Fire Emblem Fates

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».

Fire Emblem
Fates
Fire Emblem Fates est inscrit en lettres noires sur une ligne, les deux F étant plus grands.
Logo du jeu.

Éditeur Nintendo
Développeur Intelligent Systems
Nintendo SPD
Concepteur Masahiro Higuchi, Hitoshi Yamagami (producteurs)
Kouhei Maeda, Genki Yokota (réalisateurs)
Shin Kibayashi (scénariste)[1]
Yūsuke Kozaki, Toshiyuki Kusakihara (artiste)
Musique Takeru Kanazaki, Hiroki Morishita, Rei Kondoh, Masato Kouda, Yasuhisa Baba (compositeurs)

Date de sortie Héritage / Conquête
  • Japon 25 juin 2015
  • États-Unis Canada 19 février 2016
  • Europe 20 mai 2016
  • Australie 21 mai 2016

Révélation
  • Japon 9 juillet 2015
  • États-Unis Canada 10 mars 2016
  • Europe 9 juin 2016
  • Australie 21 mai 2016
Franchise Fire Emblem
Genre Jeu de rôle tactique
Mode de jeu Un joueur, multijoueur
Plate-forme Nintendo 3DS
Média Cartouche
Nintendo eShop
Langue Anglais, allemand, espagnol, français, italien, japonais
Contrôle Stick analogique
Boutons
Écran tactile

Évaluation CERO : B ?
ESRB : T ?
PEGI : 12 ?

Site web Fire Emblem Fates pour Nintendo 3DS

Fire Emblem Fates est un jeu vidéo de rôle tactique développé par Intelligent Systems et Nintendo SPD et édité par Nintendo sur Nintendo 3DS. C'est le quatorzième titre principal de la série Fire Emblem. Il est sorti le 25 juin 2015 au Japon, le 19 février 2016 en Amérique du Nord et le en Europe et en Australie. C'est le second jeu de la série Fire Emblem à sortir sur Nintendo 3DS, après Fire Emblem: Awakening. Le jeu est commercialisé en deux versions différentes, Héritage et Conquête, proposant deux scénarios opposés. Un troisième scénario, Révélations, est également proposé en téléchargement. Afin de profiter de toute l'expérience de jeu, jouer aux trois scénarios est nécessaire.

Le jeu suit le personnage principal entièrement personnalisable appelé Corrin (カムイ, Kamui?), entraîné malgré lui dans une guerre opposant les royaumes d'Hoshido (lieu de naissance du personnage principal) et de Nohr (lieu où le personnage principal grandit), dans laquelle il doit faire un choix, en soutenant soit Hoshido dans Héritage, soit Nohr dans Conquête. Cependant, dans Révélations, le joueur refuse de prendre parti et rallie les deux royaumes contre le vrai ennemi. Bien que plusieurs mécaniques de jeu soient exclusives à chaque jeu et donc à chaque branches de scénario, le gameplay reste très similaire aux précédents jeux de la franchise Fire Emblem. Héritage propose une trame similaire aux autres opus de la série, tandis que Conquête propose un chemin plus difficile.

Après le succès critique et commercial de Fire Emblem: Awakening, Nintendo lance le développement de Fire Emblem Fates. Les membres de l'équipe de développement d'Awakening reprennent leur poste et Shin Kibayashi est engagé en tant que scénariste afin d'améliorer l'histoire.

Lors de sa sortie, il rencontre des critiques élogieuses. Héritage est considéré comme un excellent point de départ pour les débutants, Conquête est félicité pour le défi qu'il propose au joueur, tandis que Révélations est considéré comme le juste milieu. Depuis la sortie du jeu, plusieurs contenus additionnels téléchargeables (DLC) sont commercialisés.

Trame[modifier | modifier le code]

Univers[modifier | modifier le code]

Carte géographique fictive, comportant quelques couleurs.
Carte du monde de Fire Emblem Fates, représentant les royaumes d'Hoshido (en rouge) et de Nohr (en violet), ainsi que les principautés voisines.

L'aventure de Fire Emblem Fates[Note 1] se déroule dans un univers fantastique et médiéval dans lequel se situent trois royaumes, dont deux d'entre-eux sont en conflit, Nohr et Hoshido.

Le royaume d'Hoshido, dirigé par la reine Mikoto et dont l'héritier est le prince Ryoma, est situé à l'est de l'Abîme Éternel, canyon sans fond séparant les deux royaumes[a 1]. Ses habitants vénèrent le Dragon de l'Aube et ses dirigeants possèdent son sang et une partie de ses pouvoirs. Terre de paix et de justice, l'architecture et la culture d'Hoshido ressemblent fortement à celles du Japon médiéval (les développeurs se sont en grande partie inspiré des époques Asuka et Nara du Japon)[a 2]. Le royaume voisin de Nohr convoite les ressources abondantes du royaume d'Hoshido. Dans Héritage[Note 2], le joueur rejoint ce camp[a 3].

Le royaume de Nohr, dirigé par le roi Garon et dont l'héritier est le prince Xander[2], est lui situé à l'ouest de l'Abîme Éternel. Ses habitants vénèrent le Dragon de l'Ombre, dont descendent les monarques en place[a 4]. Royaume belliqueux qui recherche la gloire dans le combat, il est grandement inspiré des royaumes médiévaux européens, dans l'architecture et la culture (des personnages s'appelant Leo[3], Charlotte[4] ou Elise[5] dans la version originale du jeu), mais également de l'Empire romain. Les conditions de vie sont très difficiles en Nohr, à cause du mauvais temps, rendant les récoltes difficiles, qui conduisent régulièrement à des famines. C'est une des raisons qui fait que Nohr cherche l'expansion en Hoshido. Dans Conquête[Note 3], le joueur rejoint le royaume de Nohr[a 3].

Le royaume de Valla est le troisième royaume de ce continent, invisible, caché au fond de l'Abîme Éternel. Fondé par le dragon Anankos, seuls les rois et reines des royaumes voisins connaissent son existence. Afin de conserver le secret de son royaume, Anankos met en place une malédiction qui provoque la réduction à l'état de poussière toute personne tentant d'en révéler l'existence. Le royaume de Valla est d'une architecture et d'une géométrie déconcertante, ciel et terre flottants sans cohérence à travers Valla. Le joueur apprend dans Révélations[Note 4] que le royaume de Valla est en réalité responsable de la guerre que se livrent les royaumes d'Hoshido et de Nohr[a 3].

Personnages[modifier | modifier le code]

Le personnage principal (dont la voix anglaise peut être assurée par Cam Clarke, Yuri Lowenthal si c'est un homme, ou Stephanie Lemelin, Marcelle Lentz-Pope ou Danielle Judovits si c'est une femme)[6], est membre de la famille royale d'Hoshido. Il est enlevé par Nohr à son plus jeune âge, et n'a plus de souvenirs de sa famille d'origine, persuadé alors d'être un membre de la famille royale nohrienne[7]. Il vit isolé dans une forteresse située au nord de Nohr, d'où il ne peut sortir. Seule sa famille est autorisée à lui rendre visite, et il est entouré de Gunter (D.C. Douglas[6]), son maître d'armes[8], ainsi que de Jakob (Benjamin Diskin[6]), Felicia (Julianne Alexander[6]) et Flora (Julie Ann Taylor[6]), ses domestiques[9] et amis[10]. Il rencontre plus tard Kaze, ninja hoshidien (David Sambra[6]) et Silas, son meilleur ami d'enfance, devenu cavalier de Nohr (Antony Del Rio[6])[a 5].

Quant à elle, Azura (Rena Strober[6]) est une princesse nohrienne, enlevée par Hoshido lors d'une tentative pour récupérer Corrin. Néanmoins, elle n'est pas traitée comme une otage, et est acceptée comme faisant partie de la famille royale hoshidienne[11]. Tirant son pouvoir de l'eau, elle met ses talents de chanteuse au service de Corrin, peu importe le chemin qu'il emprunte[10].

La famille royale d'Hoshido est constituée de Ryoma (Matthew Mercer[6]), dauphin hoshidien, Hinoka (Elizabeth Daily[6]), Takumi (Roger Rose[6]), et la benjamine, Sakura (Brianna Knickerbocker[6])[10]. Ryoma est porteur de l'arme divine d'Hoshido, le katana Rajiinto, tandis que Takumi est lui porteur du légendaire Fujin Yumi[a 5].

La famille royale nohrienne est, elle, constituée de Xander (David Stanbra[6]), prince héritier du royaume de Nohr, Camilla (Paula Tiso[6]), Leo (Max Mittelmann[6]), et Elise (Natalie Lander[6])[10]. L'épée Siegfried et le tome Brynhildr, les armes divines nohriennes sont portées respectivement par Xander et Leo[a 3].

Parmi les personnages principaux figurent Mikoto, reine d'Hoshido (Marisha Ray[6]) le roi Garon de Nohr (Travis Willingham[6]), ainsi qu'Anankos, roi Dragon de Valla et père de Corrin[10].

À l'instar du jeu précédent Fire Emblem: Awakening, une fois que les unités ont suffisamment combattus côte à côte et que leurs relations se sont améliorées, un mariage peut avoir lieu et ainsi donner naissance à des enfants[12].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Histoire commune[modifier | modifier le code]

Les six premiers chapitres de Fire Emblem Fates sont communs aux trois versions Héritage, Conquête et Révélations[13].

