Fire Emblem Gaiden

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fire Emblem Gaiden
Image illustrative de l'article Fire Emblem Gaiden

Éditeur Nintendo
Développeur Intelligent Systems
Concepteur Gunpei Yokoi (producteur), Keisuke Terasaki (réalisateur), Shouzou Kaga (designer)
Musique Yuka Tsujiyoko

Date de sortie Drapeau du Japon
Licence Propriétaire
Franchise Fire Emblem
Genre Jeu de rôle tactique
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme Famicom
Média Cartouche
Nintendo eShop
Langue Japonais
Contrôle Manette, Stick analogique

Fire Emblem Gaiden[Note 1] est un tactical RPG sorti le 14 mars 1992 sur Famicom, exclusivement au Japon[1]. Le jeu est développé par Intelligent Systems et édité par Nintendo. C'est le second épisode de la série Fire Emblem et le dernier jeu de la série à avoir été édité sur Famicom. Il reprend le système de jeu du premier jeu de la série, Fire Emblem: Ankoku Ryū to Hikari no Tsurugi (Fire Emblem Shadow Dragon and the Blade of Light), tout en ajoutant des nouveaux éléments de gameplay comme une carte du monde navigable. L'action de ces jeux est d'ailleurs située dans le même monde, mais sur un continent différent, Valentia.

Alors qu'une guerre éclate entre Rigel et Zofia, les deux royaumes de Valentia, deux amis d'enfance, Alm et Celica tentent de rétablir la paix, respectivement en tentant de contrer la tentative d'invasion de Rigel, et de retrouver Mila, la déesse Mère de la Terre portée disparue. Le joueur pourra diriger ces deux armées simultanément[Note 2],, afin de faire progresser l'histoire et de restaurer la paix à Valentia, en recrutant de nombreux alliés en chemin[2].

Le jeu est ressorti à plusieurs occasions sur la console virtuelle, le 4 novembre 2009 sur la console virtuelle de la Wii[3], et le 5 avril 2013 sur celle de la Nintendo 3DS[4], au Japon exclusivement.

Un remake intitulé Fire Emblem Echoes: Shadows of Valentia est sorti le 20 avril 2017 au Japon, le 19 mai 2017 en Amérique du Nord et en Europe et le 20 mai 2017 en Australie sur Nintendo 3DS[5].

Trame[modifier | modifier le code]

Univers[modifier | modifier le code]

Fire Emblem Gaiden se déroule dans un univers fictif médiéval et fantastique[Note 3], sur le continent de Valentia[Note 4] situé à l'ouest d'Archanea, le continent du jeu précédent, et séparé de ce dernier par un océan. Valentia est créé par les dieux jumeaux Duma et Mila. Néanmoins, à la suite de désaccords, le continent est divisé en deux : Rigel, au nord, sous la bénédiction de Duma, a pour valeurs l'honneur, la force et l'ordre, tandis que Zofia, au sud, bénéficie de la bénédiction de Mila et possède des ressources en abondance[6].

Au début de l'histoire, Rigel est dirigé par l'empereur Rudolf Ier tandis que Zofia est dirigé par le roi Lima IV et par le chancelier Desaix[6].

Personnages[modifier | modifier le code]

Blason de Mila, déesse mère protectrice de Zofia

Le premier personnage principal est Alm, jeune homme élevé par son grand père le général zofien Mycen dans le petit village de Ram, reculé au Sud de Zofia. Il porte une étrange marque à sa main gauche. Il rejoint finalement la « Délivrance », armée souhaitant libérer Zofia de l’envahisseur rigelien, dont il devient le chef. Il est l’ami d’enfance de Celica, dont il est amoureux[6].

Le second personnage principal est Celica, jeune femme et princesse de Zofia. Après le meurtre de son père, elle devient la dernière personne de la famille royale zofienne encore en vie, et donc la potentielle reine de Zofia. Elle commence l’aventure dans un monastère de l’île de Novis, située au sud-est de Zofia, avec pour objectif de retrouver Mila, la déesse protectrice de Zofia qui a disparu, là où Alm favorise la contre-attaque contre l’empire de Rigel. Elle porte une étrange marque sur sa main droite[6].

