Fioul domestique en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le présent article traite de la production et de la consommation du fioul domestique en France.

La consommation de fioul domestique recule d'année en année depuis 2002, mais 12,4 % des ménages se chauffaient encore au fioul en 2016 : le gouvernement tente d'accélérer la disparition de ce chauffage polluant et émetteur de gaz à effet de serre par des aides à la conversion ainsi que par l'augmentation progressive de la TICPE. En novembre 2018, le premier ministre a fixé l'objectif de supprimer toutes les chaudières individuelles au fioul en dix ans en France.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le fioul domestique (FOD) est issu de la même coupe que le gazole. Il s’agit d’un combustible dérivé du pétrole, classé dans les ressources énergétiques dites « fossiles » ; il est composé d’un mélange d’hydrocarbures, d’additifs et de colorants. L'arrêté du 15 juillet 2010 définit officiellement le fioul comme étant un « mélange d’hydrocarbures d’origine minérale ou de synthèse, et éventuellement d’ester méthylique d’acide gras, destiné notamment à la production de chaleur dans les installations de combustion et sous certaines conditions d’emploi à l’alimentation des moteurs à combustion interne »[1],[2].

Issu du raffinage du pétrole (fractions de C16 à C17 à C18, température d'ébullition entre 300 °C et 400 °C), il est très proche du gazole. Son pouvoir calorifique inférieur (PCI) est d'environ douze kilowattheure par kilogramme (kWh/kg), c'est-à-dire qu'un kilogramme de fioul procure au mieux 12 kilowattheure d'énergie en brûlant.

En France, il est prioritairement utilisé comme combustible pour le chauffage. On distingue deux types de fioul :

  • Fioul domestique « standard », répond à toutes les caractéristiques qui garantissent le bon fonctionnement des installations de chauffage.
  • Fioul domestique « de qualité supérieure », possède des caractéristiques améliorées dans plusieurs domaines et notamment : la combustion optimisée afin de maintenir le foyer de la chaudière plus propre, la tenue au froid pour garantir une parfaite fluidité du combustible à très basse température en hiver.

Évolution de la production et de la consommation de fioul domestique[modifier | modifier le code]

Consommation
Année millions de tonnes/an[3]
1965 13,8
1970 29,6
1975 29,6
1980 28,2
1985 20,7
1990 17,1
1995 16,5
2000 15,6
2005 15,7
2010 12,9
2011 10,2
2012 7,8
2013 7,8
2014 6,4
2015 6,6
2016 6,3
2017 6,3

La consommation de fioul domestique en France a atteint son maximum en 1973 à 37,2 millions de tonnes. Depuis, elle a connu un déclin continu du fait :

  • de la progression du chauffage électrique puis du chauffage au gaz naturel,
  • des efforts sur l’isolation du bâti permettant de réduire la consommation d’énergie,
  • du développement des énergies renouvelables dans les logements neufs, notamment des pompes à chaleur,
  • du renouvellement des anciennes chaudières par des modèles de nouvelle génération pouvant permettre de réduire sa consommation de 20 à 30 %[4].

Pour subvenir à ses besoins en consommation de fioul domestique, la France doit recourir aux importations.

Malgré un déclin régulier, 3,4 millions de résidences principales étaient encore chauffées au fioul en France en 2016, soit 12,4 % des foyers, selon le Centre d'études et de recherches économiques sur l'énergie (CEREN)[5]. Pour les seules maisons individuelles, le CEREN évalue le parc à 2,8 millions de chaudières en 2016 ; ce parc se réduit seulement de 45 000 à 81 000 chaudières par an. Selon Anne Lefranc, ingénieure au service bâtiment à l'Ademe : « ce sont des maisons éloignées des centres-villes, souvent mal isolées, avec des ménages disposant de faibles revenus. Le plus pertinent pour les ménages au fioul non raccordés au gaz est souvent de passer au bois-énergie, mais ces chaudières sont très chères »[6].