Le jeu débute sur un rêve de Corrin, dans lequel il doit d'affronter ses deux familles. Il se réveille dans sa forteresse, en Nohr, sans comprendre la signification de ce rêve, n'étant pas encore au courant de l'existence de sa famille hoshidienne. Il part ensuite s'entraîner avec Xander, son frère aîné, afin de se préparer à sa première mission, que son père, le roi Garon, lui confie bientôt. Une fois arrivé à Krakenburg, le château de la famille royale nohrienne, où le roi Garon lui demande d'exécuter des espions hoshidiens capturés près du château. Corrin refuse alors de faire preuve de cruauté, l'ennemi étant déjà vaincu. Ce choix provoque l'irritation de son père, mais ses frères et sœurs le couvrent, et mettent en scène l'exécution, tout en les laissant partir. Garon confie alors sa première mission à Corrin, inspecter une forteresse hoshidienne située à la bordure de l'Abîme Éternel. La mission est sabotée par un soldat du roi Garon, et Gunter, le protecteur de Corrin, est précipité dans l'Abîme. Capturé par des soldats hoshidiens qui reconnaissent en lui un membre de la famille royale, il est amené à la capitale hoshidienne où il apprend son passé et rencontre sa vraie famille[14]. Néanmoins, des soldats d'origine inconnue attaquent la capitale, et la reine Mikoto se sacrifie pour sauver son enfant. De rage, Corrin se transforme en dragon. Découvrant ainsi l'ampleur de ses pouvoirs, l'épée Yato, une épée divine qui choisit son porteur et dont ce dernier est censé sauver le monde, le désigne comme son porteur[15]. Dans la première bataille opposant les royaumes de Nohr et Hoshido, Corrin est forcé de choisir un camp : Hoshido dans Héritage, Nohr dans Conquête, sa famille adoptive ou biologique respectivement. Ce choix l'aliène au camp opposé, alors que les deux familles sont petit-à-petit obligées de se battre. Corrin peut néanmoins décider de ne choisir aucun camp et de suivre sa propre voie, dans Révélations, et ainsi de trouver la vraie cause derrière cette guerre, ralliant finalement les deux parties[16].

Héritage[modifier | modifier le code]

Symbole rouge constitué d'un rond et d'une étoile à quatre branches superposés.
Blason du royaume d'Hoshido, royaume que rejoint Corrin dans Héritage.

Dans Héritage, Corrin prend position pour Hoshido, et défend son royaume de l'invasion nohrienne[a 1]. La première partie de l'aventure a pour but de reprendre des positions perdues par l'armée hoshidienne ou de défendre des positions sous assaut nohrien, avant de prendre d'assaut le royaume de Nohr pour terrasser Garon et mettre un terme aux assauts nohriens. Après des confrontations avec Camilla et Léo, dont Corrin sort vainqueur, sans pour autant tuer ses anciens frères et sœurs, Elise permet à Corrin et son armée de s'infiltrer dans la capitale nohrienne[a 2]. Tentant de s'interposer entre Xander et Corin pour les empêcher de se battre, Elise est tuée par mégarde par Xander. Rongé par le désespoir, celui-ci force alors Corrin à l'achever. L'armée hoshidienne affronte alors Garon. Pendant qu'Azura utilise ses pouvoirs afin d'affaiblir Garon, Corrin terrasse finalement Garon avec Yato, son épée, infusée des pouvoirs des armes divines hoshidiennes Raijinto et Fujin Yumi. Malheureusement, Azura meurt d'épuisement après avoir utilisé ses pouvoirs à l'excès. Dans l'épilogue Ryoma est couronné Roi d'Hoshido, et Leo Roi de Nohr, et la paix régne entre les deux royaumes[a 3].

Conquête[modifier | modifier le code]

Sorte d'étoile de couleur mauve à huit branches, dont certaines sont recourbées.
Blason du royaume de Nohr, royaume que rejoint Corrin dans Conquête.

Dans Conquête, Corrin ne peut se résoudre à trahir sa famille d'origine, et se décide à combattre Hoshido, mais également à changer Nohr de l'intérieur, de lutter contre les pratiques violentes et cruelles de son père[a 4]. Dans la première partie, Corrin constitue son armée tout en effectuant des répressions sur les révoltes internes à Nohr, mais sans bain de sang, résolu à changer les méthodes nohriennes. Quand Azura lui apprend que le roi Garon est mort depuis longtemps, et qu'un imposteur a usurpé son corps, Corrin est alors décidé d'amener Garon, sur le trône hoshidien, qui annulerait alors le déguisement du faux Garon[a 3]. Lors de l'invasion d'Hoshido, l'armée nohrienne de Corrin capture les princesses Sakura et Hinoka, tandis que Takumi, dont le comportement est devenu de plus en plus erratique et violent durant la guerre, meurt apparemment en sautant d'une muraille. Garon ordonne alors à Corrin, qui a jusque-là réussi à éviter tout bain de sang, de tuer Ryoma, le prince hoshdien. Une fois vaincu, Corrin refuse de tuer son frère, l'estimant battu et incapable de leur causer plus de soucis. Enragé, Garon menace alors de tuer Corrin s'il s'obstine dans son refus. Ryoma se reconnait vaincu et met fin à sa vie, exécutant ainsi le code du samouraï, et sauve ainsi son jeune frère[a 3]. Le faux Garon s'assoie alors sur le trône, et révèle ainsi sa nature et sa cruauté au grand jour. Corrin le terrasse avec Yato, infusée des pouvoirs des armes divines nohriennes Siegfried et Brynhildr. Takumi, enragé, apparait et attaque les nohriens. Il s'avère que Takumi est mort depuis longtemps, et qu'il est également possédé, à l'instar de Garon. Tandis qu'Azura utilise son pouvoir pour affaiblir Takumi, Corrin détruit alors le corps de ce dernier afin de libérer son âme. Dans l'épilogue, Hinoka est couronnée Reine d'Hoshido tandis que Xander est couronné Roi de Nohr et qu'Azura disparaît mystérieusement. Une alliance pacifique s'instaure alors entre les deux royaumes[a 3].

Révélations[modifier | modifier le code]

Symbole vert représentant une sorte de rond dans lequel figure une étoile verte.
Blason du royaume de Valla, royaume de naissance de Corrin et principal investigateur du conflit.

Dans Révélations, Corrin rejette à la fois Nohr et Hoshido, ne pouvant choisir entre sa famille de sang et sa famille adoptive. Il est alors rejeté par les deux royaumes, qui le déclarent traître à leur patrie[a 3]. Corrin fuit donc le champ de bataille via l'Abîme Éternel, et arrive ainsi au royaume de Valla, où il retrouve Gunter, qui a ainsi survécu à sa chute. Azura leur révèle alors qu'Anankos, le dragon roi de Valla, a pour plan de détruire les royaumes de Nohr et d'Hoshido, et qu'il a d'ores et déjà tué et remplacé le roi Garon afin de détruire les deux royaumes. Azura leur révèle également qu'Anankos a lancé une malédiction sur le royaume de Valla, qui réduit instantanément en poussière toute personne parlant du royaume de Valla hors dudit royaume, empêchant ainsi de révéler le secret de son existence[a 3]. Corrin et Azura décident alors de tuer Anankos, pour ainsi restaurer la paix, mais savent que cela ne se fera pas sans l'unification de leurs familles respectives. Cette alliance doit se faire avant qu'un événement ne condamne le passage au royaume de Valla. Petit-à-petit, Corrin voyage à travers les royaumes de Nohr et d'Hoshido, gagnant peu à peu la confiance de ses frères et sœurs adoptifs et réels. Il apprend également que son épée, Yato, si infusée du pouvoir des armes divines nohriennes et hoshidiennes, a le pouvoir de vaincre Anankos, devenant « l'emblème de feu ». Le groupe arrive ainsi en Valla, et doit alors affronter de nombreux ennemis, comme le défunt roi hoshidien Sumeragi, père de Ryoma, Hinoka, Takumi et Sakura, mais également Arete, défunte mère d'Azura, et Mikoto, reine hoshidienne morte dans un attentat plus tôt. Une fois vaincue, elle apprend à Corrin qu'elle-même est originaire de Valla, mais qu'elle a fui ce royaume avec sa sœur Arete et leurs enfants respectifs afin d'échapper à la folie d'Anankos, l'une en Nohr, l'autre en Hoshido. Corrin comprend alors qu'il est le seul enfant de Mikoto, le cousin d'Azura, et n'est finalement lié ni à Nohr ni à Hoshido, mais est en fait l'héritier légitime du trône de Valla. En effet, avant de sombrer dans la folie, et de succomber à sa forme draconique, Anankos était le mari de Mikoto. Une fois atteint par la folie, c'est lui qui organise les assassinats de Mikoto et Arete, sous la forme de spectres, afin de les faire revenir en Valla. Plus déterminé que jamais à vaincre Anankos, le groupe de Corrin est alors trahi par Gunter, possédé par Anankos depuis sa chute dans l'Abîme Éternel[a 3]. Après l'avoir libéré de son emprise, ils affrontent Anankos, mais sont en premier lieu dépassés par la situation. Néanmoins, après avoir infusé Yato du pouvoir des armes divines de Leo, Takumi, Xander et Ryoma, Corrin parvient à blesser sévèrement Anankos. Ce dernier rappelle alors à lui Garon, et l'absorbe afin d'atteindre son potentiel maximum, mais ne peut rien faire face à l'« Emblème du feu ». Le royaume de Valla, libéré, retourne ainsi à la surface, avec Corrin à sa tête, et une paix éternelle s'instaure entre les trois royaumes[a 3].

Contenu additionnel[modifier | modifier le code]

Les contenus additionnels payant (DLC) de Fire Emblem Fates peuvent être divisés en deux parties, et sont sortis en deux vagues, indépendantes de leur type.

La première classe de DLC propose l'accès rapide à des ressources, de l'argent ou de l'expérience, comme « Musée Musclé »[17] ou « De l'or à la pelle »[17], permettant respectivement l'accès à des armes rares et de l'or. Des objets exclusifs peuvent également être la récompense, comme dans « Chair à canon »[17], ou même un personnage inédit, comme dans « A la poursuite d'Anna »[17],[18].

Personne déguisée portant une perruque blonde et agissant de manière théâtrale.
Cosplay d'Owain / Odin, personnage présent dans Fire Emblem: Awakening et Fire Emblem Fates.

