Fischia il vento

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fischia il vento est une chanson populaire italienne, elle a été écrite en septembre 1943 pendant la Résistance. Le parolier, Felice Cascione (2 mai 1918 - 27 janvier 1944), était un maquisard qui voulait soutenir la cause antifasciste. L'air provient de la chanson populaire russe Katyusha. Avec Bella ciao, elle est l'une des plus célèbres chansons de la Résistance.

Paroles[modifier | modifier le code]

Version italienne[modifier | modifier le code]

Fischia il vento, urla la bufera,
scarpe rotte eppur bisogna andar,
a conquistare la rossa primavera
dove sorge il sol dell'avvenir.
A conquistare la rossa primavera
dove sorge il sol dell'avvenir.
Ogni contrada è patria del ribelle,
ogni donna a lui dona un sospir,
nella notte lo guidano le stelle,
forte il cuore e il braccio nel colpir.
Nella notte lo guidano le stelle,
forte il cuore e il braccio nel colpir.
Se ci coglie la crudele morte
dura vendetta verrà dal partigian,
ormai sicura è già la dura sorte
del fascista vile e traditor.
Ormai sicura è già la dura sorte
del fascista vile e traditor.
Cessa il vento, calma la bufera,
torna a casa il fiero partigian,
sventolando la rossa sua bandiera
vittoriosi, alfin liberi siam.
Sventolando la rossa sua bandiera
vittoriosi, alfin liberi siam.

Traduction française[modifier | modifier le code]

Siffle le vent, hurle la tempête,
Souliers cassés et pourtant il faut continuer
Pour conquérir le printemps rouge
Où se lève le soleil de l'avenir
Pour conquérir le printemps rouge
Où se lève le soleil de l'avenir
Chaque contrée est la patrie du rebelle
Chaque femme soupire après lui
Dans la nuit il est guidé par les étoiles
Son cœur et son bras sont forts au moment de frapper
Dans la nuit il est guidé par les étoiles
Son cœur et son bras sont forts au moment de frapper
Si la mort cruelle nous surprend
Dure sera la vengeance du partisan
Il est déjà tracé le destin fatal
Du fasciste, lâche et traître.
Il est déjà tracé le destin fatal
Du fasciste, lâche et traître.
Cesse le vent, se calme la tempête
Le fier partisan rentre chez lui
En agitant son drapeau rouge
Enfin, nous sommes libres et victorieux
En agitant son drapeau rouge
Enfin, nous sommes libres et victorieux

Voir aussi[modifier | modifier le code]