Politique de conversion à des modes de chauffage plus respectueux de l'environnement[modifier | modifier le code]

Le 14 novembre 2018, le premier ministre Édouard Philippe fixe l' « objectif ambitieux » de supprimer toutes les chaudières individuelles au fioul d'ici dix ans en France en développant la prime à la conversion des chaudières : il promet de prendre en charge un tiers du coût global de transformation. Mais la réalisation de cet objectif pourrait s'avérer difficile : le rythme actuel de son déclin n'est que de 2 % par an. La solution la plus évidente est de lui substituer le gaz naturel, dont le coût au kilowattheure est inférieur à celui du fioul. Mais 43 % des foyers qui se chauffent au fioul ne sont pas raccordés au réseau de gaz de GRDF. Les chaudières à granulés de bois, la géothermie et le chauffage électrique sont des options très coûteuses. Dans tous les cas, le passage à un autre mode de chauffage requiert un investissement substantiel[7].

La distribution[modifier | modifier le code]

En France, la distribution du fioul domestique est répartie de façon homogène sur l’ensemble du territoire. Le fioul domestique étant utilisé pour le chauffage domestique individuel, il existe une multitude de distributeurs locaux, permettant de desservir les foyers français.

Selon la FF3C[8], on dénombre 2 500 entreprises de distribution de produits pétroliers en France, indépendantes ou filiales de compagnies pétrolières. Ces dernières vendent également du charbon, du GPL et du bois. Au-delà de la distribution, selon la FF3C, elles sont plus de la moitié à offrir des services associés (ex. conseil, entretien du chauffage, nettoyage des cuves).

Parmi les principaux acteurs du marché de la distribution de fioul domestique, on trouve trois grands catégories :

Consommation[modifier | modifier le code]

Nombre de logements fioul par région en France métropolitaine[modifier | modifier le code]

Selon l'INSEE[9], le fioul domestique était en 2008 l’énergie principale de chauffage de 4,6 millions de foyers français. On comptait alors 3,6 millions de maisons individuelles se chauffant au fioul domestique ainsi que près d’un million de logements collectifs.

Ainsi, près d’un ménage français sur 5 se chauffait alors au fioul ; on constatait toutefois des disparités régionales. Le nombre total de résidences principales utilisant le fioul domestique comme énergie principale de chauffage se répartissait de la manière suivante :

Région Nombre total de logements fioul
Rhône-Alpes 548 851
Île-de-France 521 431
Provence-Alpes-Côte d'Azur 351 651
Bretagne 324 914
Pays de la Loire 266 308
Midi-Pyrénées 220 857
Alsace 218 261
Lorraine 208 400
Centre 196 133
Picardie 182 233
Poitou-Charentes 179 276
Nord-Pas-de-Calais 172 370
Aquitaine 171 554
Languedoc-Roussillon 157 438
Basse-Normandie 156 264
Bourgogne 154 682
Franche-Comté 143 433
Auvergne 141 687
Haute-Normandie 140 836
Champagne-Ardenne 113 291
Limousin 85 105
Corse 6 645

Chiffres clés[modifier | modifier le code]

Article connexe : Prix du fioul en France.

La consommation moyenne annuelle d’un ménage français se chauffant au fioul domestique est d’environ 2 m3 (soit 2 000 litres) et il effectue en moyenne deux commandes par an. Les chaudières fioul se trouvent principalement dans les maisons individuelles, en zone rurale. Le parc de chaudière fioul français quant à lui est relativement âgé. 25 % des logements fioul sont dotés d’une chaudière de plus de 25 ans, soit un peu plus de 1 million de chaudières[10].

Le poids des taxes (TICPE + TVA) fluctue de manière importante en France et constitue une fraction importante des prix des produits pétroliers[11]. Ainsi, s'il va jusqu’à dépasser 50 % pour les carburants (SP95, SP98 ou gazole), les taxes représentaient environ 25 % du prix du fioul domestique en 2012[12]. En août 2012, lors de la flambée des prix du pétrole, l’État français a mis en place une diminution des prix du carburant, mais qui ne s’appliquait pas au prix du fioul[13].

