Finastéride

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Finastéride
Image illustrative de l’article Finastéride
Identification
DCI Finasteride
Nom UICPA N-(1,1-diméthyléthyl)-3-oxo-4-aza-5 alpha-androst-1-ène-17 bêta-carboxamide
No CAS 98319-26-7
Code ATC D11AX10, G04CB01
DrugBank DB01216
PubChem 194453
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C23H36N2O2
Masse molaire[1] 372,5441 ± 0,0219 g/mol
C 74,15 %, H 9,74 %, N 7,52 %, O 8,59 %,
Propriétés physiques
fusion 252-254 °C [2]
Écotoxicologie
LogP 3,03 [2]
Données pharmacocinétiques
Biodisponibilité 80 %
Liaison protéique 93 %
Métabolisme Hépatique
Demi-vie d’élim. 6 à 8 heures
Excrétion

Fécale, rénale

Considérations thérapeutiques
Classe thérapeutique Anti-androgène (inhibiteur de la 5-alpha réductase)
Caractère psychotrope
Autres dénominations

Propecia®, Proscar®


Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le finastéride, plus connu sous les appellations commerciales Propecia ou Proscar, est un médicament anti-androgène synthétique utilisé pour soigner l'hypertrophie bénigne de la prostate, le cancer de la prostate, l'hirsutisme et la calvitie.

C'est un inhibiteur de la 5-α-réductase type II exprimée au niveau du tractus urogenital mâle.

Il inhibe donc sélectivement la transformation de la testostérone en dihydrotestostérone, la forme active ; il est sélectif et épargne le type I préservant donc l'effet de la testostérone sur la libido pour éviter la baisse de désir sexuel[3].

Il posséderait certains effet secondaires handicapants, comme la survenue d'une dépression, d'idées suicidaires ou d'une impuissance sexuelle chez l'homme[4].

Pharmacologie[modifier | modifier le code]

Pharmacocinétique[modifier | modifier le code]

La biodisponibilité du finastéride par prise orale serait d'environ 65 %, et atteint un pic plasmatique en 1 à 2 heures. Après métabolisation hépatique par le cytochrome CYP3A4, il est excrété dans les selles et les urines, avec une demi vie d'élimination de 5 à 6 heures chez le sujet jeune, et de 8h chez les hommes de plus de 70 ans[5].

Pharmacodynamie[modifier | modifier le code]

Le finastéride est un inhibiteur de la 5-α-réductase de type II qui est exprimée au niveau du tractus urogenital mâle. Cette enzyme métabolise la testostérone en sa forme active, l'androstanolone.

Cette inhibition est théoriquement sélective et épargne le type I préservant donc l'effet de la testostérone sur la libido pour éviter la baisse de désir sexuel[3], ce qui est néanmoins relatif en pratique.

Indications et Contre-indications[modifier | modifier le code]

Le finastéride est contre-indiqué pour les femmes. Certaines études indiquent que le médicament n'affecte pas la spermatogénèse[6]. Cependant, certains rapports de patients indiquent qu'il est possible que le finastéride affecte la fécondité (influence sur la quantité, la mobilité et la normalité des spermatozoïdes)[7],[8].

Calvitie[modifier | modifier le code]

Le finasteride est utilisé pour traiter la calvitie masculine (alopécie)[9]. Le traitement diminue la perte de cheveux après le traitement, malgré des effets secondaires parfois graves comme la perte de libido ou la dépression[10],[5], en regard d'une affection bénigne comme l'alopécie.[11] La revue Prescrire alerte les soignants contre une balance bénéfice/risque défavorable[12],[13].

Effets secondaires[modifier | modifier le code]

Le finastéride a pour effets secondaires l'impuissance sexuelle (1,1 à 18,5 %), l'éjaculation anormale (7,2 %), la diminution du volume de l'éjaculat (0,9 à 2,8 %), la modification de la fonction sexuelle (2,5 %), la gynécomastie — le développement excessif des glandes mammaires chez l'homme — (2,2 %), possibilité d'augmentation des enzymes hépatiques, essentiellement les Gamma-GT [14]et des douleurs dans les testicules. D'après la notice de l'emballage, les effets secondaires ont cessé chez les hommes qui ont arrêté le traitement, ainsi que, dans la majorité des cas, chez ceux qui ont continué de prendre le médicament.

Aux États-Unis, en décembre 2010, Merck Sharp & Dohme (fabricant et détenteur du brevet pour le finastéride) a ajouté la dépression comme effet secondaire éventuel du médicament[15]. Il est à noter que des attaques de panique, des pensées obsessionnelles, peuvent survenir même à faible dose ou lors de prise unique du médicament.[réf. nécessaire].
Le finastéride est considéré comme tératogène par le CNRS[16] et l'ANSM[17]. Il peut induire des malformations chez le fœtus mâle et il est d'ailleurs recommandé de reporter la conception au moins 3 mois après la fin de l’exposition paternelle.[18]. La tératogénicité du finastéride est connue et évoquée en particulier en France[19] et aux États-Unis[20].

