. Scott Cawthon. East Hall.
  9. a et b Jihem, « Five Nights at Freddy's », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 22 novembre 2014).
  10. (en) Couture, Joel, « Five Nights at Freddy’s Review – Nightmares and Death at Chuck E Cheese’s », sur Indie Game Magazine, (consulté le 16 août 2014).
  11. (en) Future plc, « Five Nights at Freddy's review », sur PC Gamer, (consulté le 26 août 2014).
  12. (en) Bates, Ryan, « Five Nights at Freddy's Review », sur Game Revolution, (consulté le 29 août 2014).
  13. (en) Matulef, Jeffrey, « Five Nights at Freddy's brings horrifying animatronic animals to Steam », sur Eurogamer, (consulté le 26 août 2014).
  14. (en) Cosmin Anton, « Softpedia Editor's Review for Five Nights at Freddy's », sur SoftNews NET SRL., (consulté le 26 août 2014).
  15. Kahn Lusth, Five Nights at Freddy's : Un, deux, trois... t'es mort !, 15 septembre 2014, Canard PC n°303, p. 20.

Liens externes[modifier | modifier le code]