En 2018, les taxes (TICPE et TVA) représentent 32 % de la facture, contre moins de 23 % en 2013. Pour une consommation moyenne de 2 000 litres par an, selon Fioulmarket, la TICPE représente 450 euros en 2018, contre 187 euros en 2015. Cette taxe environnementale va encore augmenter de près de 18 %, le 1er janvier 2019, et d'autres hausses sont programmées pour les trois années suivantes[5].

Nouveaux comportements de consommation[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2013)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La consommation de fioul domestique s’effectue principalement pendant la saison de chauffe, soit durant la période pendant laquelle l'installation de chauffage est en fonctionnement (de novembre à mars principalement). À l’approche de l’hiver on assiste très souvent à une tension offre / demande, entraînant une hausse des tarifs aux particuliers. Toutefois les comportements tendent à évoluer sensiblement compte tenu notamment des fortes variations du prix du litre de fioul et de la dégradation de l’environnement économique. Trois tendances semblent tout particulièrement se dégager :

  • L’achat « anticipé » : consiste en l’utilisation des périodes dites « creuses » (ex. période estivale) pour effectuer sa commande de fioul domestique, dans l’espoir de bénéficier de tarifs plus attractifs,
  • L’achat « groupé » : consiste à rejoindre un groupement d’achat, via une initiative au sein d’une commune ou via un spécialiste du regroupement des commandes sur Internet (ex. : fioulmarket.fr, fioulreduc.com, plus-on-est-moins-on-paie.fr ou encore fioulmoinscher.fr),
  • L’achat « fractionné » : consiste à effectuer plusieurs petites commandes de fioul domestique de quelques centaines de litres, plutôt que deux commandes de 1000 Litres.

En effet, avec l’augmentation du prix des énergies domestiques (ex. électricité, gaz, fioul), la facture énergétique pèse de plus en plus lourd sur le budget des ménages français. Selon une étude Ifop-Fioulmarket.fr datant de septembre 2013 la facture moyenne française s'élève à 1 087 euros, ce montant pouvant grimper jusqu'à 1 350 euros par an pour les personnes vivants dans les zones rurales ou dans les habitations anciennes mal isolées [14]. Le fioul n’échappe pas à cette tendance avec une augmentation significative de son prix.

Le fioul et les autres énergies[modifier | modifier le code]

À titre de comparaison le fioul domestique se classait en troisième position en France parmi les différentes énergies de chauffage utilisées dans les résidences principales en 2011[15] :

  • 9,82 millions de logements se chauffent au gaz,
  • 8,75 millions de logements se chauffent à l’électricité,
  • 3,75 millions de logements se chauffent au fioul,
  • 3,12 millions de logements se chauffent au bois, au charbon ou à l'aide d'un autre moyen non listé (catégorie "autre" selon l'INSEE),
  • 1,34 million de logements sont chauffés grâce au réseau de chaleur urbain,
  • 0,55 million de logements se chauffent au GPL

Inconvénients[modifier | modifier le code]

Émissions de dioxyde de carbone[modifier | modifier le code]

Comme tout combustible fossile, le fioul domestique émet beaucoup de dioxyde de carbone (CO2) lors de sa combustion. Le fioul domestique émet à la combustion 271 g de CO2 par kWh fourni, ce qui est plus que le gaz naturel (206 g de CO2 par kWh fourni)[16].

Pollution aux particules fines[modifier | modifier le code]

Article connexe : Particules en suspension.

Le fioul est classé dans les ressources énergétiques fossiles et est impliqué dans la pollution de l'air[17]. Sur 4,3 millions de ménages chauffés au fioul domestique, on estime qu'un million ont des chaudières vétustes et polluantes[18].