La deuxième classe de DLC développent de manière générale le scénario, en apportant des compléments à l'histoire, voire en raconter de nouvelles. « Détour Ylissien » transporte le joueur en Ylisse, lieu où se déroule l'intrigue de Fire Emblem: Awakening, juste avant le début de l'histoire de ce jeu. Il doit aider Chrom, Lissa et Frederick, les héros du jeu précédent, contre des soldats vallites ayant envahi ce monde[18]. Dans « De lourds secrets », le joueur observe comment Iñigo, Severa et Owain, de Fire Emblem: Awakening arrivent dans le monde de Fire Emblem Fates, lorsqu'une mystérieuse silhouette encapuchonnée les supplie de l'aider à protéger son enfant et de sauver le royaume de Valla. Ils reçoivent ainsi de nouveaux pouvoirs et de nouveaux noms, Laslow[19], Odin[20] et Selena[21], et deviennent des vassaux de la famille royale nohrienne. Tous ces DLC sortent progressivement entre le pour le premier (« Détour Ylissien ») et le pour le dernier (« Un triste sort »)[18].

La deuxième vague de DLC contient uniquement six nouvelles cartes, représentant un scénario à part entière, « Renouveau », centré cette fois ci sur les enfants des protagonistes[22]. Deux versions différentes de Kana, l'enfant du héros[23], ainsi que plusieurs des enfants des protagonistes comme Siegbert, le fils de Xander[24], Shiro, le fils de Ryoma[25], Forrest, le fils de Leo[26], ou Kiragi, le fils de Takumi[27], défendent leurs terres contre des forces obscures. Il est plus tard révélé qu'ils ne sont plus chez eux, mais en Valla, où Anankos les a trompés, en voulant les forcer à s'entretuer. Néanmoins, Shigure, le fils d'Azura[28], réussit grâce à sa chanson à rompre l'illusion. Les deux armées s'allient alors pour affronter Anankos, tandis que Shigure chante pour l'affaiblir. Une fois vaincu, les enfants retournent dans leurs mondes. Les six cartes sortent entre le 21 et le 28 juillet 2016[22].

Il existe une troisième vague de DLC, présentant des cartes relativement simples, où l'armée du héros doit défendre de bandits les festivals qu'il visite. L'un de ces festival a lieu en Nohr, tandis que l'autre se déroule en Hoshido[29],[30]. Néanmoins, ces DLC sont exclusifs aux versions japonaises du jeu et ne sont pas traduites, que ce soit en français ou en anglais[29].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Dessin constitué de quatre feuilles de couleur noire, représentant une sorte de fleur.
Emblème de l'armée de Mokushu, clan de ninjas situé entre les deux royaumes de Nohr et d'Hoshido, trahissant le groupe du héros dans les trois branches de scénario.

Fire Emblem Fates est un jeu vidéo de rôle tactique dans lequel le joueur doit enchainer des phases de dialogues et des combats au tour par tour afin d'avancer dans l'intrigue[31]. Le joueur ne réalise aucun déplacement de personnages (mis à part durant les combats) et suit une série de scènes cinématiques, ou d'images fixes ou légèrement animées[32], proposant des boites de dialogues décrivant la narration d'un scénario linéaire ne laissant aucun choix au joueur (une fois la branche de scénario choisie)[a 3]. Le joueur est régulièrement confronté à des combats, durant lesquels il contrôle des personnages sur une carte composée d'une grille, affichée dans une perspective en vue de dessus[33]. Lors de ces combats ou des interactions entre les différents personnages, la vue peut se transformer et passer en vue objective[34].

Fire Emblem Fates permet au joueur de personnaliser les caractéristiques de son avatar, notamment son genre, son physique, son nom, ses atouts et ses défauts[35]. Le jeu propose trois niveaux de difficulté (normal, difficile et infernal), tout comme son prédécesseur Fire Emblem: Awakening. Le joueur peut également choisir si ses personnages meurent définitivement, s'ils reviennent à la prochaine bataille, ou s'ils reviennent directement après leur défaite, respectivement avec le mode « Classique » (une unité tombée au combat l'est pour toujours)[36], le mode « Débutant » (une unité tombée au combat revient lors du prochain combat) et le mode « Phénix » (les unités tombées au combat se relèvent instantanément)[37],[38]. Le mode « Phénix » est une nouveauté de Fates[38].

Chaque jeu offre au joueur un gameplay différent. En effet, dans la version Héritage, il est relativement similaire à celui de Fire Emblem: Awakening, dans le sens où le joueur a accès à de l'expérience et de l'or en dehors des cartes du scénarios, lui permettant ainsi de faire progresser ses unités plus facilement[39],[40],[41]. À l'opposé, Conquête ne donne accès qu'à peu de ressources, d'expériences et d'or entre les batailles. Les moyens de réussir les batailles sont également plus complexes, comme défendre un point pendant un certain nombre de tours, ou triompher de l'ennemi dans un nombre de tours limités[39],[40],[42]. Dans Révélations, le joueur dispose des éléments de chaque jeu. S'il a accès à de l'expérience et à de l'or entre les batailles, il doit néanmoins faire face à des modes de jeu plus tactique, comme dans Conquête[40],[43]. Dans Révélations, le joueur a également accès aux deux armées de manière simultanée[44].

Sur la carte navigable du monde, le joueur a également accès au portail du Dragon, pour l'achat de contenu additionnel[45].

Combats[modifier | modifier le code]

Fire Emblem Fates propose un gameplay similaire à celui des autres opus de la saga Fire Emblem, sur un champ de bataille décomposé en différentes cases à travers lesquelles les unités du joueur et les ennemis évoluent. Durant une attaque, la caméra passe d'une vue du dessus à une vue à la troisième personne. La carte du monde est également navigable.

Durant la bataille, de nombreuses variables entrent en compte. L'environnement est souvent différent, les unités ayant plus de mal à se déplacer dans le sable, à travers la neige ou dans les forêts denses (à l'exception des unités volantes types chevaliers pégases ou chevaliers wyvernes). Une des nouveautés de Fire Emblem Fates est également l'apparition de veines dragunaires. Chaque membre des familles royales (Xander, Ryoma, Camilla, Hinoka, Leo, Takumi, Elise, Sakura, Azura, le personnage principal et leurs enfants) peut alors, une fois situé sur la veine, influencer l'environnement du champ de bataille en sa faveur[38],[46]. Si un personnage est encore en vie à l'issue d'un combat, il gagne de l'expérience lui permettant de gagner en niveau, améliorant ainsi ses caractéristiques[47].

Image représentant une épée, une lance et une hache.
Représentation schématique du triangle des armes.

Tout comme les autres opus de la saga Fire Emblem, Fates présente un système de triangle des armes, système conférant à certaines armes un avantage sur d'autres, à la manière du jeu pierre-papier-ciseaux. Néanmoins, celui de Fire Emblem Fates rajoute des armes au triangle, donnant ainsi le résultat suivant : les épées (ou katanas) et la magie sont efficaces contre les arcs (ou yumis) et les haches (ou les massues), eux-mêmes surpassant les lances (ou naginatas) et les dagues (ou shurikens), ces derniers ayant l'avantage face aux épées et à la magie[48]. De plus, là où dans la plupart des jeux Fire Emblem précédents, les armes se brisent après un certain nombre d'utilisation, Fates emprunte à Fire Emblem Gaiden le principe d'armes incassables[38], mais en réduisant en contrepartie certaines caractéristiques du porteur (l'épée héros retirant par exemple 4 points de défense et 4 points de résistance au joueur, mais lui permet d'attaquer deux fois)[48]. Au-delà du triangle des armes, certains types d'unités, comme les unités volantes, sont sensibles aux arcs[38]. Avant chaque combat, le joueur a la possibilité de modifier son inventaire, pour préparer au mieux ses unités, de choisir celles qu'il envoie au combat, mais également l'accès aux dialogues entre personnages (appelés « conversations de soutiens » dans le jeu) entre les unités.

Les personnages sont divisés en classes particulières, qui donnent pour chacune d'entre-elles accès à certaines armes et différentes capacités de mouvements. La classe de départ du personnage principal est Prince ou Princesse de Nohr, celle de Xander est Paladin et celle de Ryoma Samuraï, par exemple[49]. Les classes des personnages sont différentes selon la version du jeu[50].

En utilisant des sceaux spéciaux, l'unité peut ainsi améliorer, voire totalement changer sa classe, si elle possède un niveau suffisant[51]. Les liens entre les personnages se développent soit en dehors des combats, dans la fonctionnalité « Mon Château », soit sur le champ de bataille. Combattre avec une unité confère un avantage, l'allié pouvant ainsi, en plus d'offrir un bonus de caractéristiques, protéger l'unité de coups adverses, ou bien attaquer à son tour. En dehors des combats, les relations entre les personnages peuvent évoluer jusqu'au point du mariage et de la naissance d'enfants[52]. Chaque enfant voit son apparence et ses caractéristiques conditionnées par leurs parents, et peut également avoir accès à différentes classes selon les parents en question[51].

Fire Emblem Fates propose également un système de jeu multijoueur en ligne. À travers six cartes différentes, le joueur peut affronter des joueurs sélectionnés, choisis au hasard ou localement. Dans ces batailles, chaque tour est limité à cinq minutes par défaut[53].

Autres fonctionnalités[modifier | modifier le code]

Photographie de deux personnes costumées, portant des perruques bleues. L'une porte un masque et les deux portent des épées.
Cosplay de deux personnages invocables via des amiibos, Lucina de Fire Emblem Awakening et Marth de Fire Emblem: Shadow Dragon.

La caserne de Fire Emblem: Awakening est remplacée par une nouvelle fonctionnalité appelée « Mon Château », une zone de repos où le joueur se rend entre les différents chapitres du jeu. Représenté comme un village miniature, il est possible pour le joueur de la personnaliser intégralement[54]. Dans cette base, l'avatar du joueur peut parler aux autres personnages afin de renforcer leurs liens, acheter, vendre, forger de nouvelles armes, récolter des aliments qui lui servent à cuisiner des plats améliorants ses caractéristiques ou des minéraux renforçant ses armes... Les bâtiments peuvent être améliorés entre chaque mission, afin d'obtenir plus de ressources ou d'armes[55],[56],[57]...