Blason de Duma, dieu guerrier protecteur de Rigel

Histoire[modifier | modifier le code]

L’histoire de Fire Emblem Gaiden est divisée en cinq chapitres, où l’on contrôle à tour de rôle les armées d’Alm et de Celica[7].

Le premier chapitre commence au village de Ram, où Alm s’entraîne avec son grand-père Mycen. Arrive alors au village Lukas, un soldat de « La Délivrance », armée zofienne souhaitant libérer Zofia du joug rigélien, après un raid sur le château royal ayant conduit à la mort du roi de Zofia de la main de son propre chancelier Desaix, agissant sur ordre de Rigel. Lukas souhaite convaincre Mycen, ancien chevalier d’élite, de sortir de sa retraite pour le bien de Zofia, sans succès. Néanmoins, et trois de ses amis villageois Kliff, Tobin et Gray, décident de rejoindre la Délivrance et de se battre pour leur pays. Au cours de nombreuses péripéties, aux termes desquelles ils sont rejoints par les autres membres de la Délivrance, Alm et ses amis réussissent à reprendre le château de Zofia[6].

Le deuxième chapitre commence au prieuré de Novis. Celica décide de quitter le prieuré avec ses amis Mae, Boey et Genny, afin de découvrir pourquoi la déesse Mila les a abandonnés. Lors de son voyage en mer, elles affrontent de nombreux pirates et recrutent de nouveaux alliés, avant de finalement arriver à Zofia et de retrouver Alm. Alors que leurs opinions sur la suite de la guerre divergent, chacun continue le but qu’il s’est fixé à l’aide de son armée[6].

Néanmoins, leurs différentes missions respectives les mènent à s’allier pour combattre la source commune de leurs problèmes, un culte maléfique des partisans du dieu de la guerre Duma.

Une fois Duma vaincu, et après avoir appris qu’il est le fils héritier de l’empereur de Rigel, Alm épouse Celica, et abolit les frontières entre Rigel et Zofia pour créer le royaume unique de Valentia, dont il devient le premier roi. 

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Fire Emblem Gaiden est un tactical RPG permettant au joueur, entre les batailles, de visiter les villages situés sur la carte du monde afin d’obtenir de nouvelles recrues, des objets... Cette carte du monde est entièrement explorable et le joueur débloque l’accès à de nouvelles zones au fur et à mesure de l’aventure, une nouveauté par rapport au jeu précédent[1],[7],[8].

Néanmoins, la base du gameplay des jeux Fire Emblem reste les combats. Ceux-ci se déroulent sur le principe du tour par tour, où les personnages du joueur, les ennemis (en général des soldats ennemis, mais également des monstres) et les unités alliées, si elles sont présentes, agissent au tour par tour sur un champ de bataille. Il existe plusieurs méthodes pour remporter les différentes batailles : détruire toutes les forces ennemies en présence, affronter et défaire un boss ou prendre un château. Le joueur dispose d’un nombre limité d’unités pour finir chaque carte, chaque unité appartenant à une classe et possédant des caractéristiques différentes, comme avoir accès à la magie, être à cheval ou dans une armure lourde, ce qui a un impact sur leur capacité de mouvement ou leur puissance[7]. Une fois un certain niveau atteint pour une unité, elle peut être promue[8], et ainsi gagner de nouvelles caractéristiques, Alm évoluant ainsi de guerrier à héros, et Celica de prêtresse à princesse.

Parmi les nouveautés notables du jeu, on peut noter la modification apportée à la magie. En effet, contrairement au système présent dans Fire Emblem Shadow Dragon and the Blade of Light, les sorts s’apprennent désormais en montant de niveau et lancer un sort coûte une partie minime des points de vie de l’unité[7],[9]. Les armes ne peuvent également plus être brisées au combat[7], et chaque personnage possède une arme par défaut, que l’on peut remplacer plus tard. Les premières ébauches du système de soutien apparaissent également, Alm et Celica ayant des chances accrues de porter des coups critiques lorsqu’ils combattent côte à côte[7],[10]. Le système instauré dans le premier jeu Fire Emblem de triangle des armes (épée bat la hache, elle-même battant la lance, qui est elle efficace contre l'épée), à la manière d'un jeu de pierre - feuille - ciseaux, a également été abandonné pour Fire Emblem Gaiden, bien qu'il soit de retour dans les autres opus de la saga[10].