Émissions annuelles de combustibles usuels

Émissions en France métropolitaine de quelques polluants atmosphériques (% en masse) année 2012
(source CITEPA / format SECTEN – avril 2014)[19]
Participation à la
consommation d'énergie finale
PM2,5 PM1,0 HAP[20]
Bois énergie 5,9 % 45,2 60,8 73,1
Gazole et GNR non disponible 16,0 20,5 17,4
FOD non disponible 1,65 2,28 0,56
Charbon 3,4 % 2,26 2,20 0,00
Gaz naturel et GNV 21 % 0,72 0,99 0,02
Fioul lourd non disponible 0,55 0,53 0,06
  • PM2,5 = particules de taille inférieure à 2,5 micromètres, appelées « particules fines » ;
  • PM1,0 = « particules très fines », de taille inférieure à 1,0 micromètre ;
  • HAP = Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (sous-produits de combustion incomplète, toxiques ou cancérigènes, véhiculés par les particules solides[21]) ;

Dans le domaine des énergies, les émissions de HAP et de particules quelle que soit la granulométrie sont principalement induites « par le bois et le gazole » (CITEPA, rapport SECTEN 2014[19], p. 220).

Émissions de particules fines PM2,5 (% en masse) des combustibles utilisés dans le secteur chauffage résidentiel en Île-de-France.
Contribution à la consommation énergétique
dans ce secteur
PM2,5
Bois 5 % 84 %
Fioul 13 % 13 %
Gaz naturel 80 % < 3 %
Source : Airparif (2011)[22]

Pour des comparaisons d'émissions entre appareils de chauffage domestiques, voir « fioul et pollution aux particules fines dans l'article Fioul ».

Solutions pour éviter ces inconvénients[modifier | modifier le code]

Les solutions permettant d'éviter les émissions de CO2 et de particules fines sont :

On évoque aussi aujourd'hui comme solution possible la cogénération nucléaire, dans le cadre d'un chauffage urbain alimenté par des réseaux de chaleur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Normes et la fiscalité liés au fioul sur FioulMarket.fr. Consulté le 8 août 2012
  2. Arrêté du 15 juillet 2010 relatif aux caractéristiques du fioul domestique
  3. Consommation de produits pétroliers en 2017, INSEE
  4. Rapport d’activité 2017, Agence nationale de l’Habitat (ANAH)
  5. a et b Le chauffage au fioul devient de plus en plus cher, Les Échos, 14 novembre 2018.
  6. La difficile transition énergétique des chaudières au fioul, Les Échos, 14 novembre 2018.
  7. Supprimer le chauffage au fioul, un objectif très difficile à atteindre, Les Échos, 14 novembre 2018.
  8. FF3 « Copie archivée » (version du 6 août 2018 sur l'Internet Archive)
  9. l’INSEE« Copie archivée » (version du 6 août 2018 sur l'Internet Archive)
  10. [PDF] LeFioul.com, lefioul.com, « Copie archivée » (version du 6 août 2018 sur l'Internet Archive)
  11. Poids des taxes dans le prix des produits pétroliers UFIP, 2011
  12. Détermination du prix fioul Fioulmarket.fr, 18 février 2014
  13. Blocage des prix du fioul domestique FioulReduc.com, 25 aout 2012
  14. Étude fioulmarket 2013 - Ifop l’enquête auprès d’un échantillon de 1 000 personnes représentatif de la population
  15. « INSEE - Résidences principales selon le mode de chauffage en 2011 », sur INSEE (consulté le 9 décembre 2014)
  16. Combustibles : énergie et émissions de CO2
  17. Origine des particules respirées en Ile-de-France, consulté le 3 mars 2013.
  18. Doublement de la « prime à la casse » des chaudières fioul, consulté le 3 mars 2013.
  19. a et b [PDF] Rapport SECTEN ; voir la section « Analyse selon les différentes énergies » pour les calculs sur les combustibles ; le charbon y est représenté par les « CMS sauf lignite », sur le site CITEPA - avril 2014.
  20. 4 HAP CEE-NU : benzo(a)pyrène, benzo(b)fluoranthène, benzo(k)fluoranthène, indeno(1,2,3-cd)pyrène, tous cancérogènes confirmés. Voir leur toxicité.
  21. Sources de pollution, (CITEPA).
  22. [PDF] Synthèse particules (septembre 2011), p. 13.

Sources[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]