Elle est présente dans les trois versions du jeu et permet d'interagir avec StreetPass en y faisant apparaître un autre joueur et son armée. Il est alors possible de lancer les pourparlers avec ce groupe, de voir les caractéristiques des unités, d'affronter le chef, conduisant ainsi à son recrutement, lui acheter des armes ou le congédier[57].

C'est également dans son château que le joueur peut invoquer d'autres personnages de la licence Fire Emblem grâce aux amiibos[58]. Daraen et Lucina, de Fire Emblem: Awakening[59], Marth, de Fire Emblem Shadow Dragon et Ike, de Fire Emblem: Radiant Dawn peuvent ainsi faire leurs apparitions[60]. Ils donnent ainsi au joueur des accessoires en lien avec leur histoire (Lucina nous donne son masque de Fire Emblem: Awakening par exemple)[61].

Le personnage principal possède également une chambre, dans laquelle il peut se reposer et appeler des alliés afin de fortifier leur amitié[a 2]. Si le joueur est marié, sa moitié sera également présente dans sa chambre[62]. La version japonaise du jeu propose, grâce à l'écran tactile, de tapoter et de caresser les personnages qu'invite le joueur, possibilité limitée dans les versions européennes et américaines[63], la restreignant aux couples mariés (réveil du conjoint...)[64].

Les fonctionnalités « extra » (visions de Baba, bandes sonores, relecture des conversations de dialogues entre les personnages, galerie des personnages, etc.) de Fire Emblem: Awakening, que l'on obtient après avoir fini le jeu, sont également incluses[57]. Le jeu met à disposition trois fichiers de sauvegarde par branche de scénario, soit un total de neuf si le joueur est en possession des trois différentes versions du jeu[38].

Développement[modifier | modifier le code]

Équipe et nouveautés apportées au concept[modifier | modifier le code]

Homme japonais d'une trentaine d'années assis à un stand.
Yūsuke Kozaki, designer des personnages, en 2011.

Les jeux de la série Fire Emblem présentant des ventes de plus en plus décevantes, Fire Emblem: Awakening, le jeu précédant Fates, fut développé en pour être le dernier opus de la série Fire Emblem[13]. Néanmoins, ce dernier étant devenu un succès commercial et critique, Nintendo donne rapidement son feu vert pour la création d'un nouveau jeu dans la série[65], produit par le développeur habituel de la saga, Intelligent Systems, et Nintendo SPD. L'équipe de Fire Emblem Awakening est reconduite : Kouhei Maeda d'Intelligent Systems et Genki Yokata de Nintendo SPD en tant que directeurs, Hitoshi Yamagami de Nintendo en tant que producteur, et Yusuke Kozaki en tant que character designer[66]. Selon l'équipe, la volonté de Nintendo de créer une suite est une surprise, puisqu'Awakening est conçu pour être le dernier épisode de la série[67]. Durant le processus de développement, le projet porte le nom de Fire Emblem 3DS II[a 2], ou FE 14, pour « Fire Emblem 14 »[Note 5]. Les scènes d'animation du jeu sont confiées au studio Anima, tandis que le storyboarding est confié à Spooky Graphic[68]. Pour mettre en avant les spécificités des trois versions du jeu, une équipe principale travaille sur les aspects communs, tandis que des équipes supplémentaires s'occupent des spécificités de chacune d'entre-elles[69].

Le gameplay de Fire Emblem: Awakening est repris mais revisité et amélioré. L'option « Mon Château » est rajoutée à l'initiative de Kouhei Maeda afin d'offrir un autre moyen aux joueurs de découvrir et d'apprendre à connaître les personnages. Plusieurs autres de ses idées prévues pour des jeux précédents, comme les veines dragunaires ou la transmission des capacités aux personnages de la seconde génération, sont ainsi implémentées dans cette version. Très peu de cartes étant communes aux trois versions du jeu, le design prend beaucoup plus de temps que prévu. Le mode Phénix est ajouté au jeu pour introduire plus de joueurs à la série, aspect négligé dans Awakening[70]. En effet, selon les développeurs, bien que cette mécanique de jeu puisse paraître à l'encontre des jeux Fire Emblem, elle permet à des joueurs intéressés mais rebutés par la difficulté de découvrir cette franchise[71].

Pour la première fois dans un jeu de la série Fire Emblem, un mariage entre personnes du même sexe est possible[72]. En effet, le personnage principal peut de se marier à une personne du même sexe que lui[73] : Niles dans Conquête et Révélations, si le personnage principal est un homme[74], et Rhajat dans Héritage et Révélations, si le personnage principal est une femme. Il est néanmoins possible pour ces personnages d'épouser également des personnages de sexe opposés[75]. Selon Nintendo, cette décision est prise dans le but de mieux représenter la diversité des joueurs de la série Fire Emblem et plus généralement des relations humaines[76]. Elle est provoquée par les critiques faites pour ne pas avoir inclus cet aspect dans un de leurs jeux précédents, Tomodachi Life[77],[78].

Conception des lieux et des personnages[modifier | modifier le code]

Estampe d'un samouraï japonais, en armure de combat, surmonté de symboles japonais.
Portrait de Takeda Shingen, inspiration du prince Ryoma d'Hoshido.
Pagode à cinq étages et temple japonais féodal.
Architecture de l'époque Asuka (ici le temple bouddhiste Hōryū-ji), qui a servi d'inspiration pour la conception du royaume d'Hoshido.

Les deux royaumes de Nohr et Hoshido sont fondés sur des cultures différentes. Tandis que Hoshido est inspiré par le Japon féodal, Nohr ressemble davantage aux anciens opus de la saga Fire Emblem, en utilisant un thème médiéval européen[70]. Les deux royaumes contrastent par beaucoup de points, notamment l'architecture. Tandis que celle d'Hoshido repose majoritairement sur des espaces lumineux et aérés[a 2], le design de Nohr est plus sombre, et à base de bâtiments en pierre, s'inspirant même d'éléments de l'Antiquité romaine, comme de la Bocca della Verità pour les golems nohriens[a 2]. Les personnages de chacun des deux royaumes sont également très diversifiés, tous conçus par Yosuke Kozaki[70]. Les personnages hoshidiens sont inspirent pour la plupart de personnes réels japonais. Un des exemples les plus probants est le cas de Ryoma, dont les habits sont fortement inspirés par un samouraï, Takeda Shingen[a 2], tout en incorporant des motifs de lions à l'armure. Kozaki utilise notamment des couleurs claires, afin de mettre en valeur l'aspect lumineux du pays[a 2]. Pour Nohr, un thème de type dark fantasy est envisagé, presque vampirique, afin de représenter un pays où le soleil ne se lève jamais. Les couleurs principales utilisées par Kozaki sont le noir et le pourpre, dans le but de donner au royaume de Nohr une image froide, mais unifiée[a 2]. De même, les enfants princiers du royaume de Nohr présentent des traits communs, pour représenter leurs liens familiaux. Le premier personnage conçu par Kozaki est Corrin, le protagoniste. Du fait de sa personnalisation, il se concentre plutôt sur les vêtements du héros, inspiré autant par Nohr que par Hoshido (afin de garder le joueur neutre jusqu'à sa décision), que sur le visage. Les deux versions personnage principal sont représentées pieds nus, afin de lier les personnages à leur caractère draconique[a 2]. La jaquette du jeu, représentant les deux familles côte à côte, est décrit par Kozaki comme d'une grande difficulté à dessiner, à cause des character design contradictoires des personnages. Azura n'est pas incluse sur les boîtes des deux jeux, mais est bien plus présente dans les dessins de Révélations, car elle est bien plus présente dans ce jeu[a 2].

Scénario[modifier | modifier le code]

Bouche d'égout aux traits humains, en marbre datant de l'Antiquité.
La Bocca della Verità à Rome, dont les golems nohriens sont fortement inspirés.
Château médiéval de nuit, éclairé par de faibles lumières.
Château médiéval vu de nuit, ici à Örebro, qui servit d'inspiration à la conception du royaume de Nohr.

Lors du développement initial de Fire Emblem Fates, l'équipe de développeurs se concerte pour faire un état des lieux des critiques faites à Fire Emblem: Awakening, le précédent opus. Il s'avère que si le scénario est bien reçu par les nouveaux fans de la série, les plus anciens le juge trop simple. La décision est alors prise de créer une histoire qui plaît autant aux fans les plus récents qu'aux habitués de la série. Le concept d'histoire changeant selon les choix du joueur est inspiré par les souvenirs de Yamagami, qui trouve que chaque fois qu'il rejoue aux jeux Fire Emblem originaux, il trouve que chaque partie est différente selon les protagonistes qu'il choisit. Poussant ce concept à l'extrême, des histoires multiples sont imaginées. Originellement, il n'est possible que de choisir entre un des deux royaumes, mais Yamagami souhaite pouvoir choisir une troisième voie neutre, donnant ainsi lieu à la création d'une troisième voie. Il est ensuite décidé de séparer les deux jeux, plutôt que de vendre une version complète trop chère, qui peut léser certains joueurs ne désirant jouer qu'à une seule version, mais qui offre la possibilité de rajouter les autres branches de scénario facilement via des DLC moins chers[a 2]. Le joueur achète ainsi le jeu, joue à une version « neutre » jusqu'au chapitre 5, avant d'effectuer un choix et de s'arrêter sur une version, les autres jeux étant disponibles plus tard via DLC. Chaque voie empruntée possède approximativement autant de gameplay et de profondeur dans le scénario que Fire Emblem: Awakening[39].

Le terme anglais Fates, est censé mettre en exergue les différents destins (fates, en anglais) des personnages selon les choix du joueur, qui, dans ce jeu, ont plus d'importance que dans les autres Fire Emblem[79].