Le jeu présente également deux modes de difficulté, un mode « Facile » et un mode « Difficile ». Le mode « Facile » augmente l’expérience reçue par les joueurs durant les combats[8].

Développement[modifier | modifier le code]

Dans une interview donnée en 1990, Shouzou Kaga déclare regretter que le premier jeu de la série soit si linéaire et trouver qu’il ne laisse pas assez de possibilités au joueur d’utiliser les unités. Il souhaite avec Fire Emblem Gaiden se racheter[10]. Pour pallier ce problème, il déclare vouloir créer un jeu basé sur des scénarios multiples et simultanés, ce qui finit par conduire à la création de Fire Emblem Gaiden et sa double campagne[11]. L’un des axes de développement du jeu est d’accentuer les relations entre les personnages, censés grandir au même titre que les caractéristiques entre les personnages durant le jeu. Afin de répondre à cela et de créer une histoire forte, Kaga crée ainsi les deux protagonistes du jeu, Alm et Celica[12].

Le développement du jeu commence dès 1990, à la suite du succès du premier jeu de la franchise Fire Emblem. Shouzou Kaga, le game designer du jeu précédent, reprit son poste et devient directeur, tandis que Gunpei Yokoi reste le producteur du jeu. Les graphismes sont confiés à Naotaka Ohnishi, Satoshi Machida et Toshitaka Muramatsu. Yuka Tsujiyoko, compositeur de la musique de Fire Emblem Shadow Dragon and the Blade of Light, reprit son poste pour Fire Emblem Gaiden[13].

Le jeu utilise une carte mémoire MMC4, développée spécialement pour les jeux de la série Fire Emblem, pour répondre aux problèmes de mémoire que la Famicom aurait pu avoir, ainsi que la gestion de l’intelligence artificielle[12],[14].

Fire Emblem Gaiden sort ainsi le 14 mars 1992 au Japon seulement, sur une cartouche 2Mbit[15], étant ainsi le dernier jeu Fire Emblem sur Famicom.

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Le magazine japonais de jeu vidéo Famitsu donne à Fire Emblem Gaiden la note de 28 / 40, notamment en faisant remarquer que les modifications de gameplay permettent difficilement de le comparer au jeu précédent, mais considère Gaiden meilleur néanmoins. Le magazine japonais spécialisé de l’époque Family Computer Magazine décerne la note de 24.3 /40 à Fire Emblem Gaiden.

Lors de sa sortie, des critiques lui sont adressées concernant sa difficulté, jugée trop grande au début et trop faible à la fin.

Ventes[modifier | modifier le code]

En 2002, Fire Emblem Gaiden a été vendu à 324 699 exemplaires[16], faisant ainsi de Fire Emblem Gaiden le cinquième jeu le plus vendu de la franchise Fire Emblem au Japon.

Postérité[modifier | modifier le code]

Carte du continent de Valentia, avec, en rouge, l'empire de Rigel, et, en bleu, le royaume de Zofia. Devient plus tard le royaume de Valentia, puis l'empire de Valm.

Les changements de gameplay apportés à Fire Emblem Gaiden ne sont pas tous repris dans les jeux suivants de la série, notamment le nouveau système de magie et d’usure des armes. À ce titre, Fire Emblem Gaiden rejoint d’autres titres Famicom, comme Zelda II : The Adventure of Link ou Castlevania II : Simon’s quest, qui, bien que suites directes du jeu les précédant (respectivement The Legend of Zelda et Castlevania), tentent de proposer des gameplays totalement différents, sans pour autant réussir à imposer ses changements pour les suites de ces jeux[1],[7].

Néanmoins, plusieurs des innovations de Fire Emblem Gaiden, même si elles ne refont surface tout de suite, apparaissent d’une manière ou d’une autre dans les futures itérations de la série.

