Firmin Vermeil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Firmin Jean Jacques Vermeil
Naissance
Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire)
Décès (à 28 ans)
secteur de Znamenskaïa, près d'Orel
Mort au combat
Origine Drapeau de la France France
Arme French-roundel.svg Armée de l'air
Unité groupe de chasse Normandie
Grade sous-lieutenant
Conflits Seconde Guerre mondiale

Firmin Vermeil, né le à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) et mort pour la France le dans le secteur d'Orel, était un aviateur français de la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Firmin Vermeil est né le 24 septembre 1914 à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire)[1]. Fils d'officier[2], il fait ses études secondaires au Lycée Lalande à Bourg-en-Bresse. En 1934, il s'engage dans l'Armée de l'air[3] au 2e Bataillon de l'air comme élève-pilote. Il est breveté en août 1935 et se révèle très rapidement un excellent pilote, plein d'ardeur et de sang-froid. Affecté à la base aérienne 112 Reims-Champagne, il est promu sergent en novembre 1935. Il connaît différentes affectations, et devient moniteur à l'école d'acrobatie de Salon-de-Provence au moment de la déclaration de guerre. Il demande à servir dans une unité combattante et se voit affecté à Châteauroux où il s'initie au bombardement en piqué[2].

Après l'armistice du 22 juin 1940, Firmin Vermeil est affecté au Bataillon de l'Air n°206 à Meknès. Il y est démobilisé le 20 août 1940. Il s'associe, dès leur création, aux mouvements de Résistance[2], mais il est désireux de reprendre sa place dans une unité aérienne[4]. En 1942, il s'évade de France via l'Espagne, en compagnie de son ami Jacques Mathis. Après avoir été interné quelque temps en Espagne[2], il rejoint Londres et signe son engagement dans les Forces aériennes françaises libres le 8 janvier 1943. En juin 1943, il arrive au groupe de chasse « Normandie », où ses qualités de pilote et son ardeur à combattre lui permettent de participer rapidement aux offensives[4].

Il disparaît en combat aérien face à des chasseurs ennemis supérieurs en nombre, le même jour que le commandant Jean Tulasne, dans le secteur de Znamenskaïa[4], à 20 km au Nord-Ouest d'Orel (Russie)[1]. Son corps n'a jamais été retrouvé[4]. Il totalisait 1 014 heures de vol, 13 missions de guerre[3] et 1 victoire aérienne homologuée[2],[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Le 7 mai 1980, son nom a été donné à une allée conduisant à l'aérodrome de Bourg - Ceyzériat[3],[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Firmin Jean Jacques Vermeil », sur Histoires de Français Libres ordinaires (consulté le 2 décembre 2019).
  2. a b c d e f g et h « Firmin Vermeil », sur L'Ordre de la Libération et son Musée (consulté le 2 décembre 2019).
  3. a b c d et e Paul MATHEVET, « Hommage aux Aviateurs de l' Ain », sur Groupement Antoine de Saint Exupéry - Les Vieilles Tiges, (consulté le 2 décembre 2019).
  4. a b c d et e « LES SÉPULTURES DES PILOTES DU NORMANDIE-NIEMEN » (consulté le 2 décembre 2019).
  5. Pierre Huysmans, Les aigles des steppes, Société des Écrivains, , 84 p. (ISBN 2-74804-686-2, EAN 978-2-74804-686-1, lire en ligne), p. 57.
  6. Jean-Noël Violette, « Alexandre Bernard », sur Aérostèles, lieux de mémoire aéronautique, (consulté le 2 décembre 2019).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]