Une fois l'idée des trois scénarios séparés définitive, l'équipe se rend rapidement compte qu'il est presque impossible de créer trois distincts. Après avoir recherché des scénaristes de jeux vidéo, le champ de recherche est étendu, afin de créer des histoires les plus réalistes, et proches de ce que l'on trouve dans des séries télévisées ou des mangas. Ainsi, c'est Shin Kibayashi qui est choisi[80]. Approché par Kozaki, il refuse dans un premier temps[80], avant d'être convaincu par sa fille, cette dernière ayant apprécié jouer à Fire Emblem: Awakening[81]. Après avoir écrit un résumé de chaque histoire en une dizaine de pages, il s'éprend des personnages créés, et complète ses pages jusqu'à écrire un résumé de 500 pages pour chacune des histoires, emporté par sa volonté de créer un récit de qualité et de ne pas décevoir sa fille, créant ainsi assez de contenu pour remplir l'équivalent de deux livres[40]. Si les scénarios d'Héritage et Conquête sont écrits en kanji, celui de Révélations l'est en katakana afin de le distinguer des deux autres[81]. La majorité des traits de caractères des personnages des familles royales nohriennes et hoshidienne sont créés par Kibayashi[69]. D'autres scénaristes de l'équipe originale se chargent de peaufiner les détails[40], ou d'autres, comme Yukinori Kitajima se chargent des scripts des dialogues entre les personnages. Nami Kumoro, ayant déjà travaillé sur Fire Emblem: Awakening, est également l'une des principales scénaristes de Conquête et Héritage[a 2].

Musique[modifier | modifier le code]

Fire Emblem Fates Original Soundtrack

Bande originale de Rei Kondoh, Hiroki Morishita, Takeru Kanzaki, Yasuhisa Baba, Masato Kouda
Sortie
Enregistré 2014
Durée Plus de 14 heures[82]
Genre Musique de jeu vidéo
Format CD, téléchargement digital
Producteur Tablier Communications
Label Symphony no 5

La musique de Fire Emblem Fates est composée par de nombreux artistes. Hiroki Morishita, d'Inteliigent Systems et Rei Kondoh, de T's Music font leur retour, après avoir travaillé sur Fire Emblem: Awakening, tandis que Takeru Kanazaki, connu pour son travail sur la série WarioWare, Yasuhisa Baba d'Intelligent Systems et Masato Kouda, connu lui pour son travail sur la série Monster Hunter, font leur entrée. Yuka Tsujiyoko, la compositrice originale des jeux Fire Emblem, officie ici en tant que superviseur sonore[83]. Kanazaki et Morishita écrivent la majorité des musiques du jeu, tandis que les arrangements sont principalement effectués par Kondoh.

Le thème principal de Fire Emblem Fates, Lost in Thoughts all alone[Note 6] interprété par Azura dans le jeu[84], est composé par Morishita, tandis que Maeda se charge des paroles. C'est la chanteuse japonaise Reka qui l'interprète dans la version originale[83]. Quand les développeurs auditionnent Reka, à la recherche d'une chanteuse capable de retranscrire toute leur vision du personnage, ils sont instantanément conquis, plusieurs d'entre eux ayant pleurés à la fin de sa performance[85]. Cette chanson est reprise plusieurs fois, sous différentes variations, à travers le jeu. Dans la version anglaise, c'est Rena Strober qui assure la voix chantée et la voix parlée d'Azura[86].

Un album officiel, Fire Emblem Fates Official Soundtrack est sort le 27 avril 2016, sous le label Symphony n°5 de Tablier Communications, qui produit et distribue ce CD. Cet album contient sept disques de musiques des trois versions de Fire Emblem Fates, ainsi qu'un petit livret contenant les commentaires des compositeurs[87]. Un DVD spécial est également inclus, contenant des remix de chansons des jeux Fire Emblem, ainsi que des versions haute définition des cinématiques des jeux[87]. Contenant ainsi huit disques au total, Fire Emblem Fates Official Soundtrack fait partie des bandes originales les plus volumineuses et est la bande originale de jeu vidéo la plus grande pour un seul jeu à ce jour[88], avec plus de quatorze heures d'enregistrements[87]. Bien qu'appartenant à cette compilation, Lost in Thoughts all Alone bénéficie également d'une sortie en single le .

Accueil[modifier | modifier le code]

Sortie[modifier | modifier le code]

Le jeu est dévoilé lors du Nintendo Direct du 14 janvier 2015[89]. Les deux versions sortent le 25 juin 2015 au Japon. Annoncé pour 2016 hors du Japon[90], il sort finalement le 19 février 2016 en Amérique du Nord et le 20 mai 2016 en Europe et en Australie[91]. Révélations est lui disponible par en téléchargement deux semaines après la sortie des deux premières voies au Japon, le 9 juillet 2015[92], le 10 mars 2016 aux États-Unis et le 9 juin en Europe et en Australie. Une édition collector contenant un artbook, les trois versions du jeu, ainsi qu'un poster est également commercialisée en Occident lors de la sortie du jeu[93]. Une version limitée de la Nintendo 3DS aux couleurs du jeu est également disponible à la vente à la sortie de Fire Emblem Fates, bien que ne contenant pas le jeu[94].

Afin de promouvoir Fire Emblem Fates au Japon, un manga sur Fire Emblem: Awakening, ainsi qu'un jeu de carte spécifique sortent au Japon[95], les paquets de cartes contenant en effet des codes permettant de débloquer des personnages supplémentaires dans la version japonaise du jeu (Marth, Lucina et Minerva[96]). De même, une New Nintendo 3DS exclusive aux couleurs de Fire Emblem Fates sort[97]. Toujours dans l'optique de promouvoir le jeu à l'international, Corrin, le personnage principal, est ajouté en tant que personnage jouable à Super Smash Bros. for Nintendo 3DS / for Wii U en février 2016, en tant que contenu additionnel[98]. Yusuke Kozaki fait également la promotion du jeu lors de la Japan Expo 2015 à Paris, où il fait un dessin exclusif d'un personnage (Felicia) et parle du jeu, alors pas encore sorti en Occident[99]. Afin de promouvoir le jeu, des badges exclusifs représentant les héros de Fire Emblem Fates sortent de manière conjointe au jeu sur Nintendo Badge Arcade[100].

La localisation du jeu est effectuée par la branche spécialisée dans la traduction de Nintendo, le Nintendo Treehouse[101]. Plusieurs changements sont effectués lors de la traduction. Dans la version japonaise, une conversation entre le héros et un personnage nommé Soleil suscite la polémique, car présentant des éléments ressemblant à une thérapie de conversion[102]. En effet, une poudre magique que lui fait boire Corrin afin qu'elle tombe amoureuse de lui[103]. Pour éviter de créer une controverse, ces éléments sont retirés de la version occidentale et le dialogue est modifié[104]. La possibilité d'avoir les voix japonaises au lieu des voix anglaises, option présente dans Fire Emblem: Awakening, est retirée[105]. Ces polémiques poussent alors un groupe de fans à envoyer des plaintes à Nintendo, et à tenter de créer leurs propres versions traduites, avant d'en être empêché par Nintendo lors de la sortie du jeu[101].

Critiques[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse papier
Média Note
EGM (US) 8 / 10[106]
Famitsu (JP) 36 / 40[107]
Game Informer (US) 9 / 10[34],[108],[109]
Presse numérique
Média Note
Eurogamer (GB) Recommandé[13]
Gameblog (FR) 9 / 10[35]
Gamekult (FR) 8 / 10[110]
GameSpot (US) 9 / 10[111]
GamesRadar+ (US) 4 / 5[112]
IGN (US) 9,4 / 10[31]
Jeuxvideo.com (FR) 18,5 / 20[54],[32],[113]
Agrégateurs de notes
Média Note
GameRankings 89 / 100[114]
Metacritic 88 / 100[115]

Fire Emblem Fates est bien accueilli par la presse spécialisée et reçoit des critiques positives pour son gameplay, amélioré par rapport aux précédents opus de la saga, ses différents scénarios, jugés riches et immersifs, mais également pour la qualité de sa musique. Néanmoins, l'une des critiques les plus récurrentes est la nécessité de dépenser autant pour avoir accès à la totalité du jeu.

Pour le site web spécialisé dans le jeu vidéo GameSpot, « l'association entre scénario et gameplay est la plus grande réussite du jeu »[111]. Le magazine américain Electronic Gaming Monthly salue les « nouveautés apportées au gameplay habituel, notamment Mon Château »[106]. Pour le magazine de jeux vidéo japonais Famitsu, Fire Emblem Fates « offre des nouveautés de gameplay bienvenues, comme le nouveau système de duo ou les veines dragunaires ». De plus, « l'histoire est captivante du début à la fin, permettant au joueur de s'attacher aux personnages »[116]. Selon Game Informer, le gameplay des deux versions est « fantastique, et le scénario très immersif »[108]. Le média français spécialisé Gameblog salue lui « un enrichissement spectaculaire du gameplay et une narration élaborée faisant prendre une nouvelle envergure à la saga Fire Emblem ». Le site mentionne également l'ampleur des trois versions, a fortiori réunies, donnant à l'histoire un aspect épique. Le site rajoute que la diversité des armes et des classes, ainsi que l'option « Mon Château » sont des points positifs[35]. Jeuxvideo.com qualifie cette fonctionnalité d'« excellente addition rajoutant de l'intérêt à l'entre mission » et met en avant la qualité du gameplay. Selon eux, c'est une vraie réussite, une expérience complète, et l'un des meilleurs, si ce n'est le meilleur, jeu de la 3DS[54]. Pour IGN, « les mécaniques de jeu sont très bien pensées et intuitives », et sont au service d'un « émouvant voyage »[117]. La richesse des différents scénarios est également louée par le site Eurogamer, à l'instar de la nouvelle option Mon Château, qui permet de découvrir et construire les relations entre les personnages[13]. Le site GamesRadar+ fait pour sa part l'éloge des différents scénarios, l'aboutissement du système de combat (saluant notamment l'ajout de nouvelles armes, mais aussi la disparition de la possibilité de briser ses armes). Le site apprécie les différentes options proposées par le jeu qui ont pour effet de s'attacher aux personnages[112].