Le système de promotions des classes est conservé et le principe de soutien ébauché dans Gaiden devient l’un des mécanismes clés de la série. Fire Emblem : The Sacred Stones et Fire Emblem Awakening empruntent à Gaiden la carte du monde explorable[1],[8] et le système d’arbre de promotion. Fire Emblem Fates, quatorze ans plus tard, réutilise le concept des armes incassables et l’inclusion de trois personnages du jeu précédent (bien que quatre personnages de Fire Emblem Shadow Dragon and Sword of Light apparaissent dans Gaiden et que seulement trois personnages de Fire Emblem Awakening apparaissent dans Fire Emblem Fates, c'est la notion de trio qui est réutilisée, les trois vassaux de Fates s'inspirant des trois sœurs pégases).

Dans Fire Emblem Awakening, jeu se déroulant 1000 ans après Fire Emblem Gaiden, les protagonistes doivent se défendre contre l'empire de Valm, qui dirige le continent de Valentia, renommé ainsi en l'honneur de son premier Saint Roi, Alm. Toujours dans le même jeu, Alm et Celica apparaissent en tant que personnages recrutables via des contenus additionnels[17]. Ils bénéficient tous deux d'un redesign pour l'occasion[18].

Enfin, en 2017, un remake complet du jeu Fire Emblem Echoes : Shadows of Valentia sortit sur Nintendo 3DS dans le monde entier, permettant à d'autres joueurs que les Japonais de découvrir l’histoire d’Alm et Celica[19].

De plus, des personnages de Gaiden apparaissent dans le jeu mobile Fire Emblem Heroes, notamment Alm[20], Celica, Gray, Tobin, Mae ou Boey[21],[22].

Celica, l'héroïne de Gaiden, rejoint également les rangs des combattants incarnables dans Fire Emblem Warriors, spin-off de la série dans laquelle différents personnages de différents opus peuvent être incarnés[23].

De plus, peu de temps après la sortie du jeu, un manga adapté du jeu sort au Japon sous le titre de Fire Emblem Gaiden et écrit par Maki Hakoda[24]. Il présente néanmoins plusieurs différences, comme l'absence de certains personnages (notamment Valbar, pourtant présent sur la jaquette du jeu), ainsi que des différences d'apparences de personnages ou de scénario.