Possibilité de permanence des effets secondaires sexuels[modifier | modifier le code]

Certains hommes ont rapporté une baisse de la libido et une difficulté à obtenir une érection même après l'arrêt du traitement[21]. En décembre 2008, l'Agence des produits médicaux de Suède, au terme d'une enquête de sécurité, a averti que l'utilisation du finastéride à 1 mg peut causer une dysfonction sexuelle irréversible. L'Agence a forcé le fabricant à modifier, en Suède, la notice d'emballage en mentionnant la difficulté à obtenir une érection, qui persiste indéfiniment, comme un effet secondaire possible du médicament[22]. L'organisme de réglementation de la médecine et de la santé de Grande-Bretagne (MHRA) a indiqué que la difficulté à obtenir une érection qui persiste après l'utilisation du finastéride a été signalée à l'agence par les patients et les médecins[23]. En 2011, Merck, dans la notice d'emballage aux États-Unis, a signalé des cas de difficulté à obtenir une érection qui persiste après l'interruption du traitement[23]. Il existe plusieurs sites web et blogs avec rapports de médecins et de patients qui ont remis en question l'innocuité du finastéride 1 mg[24],[25],[26].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a et b (en) « Finasteride » sur ChemIDplus, consulté le 12 septembre 2009
  3. a et b Jennifer E. J. Jun, Angus Kinkade, Anthony C. H. Tung et Aaron M. Tejani, « 5α-Reductase Inhibitors for Treatment of Benign Prostatic Hyperplasia: A Systematic Review and Meta-Analysis », The Canadian Journal of Hospital Pharmacy, vol. 70, no 2,‎ , p. 113–119 (ISSN 1920-2903, PMID 28487578, PMCID PMC5407420, lire en ligne)
  4. « Finastéride : surveiller le risque de dépression et d’idées suicidaires - Point d'information - ANSM : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé », sur ansm.sante.fr (consulté le 5 avril 2018)
  5. a et b Venkataram Mysore, « Finasteride and sexual side effects », Indian Dermatology Online Journal, vol. 3, no 1,‎ , p. 62–65 (ISSN 2229-5178, PMID 23130269, PMCID PMC3481923, DOI 10.4103/2229-5178.93496, lire en ligne)
  6. (en) Overstreet JW, Fuh VL, Gould J, Howards SS, Lieber MM, Hellstrom W, Shapiro S, Carroll P, Corfman RS, Petrou S, Lewis R, Toth P, Shown T, Roy J, Jarow JP, Bonilla J, Jacobsen CA, Wang DZ, Kaufman KD (1999) « Chronic treatment with finasteride daily does not affect spermatogenesis or semen production in young men » The Journal Of Urology 162: 1295-1300.
  7. Hairlosstalk.com/forum http://www.hairlosstalk.com/interact/viewtopic.php?f=46&t=68136.
  8. https://www.drugs.com www.drugs.com/pro/propecia.html.
  9. « Propecia label »
  10. Stephen E Borst, Joshua F Yarrow, Carmen Fernandez et Christine F Conover, « Cognitive effects of testosterone and finasteride administration in older hypogonadal men », Clinical Interventions in Aging, vol. 9,‎ , p. 1327–1333 (ISSN 1176-9092, PMID 25143719, PMCID PMC4136953, DOI 10.2147/CIA.S61760, lire en ligne)
  11. S Varothai et WF Bergfeld, « Androgenetic alopecia: an evidence-based treatment update. », American journal of clinical dermatology, vol. 15, no 3,‎ , p. 217–30 (PMID 24848508, DOI 10.1007/s40257-014-0077-5).
  12. « N°391 - Mai 2016 » (consulté le 5 avril 2018)
  13. « Finastéride : un médicament sous surveillance », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  14. « Le finastéride : l'agent actif de Propecia | Vitaemed.com », sur www.vitaemed.com (consulté le 23 février 2017).
  15. Circulaire officielle Merck sur propecia http://www.merck.com/product/usa/pi_circulars/p/propecia/propecia_ppi.pdf.
  16. CNRS, Exposition paternelle médicamenteuse : étude descriptive à partir de la base de données nationale, 2014.
  17. ANSM, Groupe de Travail Reproduction, Grossesse et Allaitement, 2015.
  18. Ordre national des pharmaciens, Affaire Mme A et M. A, Décision n° 838-D, 2012.
  19. Légifrance, Arrêté du 12 janvier 2009 fixant les critères de sélection des donneurs de sang, 2009
  20. Stephen E. Wolverton, Comprehensive Dermatologic Drug Therapy, Elsevier Health Sciences, 8 mars 2007.
  21. (en) Traish AM, Hassani J, Guay AT, Zitzmann M, Hansen ML (December 2010) « Adverse Side Effects of 5α-Reductase Inhibitors Therapy: Persistent Diminished Libido and Erectile Dysfunction and Depression in a Subset of Patients » J Sex Med. 8 (3): 872–884 http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1743-6109.2010.02157.x
  22. Agence de produits médicaux (Suède). http://www.lakemedelsverket.se/SPC_PIL/Pdf/humpil/Propecia%201%20mg%20tablet.pdf.
  23. a et b http://www.merck.com/product/usa/pi_circulars/p/propecia/propecia_ppi.pdf
  24. Propeciahelp.
  25. Riscos do Finasterida http://riscosdofinasterida.blogspot.com/.
  26. Propecia side effects http://www.propeciasideeffects.com/.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Compendium suisse des médicaments : spécialités contenant Finastéride