Pour Game Informer, les « cinématiques et les environnements sont magnifiques, compensant ainsi les modèles de personnages parfois brouillons ». De plus, la « musique orchestrale est d'une grande qualité »[108]. Eurogamer voit un jeu « « proche de la perfection », porté notamment par la qualité de la musique ainsi qu'une animation « splendide » »[13]. Gameblog signale la qualité des cinématiques, du design des personnages, de la bande son et de la 3D, permettant une immersion totale dans l'intensité des combats[35]. Gamekult, à l'instar de ses confrères, met en avant les musiques du jeu, jugées « fabuleuses », ainsi que le soin apporté aux traductions françaises[110]. Pour IGN, « les graphismes ont subi une amélioration depuis Fire Emblem: Awakening, notamment au niveau des détails des personnages ». De plus, l'ambiance sonore, jugée impressionnante, est très diversifiée, « que ce soit les percussions ou les instruments à cuivre représentant l'esprit guerrier du royaume de Nohr, ou les instruments à vents ou à cordes symbolisant la tranquillité du royaume d'Hoshido »[31]. Plus critique, Jeuxvideo.com souligne que même si « les quelques rares cinématiques sont de très bonne facture, les décors et zones de combats auraient pu être un peu plus jolis ». Néanmoins, la rédaction fait l'éloge de la bande-son, qui est « une vraie réussite avec un clair écart entre les sonorités militaires du royaume de Nohr et les douces mélodies asiatiques du royaume d'Hoshido »[54].

Plus généralement, le journal numérique Le Monde - Pixels félicite lui « un jeu long, épique et jusqu'au-boutiste, le meilleur de la franchise »[118]. De plus, Gamekult félicite la possibilité d'avoir accès à un mariage homosexuel[110]. Fire Emblem Fates reçoit également le prix d'excellence 2015 de la part du magazine Famitsu[119].

Parmi les critiques les plus récurrentes, GamesRadar+, à l'instar de Famitsu et Gamekult[116],[110], déplore un nombre de micropaiements trop fréquents entraînant un coût financier lui aussi important[112].

Ventes[modifier | modifier le code]

Pour sa première semaine de commercialisation au Japon, le jeu s'écoule à plus de 300 000 exemplaires, toutes versions confondues[120], avec notamment des ventes plus élevées pour la version Héritage[121]. Lors des trois jours suivants la sortie américaine de Fire Emblem Fates, 300 000 exemplaires sont écoulés, ce qui signifie que ce nouvel opus réalise le démarrage le plus rapide de la franchise, soit cinq fois plus que son prédécesseur lors des premiers jours de sa commercialisation[122]. Dans la version physique du jeu, Héritage se vendit mieux que la version Conquête, sans prendre en compte l'achat de DLC[122]. Lors de la sortie européenne de Fire Emblem Fates, son succès est tel que l'édition limitée devient indisponible au niveau des points de vente et sur les sites de réservation à peine une semaine après sa commercialisation[123].

En mars 2017, le total des ventes de Fire Emblem Fates approche les 1 600 000 copies, à la fois sur l'eshop et en cartouche. Le jeu s'écoule à 500 000 unités au Japon, tandis que les 1 100 000 autres ventes ont lieu dans le reste du monde[124].

Postérité[modifier | modifier le code]

Super Smash Bros. for Nintendo 3DS / for Wii U propose le personnage principal de Fire Emblem Fates en tant que personnage jouable. On retrouve également des musiques inspirées du jeu, telles que le thème principal du jeu[98], ainsi que des trophées à l'effigie de Ryoma et Xander. Un amiibo représentant Corrin (sous forme mâle et femelle) est également commercialisé par Nintendo[125]. De manière similaire, l'amiibo Corrin est utilisable dans le jeu Fire Emblem Echoes: Shadows of Valentia, en tant qu'allié du joueur[126]. Corrin est également présent dans Super Smash Bros. Ultimate, toujours sous ses formes masculines et féminines[127].

Comme de nombreux personnages de la franchise Fire Emblem, de nombreux personnages issus de Fire Emblem Fates sont inclus dans le jeu mobile Fire Emblem Heroes[128]. En plus de proposer la quasi-totalité des personnages présents dans Fates, Fire Emblem Heroes propose des costumes exclusifs pour des personnages comme Xander ou Camilla, habillés spécialement pour le festival du printemps[a 6].

Des personnages de Fates sont également présents dans le jeu hors-série Fire Emblem Warriors, comme Corrin, Ryoma, Xander, Hinoka, Camilla, Takumi, Leo, Sakura et Elise[129]. Un DLC centré sur Fire Emblem Fates sort le 21 décembre 2017, introduisant les personnages d'Azura, Niles, vassal de Léo, et Oboro, vassale de Takumi, ainsi que de nouvelles cartes de mode Chroniques[130].

Suite au succès international de Fire Emblem Fates, plusieurs mangas sortent dans l'optique de compléter l'histoire. Le premier manga, qui adapte le scénario de Fire Emblem Fates, est écrit par le scénariste du jeu Shin Kibayashi, et dessiné par son designer Yusuke Kozaki, et publié dans le magazine Monthly Young Magazine[131], mais est finalement annulé[132]. L'autre manga est intitulé Fire Emblem Fates : La couronne de Nibelung[Note 7], dessiné par Tama Yugyōji, et publié au Japon à partir du 28 janvier 2017. L'histoire est centrée sur le personnage de Leo[133].

Les personnages de Fire Emblem Fates sont également représentés sur des cartes à jouer officielles dans le jeu de carte Fire Emblem Cipher. En effet, la deuxième vague de cartes est totalement dédiée à Fire Emblem Fates, dans laquelle figurent des personnages comme les familles royales et leurs vassaux, mais également certains enfants et autres personnages des jeux, comme Charlotte[a 7]. La troisième vague de cartes présente également des personnages issus de Fire Emblem Fates, cette fois en se concentrant sur les enfants des protagonistes, ainsi que sur des membres de la famille royale dans des costumes inédits (Xander en mage hoshidien, Ryoma en cavalier wyverne nohrien par exemple)[a 8]. La série 6 se focalise sur les personnages de Nohr[a 9], et la série 7 se concentre sur les personnages d'Hoshido[a 10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Connu au Japon sous le titre Fire Emblem if (ファイアーエムブレムif, Faiā Emuburemu Ifu?).
  2. Héritage (白夜王国, Byakuya Ōkoku?, Birthright).
  3. Conquête (暗夜王国, Anya Ōkoku?, Conquest).
  4. Révélation (インビジブル・キングダム?, Invisible Kingdom).
  5. Les opinions varient sur le chiffrement exact de cet opus. Si l'on omet les remakes, c'est le douzième opus de la saga, voire le quinzième si l'on compte tous les jeux Fire Emblem sorti en (un spin-off étant sorti en au Japon uniquement sur Super Nintendo).
  6. If~Hitori Omou (if~ひとり思う, littéralement "Si seulement ~ Ses pensées".
  7. Fire Emblem if: Niberungu no Hokan (ファイアーエムブレムif ニーベルングの宝冠, The crown of Nibelung?).

Références[modifier | modifier le code]