De plus, les héros de Fire Emblem Gaiden ont également eu droit à des cartes à jouer officielles, dans le jeu Fire Embem: Cipher. Bien que sorties à l'occasion de la distribution de son remake Fire Emblem Echoes: Shadows of Valentia, les cartes mettent en scène Alm, Celica et les autres protagonistes[25],[26].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. ファイアーエムブレム外伝 (Faiā Emuburemu Gaiden) dans sa version originale japonaise.
  2. Gaiden signifiant « histoire parallèle » en japonais.
  3. Fire Emblem: Gaiden n'étant jamais sorti en dehors du Japon les noms des personnages et des lieux utilisés seront ceux traduits par Nintendo 25 ans plus tard dans le remake.
  4. Barensia en rōmaji.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Mark Brown, « Pocket Primer : A Complete history of Fire Emblem » [« Rétrospective : toute l'histoire de Fire Emblem »], sur Pocket Gamer, (consulté le 20 septembre 2017)
  2. (en) Martin Robinson, « The Past, Present and Future of Fire Emblem » [« Passé, présent et futur de la saga Fire Emblem »], sur Eurogamer, (consulté le 11 décembre 2017)
  3. (ja) « バーチャルコンソールWii - ファイアーエムブレム外伝 », sur Nintendo (consulté le 20 septembre 2017)
  4. (ja) « バーチャルコンソール3DS - ファイアーエムブレム外伝 », sur Nintendo (consulté le 20 septembre 2017)
  5. (en) « Fire Emblem Echoes: Shadows of Valentia heading to 3DS this May », sur polygon.com, .
  6. a, b, c, d, e et f Nintendo et Systems 2015, p. 6-7
  7. a, b, c, d, e, f et g (en) Nadia Oxford, « What is Fire Emblem: Gaiden ? Here's How it Differs From the Rest of the Series » [« Qu'est-ce que Fire Emblem Gaiden, et comment diffère-t-il des autres jeux de la franchise »], sur us gamers, (consulté le 20 septembre)
  8. a, b, c et d « Fire Emblem Gaiden », sur jeuxvideo.com, (consulté le 20 septembre 2017)
  9. (en) Derek Miller, « Fire Emblem Gaiden », sur A history of Fire Emblem, (consulté le 20 septembre 2017)
  10. a, b et c (en) David Craddock, « How Fire Emblem became the black sheep of the series », sur Shack News, (consulté le 28 septembre 2017)
  11. (en) « Fire Emblem – Developer Interviews with Shouzou Kaga and Hironobu Sakaguchi », sur shmuplations (consulté le 20 septembre 2017)
  12. a et b (en) « The Definitive Chronicle behind Fire Emblem Gaiden (1992) » [« Histoire complète de Fire Emblem Gaiden (1992) »], sur Chronicles, (consulté le 20 septembre 2017)
  13. (en) « RocketBaby's Interview w/ Yuka Tsujiyoko » [« L'interview de Yuka Tsujiyoko par RocketBaby »], sur RocketBaby, (consulté le 11 décembre 2017)
  14. (ja) « 「ファイアーエムブレム」のこれまでとこれから。ファミコン時代の開発秘話から最新作「ファイアーエムブレムif」までを制作陣に聞く », sur 4gamer,‎ (consulté le 20 septembre 217)
  15. (ja) « インテリジェントシステムズ - ファイアーエムブレム外伝 », sur Nintendo,‎ (consulté le 20 septembre 2017)
  16. (ja) « 日本ユニ著作権センター/判例全文・2002/11/14d » [« Déclaration de cas complète "Incident Fire Emblem", Compte rendu du tribunal de Tokyo dans l'affaire des copyrights. »],‎ (consulté le 20 septembre 2017)
  17. « Fire Emblem Kakusei : nouveaux personnages », sur Nintendo Difference, (consulté le 20 février 2018)
  18. Nintendo et Systems 2015, p. 113
  19. « Fire Emblem Echoes Shadows of Valentia fête sa sortie en fanfare », sur jeuxvideo.com, (consulté le 20 septembre 2017)
  20. Nintendo et Systems 2017, p. 32-33
  21. Alexandre Mistral, « Fire Emblem Heroes : Portail Shadow of Valentia, MAJ Avril et Sceaux sacrés », sur Actu Gaming, (consulté le 20 septembre 2017)
  22. « Fire Emblem Heroes : Celica, Boey, Mae et Genny de Shadows of Valentia arrivent le 15 mai avec un nouveau chapitre », sur Nintendo Difference, (consulté le 20 septembre 2017)
  23. « Celica rejoint Fire Emblem Warriors », sur Gamekult, (consulté le 29 septembre 2017)
  24. (en) « Fire Emblem: Gaiden », sur Mangarock (consulté le 11 décembre 2017)
  25. « Cartes et traductions, Série 9 : Echoes », sur Fire Emblem Cipher FR (consulté le 20 février 2018)
  26. « Cartes et traductions, Série 11 : Echoes », sur Fire Emblem Cipher FR (consulté le 20 février 2018)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (ja) Nintendo et Intelligent Systems (ill. Daisuke Izuka, Katsuyashi Koya, Sachiko Wada,Senri Kita, Yusuke Kozaki), The Making of Fire Emblem 25th Anniversary Development Secrets, Awakening and Fates [« メイキング オブ ファイアーエムブレム 開発秘話で綴る25周年、覚醒そしてif単行本 »],‎ , 351 p. (ISBN 978-4198640569). 
  • (ja) Nintendo et Intelligent Systems, Fire Emblem Heroes Summoner’s Guide [« ファイアーエムブレム ヒーローズ 召喚師の手引き 単行本 »], Kyoto, Tokuma Shoten,‎ , 320 p. (ISBN 9784198644147). 

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]