  • Sources primaires
  • Sources secondaires
  1. « Fire Emblem Fates, un scénario de Shin Kobayashi », sur Nintendo, courant 2015 (consulté le 27 septembre 2017).
  2. Jaco et Naco 2015, p. 12.
  3. Jaco et Naco 2015, p. 20.
  4. Jaco et Naco 2015, p. 82.
  5. Jaco et Naco 2015, p. 24.
  6. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r (en) « Fire Emblem Fates Cast », sur Behind the Voice actors (consulté le 28 septembre 2018).
  7. (de) « Neue mobile Spiele: Stoff für Taktiker und Abenteurer » [« Nouveau jeu portable : De la matière pour les tacticiens et les aventuriers. »], sur Süddeutsche Zeitung, (consulté le 4 décembre 2017).
  8. Jaco et Naco 2015, p. 30.
  9. Jaco et Naco 2015, p. 26.
  10. a b c d et e « Fire Emblem Fates : les personnages principaux détaillés. », sur Nintendo Difference, (consulté le 28 septembre 2017).
  11. Jaco et Naco 2015, p. 08.
  12. (en) Josh Hawkins, « Fire Emblem Fates : Marriage and children », sur Shack News, (consulté le 28 septembre 2017).
  13. a b c d et e Martin Robinson, « Fire Emblem Fates review : Duel of the Fates. », sur Eurogamer, (consulté le 28 février 2018).
  14. (en) Christopher Byrd, « ‘Fire Emblem: Fates' is a shockingly captivating JRPG » [« "Fire Emblem Fates" est un RPG incroyablement captivant »], sur The Washington Post, (consulté le 7 décembre 2017).
  15. Jaco et Naco 2015, p. 06.
  16. (en) Richard Eisenbeis, « Fire Emblem Fates : Big choice makes for great storytelling », sur Kotaku, (consulté le 29 septembre 2017).
  17. a b c et d « Fire Emblem Fates : Plus de détails sur les DLC européens », sur Nintendo Master, (consulté le 3 octobre 2017).
  18. a b et c « Fire Emblem Fates : date et prix des premiers DLC pour l'Europe », sur Nintendo Difference, (consulté le 3 octobre 2017).
  19. Jaco et Naco 2015, p. 76.
  20. Jaco et Naco 2015, p. 54.
  21. Jaco et Naco 2015, p. 64.
  22. a et b « Fire Emblem Fates : 2 vidéos en français pour le pack de cartes 2 », sur Nintendo Difference, (consulté le 3 octobre 2017).
  23. Jaco et Naco 2015, p. 100.
  24. Jaco et Naco 2015, p. 126.
  25. Jaco et Naco 2015, p. 110.
  26. Jaco et Naco 2015, p. 128.
  27. Jaco et Naco 2015, p. 112.
  28. Jaco et Naco 2015, p. 102.
  29. a et b (en) Jeffrey McDonnell, « A third wave of Fire Emblem Fates DLC is rolling out now in japan. », sur Gamnesia, (consulté le 3 octobre 2017).
  30. (en) « Fire Emblem Fates's third wave of DLC announced in Japan », sur Siliconera, (consulté le 3 octobre 2017).
  31. a b et c (en) Meghan Sullivan, « Fire Emblem Fates: Revelation Review : This is one Fire Emblem worth reveling in. », sur IGN, (consulté le 2 mars 2018).
  32. a et b « Test de Fire Emblem Fates : Conquête, la perle noire du Tactival RPG. », (consulté le 1er mars 2018).
  33. (en) Jose Otero, « Fire Emblem Fates Conquest Review : Love and war collide in Conquest’s tough-as-nails campaign. », sur IGN, (consulté le 2 mars 2018).
  34. a et b (en) Javy Gwaltney, « Fire Emblem Fates: Birthright :Learning The Price Of Victory », sur Game Informer, (consulté le 1er mars 2018).
  35. a b c et d Yann Bernard, « Test de Fire Emblem Fates : Divisé pour mieux régner ? », sur Gameblog, (consulté le 11 octobre 2017).
  36. (en) Damon Beres, « Fire Emblem Fates Will Teach You Harsh Lessons In Life And Death » [« "Fire Emblem Fates" nous apprends des dures leçons sur la vie et la mort. »], sur The Huffington Post, (consulté le 7 décembre 2017).
  37. (en) José Otero, « Fire Emblem Fates : a refreshing take on choices and family ties. », sur IGN, (consulté le 4 octobre 2017).
  38. a b c d e et f (en) « Fire Emblem If adds a new difficulty mode and no longer has limited weapon usage. », sur Siliconera, 12 mais 2015 (consulté le 4 octobre 2017).
  39. a b et c (ja) « 「ファイアーエムブレム」のこれまでとこれから。ファミコン時代の開発秘話から最新作「ファイアーエムブレムif」までを制作陣に聞く », sur 4gamer,‎ (consulté le 4 octobre 2017).
  40. a b c d et e (en) « The Definitive History behind Fire Emblem Fates », sur Chronicled, (consulté le 4 octobre 2017).
  41. (en) « More Details On The Differences Between The Two Version Of Fire Emblem If », sur Siliconera, (consulté le 7 octobre 2017).
  42. (en) « Fire Emblem If: Black Kingdom Will Have More Complicated Victory Requirements » [« Fire Emblem Fates Conquête présentera des méthodes d'accès à la victoire plus complexes. »], sur Siliconera, (consulté le 7 octobre 2017).
  43. (en) « Fire Emblem If's Third Story Route Will More Difficult Than White, But Less Than Black » [« La troisième route de Fire Emblem Fates sera plus difficile qu' "Héritage", mais plus simple que "Conquête". »], sur Siliconera, (consulté le 7 octobre 2017).
  44. (en) Javy Gwaltney, « Fire Emblem Fates Revelation : The Best Of Both Worlds (At A Cost) », sur Game Informer, (consulté le 28 février 2018).
  45. Alexandre Mistral, « Fire Emblem Fates : Quelle version choisir, Héritage, Conquête ? On vous aide ! », sur Actugaming, (consulté le 25 février 2018).
  46. (ja) « ファイアーエムブレムif : ゲームシステム », sur Fire Emblem Official Site,‎ (consulté le 6 octobre 2017).
  47. (en) Mike Minotti, « 5 Fire Emblem: Fates tips to prepare you for a three-game adventure » [« 5 conseils pour bien démarrer la triple aventure de Fire Emblem Fates. »], sur VentureBeat, (consulté le 3 avril 2018)
  48. a et b (en) « Fire Emblem If introduces new weapon traingle system. » [« Fire Emblem Fates introduit un nouveau système du triangle des armes »], sur Siliconera, (consulté le 6 octobre 2017).
  49. Jaco et Naco 2015, p. 10.
  50. (en) Scott Clay, « E3 2015 : FIre Emblem Fates classes revealed » [« Les différentes classes de personnage de Fire Emblem Fates révélées à l'E3 2015 »], sur RPGfan News, (consulté le 6 octobre 2017).
  51. a et b (en) Griffin McElroy et Allegra Frank, « Fire Emblem Fates Review » [« Test de Fire Emblem Fates »], sur Polygon, (consulté le 6 octobre 2017).
  52. (en) « Fire Emblem Fates will have marriage and children », sur Siliconera, (consulté le 6 octobre 2017).
  53. (en) Sal Romano, « Fire Emblem Fates has online multiplayer. » [« Fire Emblem Fates possède un mode de jeu multijoueur. »], sur Gematsu, (consulté le 6 octobre 2017).
  54. a b c et d « Test de Fire Emblem Fates : Héritage, la perle blanche du Tactical RPG. », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 11 octobre 2017).
  55. « Fire Emblem If : la fonction My Castle et de nouveaux personnages détaillés. », sur Nintendo Difference, (consulté le 4 octobre 2017).
  56. (en) « Fire Emblem If lets you build your own village », sur Siliconera, (consulté le 4 octobre 2017).
  57. a b et c (en) « Fire Emblem Fates My Castle Walkthrough », sur Siliconera, (consulté le 4 octobre 2017).
  58. « Fire Emblem Fates Les amiibos entre dans la bataille. », sur Nintendo Master, (consulté le 4 octobre 2017).
  59. Jaco et Naco 2015, p. 145.
  60. (en) « Fire Emblem Fates amiibo break the 4th Wall », sur Siliconera, (consulté le 4 octobre 2017).
  61. (en) Chris Carter, « Here's how aliibo work in Fire Emblem Fates ! » [« Voici comment fonctionne les amiibos fonctionnent dans Fire Emblem Fates ! »], sur Destructoid, (consulté le 6 octobre 2017).
  62. (en) Allegra Frank et Nick Robinson, « Fire Emblem Fates petting skinship localization changes », sur Polygon, (consulté le 4 octobre 2017).
  63. « Fire Emblem Fates : le skinshop n'a pas totalement été supprimé de la version occidentale. », sur Nintendo Difference, (consulté le 4 octobre 2017).
  64. (en) « Fire Emblem Fates' Touching Feature Still Present for Married Couples in Western Release », sur Anime News Network, (consulté le 7 décembre 2017).
  65. « Iwata demande : Fire Emblem Fates 4. « Pas une simple relation ennemis/alliés. » », sur Nintendo, courant 2015 (consulté le 7 octobre 2017).
  66. (en) « New Fire Emblem Game Announced For Nintendo 3DS [Update: Trailer] », sur Siliconera, (consulté le 7 octobre 2017).
  67. « Iwata demande Fire Emblem Fates : Un scénario de Shin Kobayashi », sur Nintendo, courant 2015 (consulté le 7 octobre 2017).
  68. (ja) « ニンテンドー3DS™用ソフト「ファイアーエムブレムif」 », sur Studio Spooky,‎ (consulté le 7 octobre 2017).
  69. a et b (en) Kate Bailey, « What Fire Emblem Needs to Continue Its Mini-Renaissance », sur USGamer, (consulté le 7 octobre 2017).
  70. a b et c (ja) « 『ファイアーエムブレムif 白夜王国/暗夜王国』クリエイターインタビュー完全版! », sur Famitsu,‎ (consulté le 7 octobre 2017).
  71. (en) « Fire Emblem If developers on why they added the easier phoenix mode. », sur Siliconera, (consulté le 11 octobre 2017).
  72. (en) Eddie Makuch et Justin Haywald et Justin Haywald, « Fire Emblem Fates will include same-sex marriage, Nintendo confirms. » [« Nintendo confirme que Fire Emblem Fates permettra au joueur d'épouser des personnages du même sexe. »], sur Polygon, (consulté le 7 octobre 2017).
  73. (en) Rebecca Hawkes, « New Nintendo game allows same-sex marriage » [« Un nouveau jeu Nintendo permettra un mariage homosexuel. »], sur The Telegraph, (consulté le 4 décembre 2017) : « "We can confirm that Fire Emblem Fates for Nintendo 3DS...includes the possibility for a same-sex marriage to take place between the main character created by the gamer and another character," a spokesperson for the company said today. ».
  74. Jaco et Naco 2015, p. 56.
  75. (en) « Fire Emblem Fates' Bisexual Characters Are Shara And Zero » [« Les personnages bisexuels de Fire Emblem Fates sont Niles et Rhajat. »], sur Siliconera, (consulté le 7 octobre 2017).
  76. « Quand Nintendo se met au mariage pour tous », sur Challenges, (consulté le 4 décembre 2017).
  77. « Nintendo se met au mariage pour tous ! », sur Europe 1, (consulté le 4 décembre 2017).
  78. « Nintendo. Le mariage pour tous intégré dans le jeu "Fire Emblem Fates" », sur Ouest-France, (consulté le 4 décembre 2017).
  79. (en) Eddie Makuch et Justin Haywald, « New Fire Emblem 3DS Revealed », sur GameSpot, (consulté le 10 mai 2015).
  80. a et b « Iwata demande : Fire Emblem Fates 2 : Un dieu m'est apparu ! », sur Nintendo, (consulté le 10 octobre 2017).
  81. a et b « Iwata demande : Fire Emblem Fates 3 : Tu devrais accepter ce travail. », sur Nintendo, (consulté le 10 octobre 2017).
  82. « La BO de Fire Emblem Fates commercialisée au Japon. », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 1er mars 2018).
  83. a et b (en) Chris Greening, « Fire Emblem Fates combines music from series veterans and newcomers. » [« Vétérans et nouveaux venus s'allient pour la musique de Fire Emblem Fates »], sur VGMO, (consulté le 11 octobre 2017).
  84. (en) « See Corrin meet Mikoto and hear Azura sing in Fire Emblem Fates », sur Siliconera, (consulté le 11 octobre 2017).
  85. (ja) « 蓮花、ゲーム『ファイアーエムブレムif』テーマ曲でデビュー », sur Barks, Japanese News Network,‎ (consulté le 11 octobre 2017).
  86. (en) Robert Ward, « Fire Emblem Fates' Azura being voiced by Rena Strober », sur Siliconera, (consulté le 11 octobre 2017).
  87. a b et c (ja) « 『ファイアーエムブレム if』全134曲を収録した7枚組CD+DVDのオリジナルサウンドトラックが4月27日に発売決定! », sur Famitsu,‎ (consulté le 11 octobre 2017).
  88. (en) Chris Greening, « Long awaited Fire Emblem Fates soundtrack looks set to break records », sur VGMO, (consulté le 11 octobre 2017).
  89. (en) Tom Phillips, « Nintendo announces new Fire Emblem Game for 3DS », sur Eurogamer, (consulté le 10 octobre 2017).
  90. Chloé Woitier, « Après une année 2015 maussade, Nintendo prépare sa relance. », sur Le Figaro, (consulté le 4 décembre 2017).
  91. Julien Inverno, « Fire Emblem 3DS disponible en 2016 en deux versions différentes », sur IGN, (consulté le 11 octobre 2017).
  92. « Fire Emblem Fates : la troisième route disponible au Japon », sur Nintendo Difference, (consulté le 11 octobre 2017).
  93. « Fire Emblem Fates : une collector avec la totale », sur Gamekult, (consulté le 11 octobre 2017).
  94. (en) « Nintendo Reveals Fire Emblem Fates New Nintendo 3DS XL Variant », sur Anime News Network, (consulté le 7 décembre 2017).
  95. (en) « Fire Emblem also gets new card game and a manga in Japan », sur Siliconera, (consulté le 11 octobre 2017).
  96. (en) « Marth Lucina for Fire Emblem DLC characters », sur Siliconera, (consulté le 11 octobre 2017).
  97. « Images de l'édition limitée Fire Emblem Fates New Nintendo 3DS », sur Nintendo Master, (consulté le 11 octobre 2017).
  98. a et b (en) Patricia Hernandez, « Smash bros is getting a new Fire Emblem Character », sur Kotaku, (consulté le 11 octobre 2017).
  99. « Kozaki Yusuke dessine Felicia pour la Japan Expo », sur Nintendo Difference, (consulté le 11 octobre 2017).
  100. (en) Jose Cardoso, « Fire Emblem: Fates collectibles grace Nintendo Badge Arcade » [« De nouveaux badges Fire Emblem Fates à collectionner arrivent sur Nintendo Badge Arcade. »], sur Gamezone, (consulté le 3 avril 2018)
  101. a et b (en) Nick Rowen, « Fire Emblem Fates Fan Translation cancelled », sur Destructoid, (consulté le 11 octobre 2017).
  102. (de) « "Zauberpulver gegen Homosexualität": Nintendo zensuriert umstrittene Szene in "Fire Emblem Fates" » [« "Remède miracle contre l'homosexualité" : Nintendo censure une scène contestée de Fire Emblem Fates »], sur Der Standard, (consulté le 7 décembre 2017).
  103. (en) Doug Bolton, « Fire Emblem Fates : Nintendo removes controversial 'gay conversion' subplot from upcoming 3DS games. » [« Fire Emblem Fates : Nintendo retire du jeu final la conversation controversée concernant une "conversion homosexuelle". »], sur The Independent, (consulté le 7 décembre 2017).
  104. (en) Curtis Bonds, « Fire Emblem Fates Changes controversial support in Western Regions », sur Nintendo World Report, (consulté le 11 octobre 2017).
  105. (en) Allegra Frank et Nick Robinson, « Fire Embem Fates won't have Japanese voice options in Western release », sur Polygon, (consulté le 11 octobre 2017).
  106. a et b (en) Ray Carsillo, « Fire Emblem Fates Special Edition review », Electronic Gaming Monthly,‎ (lire en ligne).
  107. (en) Sal Romano, « Famitsu Review Scores: Issue 1385 », sur Gematsu, (consulté le 11 octobre 2017).
  108. a b et c (en) Javy Gwaltney, « Fire Emblem Fates: Conquest : Changing The System From Within », sur Game Informer, (consulté le 1er mars 2018).
  109. (en) Javy Gwaltney, « Fire Emblem Fates Revelation : The Best Of Both Worlds (At A Cost) », sur Game Informer, (consulté le 1er mars 2018).
  110. a b c et d « Test de Fire Emblem Fates : Héritage », sur Gamekult, (consulté le 11 octobre 2017).
  111. a et b (en) Alexa Ray Corriea, « Fire Emblem Fates: Revelation Review », sur Gamespot, (consulté le 11 octobre 2017).
  112. a b et c (en) Connor Sheridan, « Fire Emblem Fates Review », sur GamesRadar+, (consulté le 28 février 2018).
  113. « Test : Fire Emblem Fates : Revelation - L'expérience ultime », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 1er mars 2018).
  114. (en) « Fire Emblem Fates: Special Edition », sur GameRankings, (consulté le 11 octobre 2017).
  115. (en) « Fire Emblem Fates: Special Edition for 3DS review », sur Metacritic, (consulté le 11 octobre 2017).
  116. a et b (en) « Fire Emblem Fates (Birthright & Conquest) Famitsu Review Translated » [« La critique de Famitsu de Fire Emblem Fates version Héritage et Conquête traduite. »], sur Kantopia, (consulté le 13 mars 2018).
  117. (en) Meghan Sullivan, « Fire Emblem Fates Birthright review : An amazing introduction into the fantastic tactical world of Fire Emblem. », sur IGN, .
  118. Wiliam Audureau, « Douze jeux vidéo pour un été garanti sans temps morts », sur Le Monde - Pixels, (consulté le 7 décembre 2017).
  119. (en) Sal Romano, « Famitsu Award 2015 winners announced », sur Gematsu, (consulté le 28 février 2018).
  120. « Ventes de jeux au Japon : Fire Emblem Fates entre dans la danse », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 7 septembre 2015).
  121. (en) « Fire Emblem Fates: Birthright Sold More Than Conquest In Japan », sur Siliconera, (consulté le 7 septembre 2015).
  122. a et b (en) Eddie Makuch, « Fire Emblem Fates Sells 300,000 Copies at Launch, Breaking Records », sur Gamespot, (consulté le 1er mars 2018)
  123. (ja) « 限定版「ファイアーエムブレムif」追加出荷、各販売店向けに案内開始 », sur Famitsu,‎ (consulté le 11 mars 2018).
  124. (en) « Fire Emblem Fans are mostly in their 20s 30s, more on Sales and Fire Emblem Heroes », sur Siliconera, (consulté le 12 octobre 2017).
  125. « Nintendo présente de nouveaux amiibos Zelda, Cloud, Bayonetta et Corrin », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 12 octobre 2017).
  126. (en) Hayes Madsen, « Fire Emblem Echoes : All Amiibos and what do they do », sur Twinfinite, (consulté le 12 octobre 2017).
  127. (en) Cecilia D'Anastasio, « Super Smash Bros. Ultimate Will Star Every Character From Every Smash », sur Kotaku, (consulté le 16 juin 2018)
  128. (en) Jeremy Nisen, « Fire Emblem Heroes : more of the vast character roster revealed. », sur Geek Exchange, (consulté le 12 octobre 2017).
  129. (en) Damien McFerran, « Two more characters are confirmed for Fire Emblem Warriors », sur Nintendo Life, (consulté le 12 octobre 2017).
  130. « Fire Emblem Warriors : détails et images du pack de DLC Fire Emblem Fates, annonce de la version 1.3.0 », sur Nintendo Difference, (consulté le 15 février 2018).
  131. « Fire Emblem Fates adapté en Manga », sur Nintendo Difference, (consulté le 11 octobre 2017).
  132. (en) « Fire Emblem Manga by Fire Emblem Fates Creators Suspened », sur Anime News Network, (consulté le 11 octobre 2017).
  133. (en) « Manga about Fire Emblem Fates Leo begins next month », sur Anime News Network, (consulté le 11 octobre 2017).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (ja) Nintendo et Intelligent Systems (ill. Daisuke Izuka, Katsuyashi Koya, Sachiko Wada,Senri Kita, Yūsuke Kozaki), The Making of Fire Emblem 25th Anniversary Development Secrets, Awakening and Fates [« メイキング オブ ファイアーエムブレム 開発秘話で綴る25周年、覚醒そしてif単行本 »],‎ , 351 p. (ISBN 978-4198640569). 
  • (ja) Kadokawa, Fire Emblem If Final Perfect Guide [« ファイアーエムブレム if ファイナルパーフェクトガイド »],‎ , 463 p. (ISBN 4-0486-9406-5). 
  • (ja) Itagaki Jaco et Shirataki Naco (ill. Natsuki Niimi, Sho Akizuki, Misato Kamata, Shiraishi Kotoni, Tomoki Yukiya), Fire Emblem Fates 4koma Comic & Character Guide Book [« ファイアーエムブレムif 4コマ・キャラクターガイドブック »], Kunishin,‎ (ISBN 978-4758008716). 
  • (ja) Intelligent Systems et Nintendo, Fire Emblem 0 (Cipher) Guide officiel II [« ファイアーエムブレム0(サイファ) 公式ガイドII »], Tokuma Shoten,‎ (ISBN 978-4198640576). 
  • (ja) Intelligent Systems et Nintendo, Fire Emblem 0 (Cipher) Guide officiel III [« ファイアーエムブレム0(サイファ) 公式ガイドIII »], Tokuma Shoten,‎ (ISBN 978-4198641221). 
  • (ja) Intelligent Systems et Nintendo, Fire Emblem 0 (Cipher) Guide officiel VI [« ファイアーエムブレム0(サイファ) 公式ガイドVI »], Tokuma Shoten,‎ (ISBN 978-4198641221). 
  • (ja) Intelligent Systems et Nintendo, Fire Emblem 0 (Cipher) Guide officiel VII [« ファイアーエムブレム0(サイファ) 公式ガイドVII »], Tokuma Shoten,‎ (ISBN 978-4198641221). 
  • (ja) Nintendo et Intelligent Systems, Fire Emblem Heroes Summoner's Guide [« ファイアーエムブレム ヒーローズ 召喚師の手引き 単行本 »], Kyoto, Tokuma Shoten,‎ , 320 p. (ISBN 9784198644147). 

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

icône vidéo Vidéos externes
[vidéo] Cinématique d'ouverture de la version Héritage
[vidéo] Cinématique d'ouverture de la version Conquête
[vidéo] Cinématique d'ouverture de la version Révélations
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 30 mars 2018 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 30 mars 2018 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.