Finance Watch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Finance Watch est une organisation non-gouvernementale européenne qui produit de l’expertise et effectue un travail de plaidoyer dans le domaine de la réglementation financière. Implantée à Bruxelles, elle est active tant au niveau européen qu’auprès des états-membres.

Créée en 2011 sous l’impulsion de députés européens de tous horizons, Finance Watch a pour vocation de contrebalancer le lobby de l’industrie financière[1]. Sa mission officielle est « de renforcer la voix de la société et de la faire peser dans les réformes nécessaires de la réglementation financière. Il s’agit de médiatiser les arguments découlant de l’intérêt général auprès des politiques et des citoyens, et de les mobiliser comme contrepoids aux intérêts privés des lobbies de l’industrie financière[2]. »

Création[modifier | modifier le code]

Finance Watch a été fondée le 30 juillet 2011 à la suite d’une pétition lancée en juin 2010 par 22[3] députés européens, représentant les principales formations politiques (ALDE, PPE, le Groupe des Verts-ALE, GUE/NGL et S&D). Cet appel à agir a été signé par 140 autres élus à travers toute l’Europe. S’en sont ensuivis plusieurs mois de travail de consultation et d’élaboration d’un projet, financés par les députés à l’initiative du projet, qui ont abouti le 30 juillet à l’Assemblée Générale fondatrice de Finance Watch. Ieke Van den Burg, une ancienne députée européenne, a été nommée présidente du Conseil d’Administration et Thierry Philipponnat, ancien banquier et cadre d’Amnesty International France, a été nommé Secrétaire Général.

Activités[modifier | modifier le code]

Le département de la recherche a pour tâche d’analyser en profondeur la réglementation financière et de formuler des recommandations ou des amendements. Le département des relations publiques communique ensuite ces propositions aux décideurs politiques. Parallèlement, il organise des campagnes avec des organisations membres de Finance Watch qui partagent les mêmes points de vue. Le département de la communication, quant à lui, s'occupe de la relation avec le grand public. Parmi les exemples de dossiers sur lesquels Finance Watch est actif, on peut citer les législations en matière de fonds propres (Bâle III-CRD IV), de structure des banques (le rapport Liikanen, la loi bancaire française), de trading à haute fréquence, de spéculation sur les matières premières et alimentaires ou encore la protection des petits investisseurs. Finance Watch met également sur pied des conférences au sujet de la réglementation financière, permettant un débat ouvert entre les differentes parties prenantes sur les enjeux des réformes du secteur.

Structure et financement[modifier | modifier le code]

Finance Watch est une association internationale sans but lucratif (AISBL) de droit belge[4], dont les Membres se répartissent en deux catégories : les personnes privées et les organisations indépendantes. Celles-ci incluent syndicats, organisations non gouvernementales, associations de consommateurs, instituts de recherche et associations d’épargnants individuels. Chaque Membre dispose d’un poids égal lors de l’Assemblée Générale. Le processus d’adhésion requiert l’aval d’un comité de transparence auquel tant les membres privés que les associations doivent prouver leur indépendance vis-à-vis de l’industrie financière. De plus, les Membres individuels doivent apporter la preuve d’une expérience et d’un niveau d’expertise suffisants. Les Membres doivent organiser au moins une Assemblée Générale par an. Pendant le reste de l’année, celle-ci est représentée par le Conseil d’Administration.

Composition du Conseil d’Administration de Finance Watch (mars 2013)[5] :

  • BEUC – Organisation européenne de défense des consommateurs
  • CES – La confédération européenne des syndicats
  • Les Amis de la Terre – Europe
  • UNI – Europe
  • Transparency International – Europe
  • Ieke van den Burg (ancienne députée européenne)
  • Philippe Loumeau (ancien directeur général de la bourse de Montreal)
  • Wolfgang Köhler (écrivain et journaliste allemand, anciennement Die Zeit et Wirtschaftswoche)

Le budget de l’organisation dépend en grande partie du soutien de l’Union Européenne et de plusieurs fondations caritatives : Adessium Foundation, Maecenata Stiftung, la Fondation pour le Progrès de l’Homme ainsi que Novethic, en plus des dons individuels et des frais et contributions des membres.

Principes[modifier | modifier le code]

La mission de Finance Watch est « de renforcer la voix de la société et de la faire peser dans les réformes nécessaires de la réglementation financière. Il s’agit de médiatiser les arguments découlant de l’intérêt général auprès des politiques et des citoyens, et de les mobiliser comme contrepoids aux intérêts privés des lobbies de l’industrie financière. »

Finance Watch agit selon les six principes suivants[6] , extraits de ses statuts :

  1. L’industrie financière – dans sa fonction d’allocation du capital et de fourniture de services financiers aux acteurs économiques - occupe une place centrale dans notre société, à forte dimension d’intérêt général.
  2. Le rôle essentiel du système financier est d’allouer le capital à un usage productif de manière transparente et durable.
  3. L’objet de la finance est de servir l’économie réelle. La situation où l’économie devient subordonnée à la fonction financière doit être rejetée car destructrice des structures économiques et sociales.
  4. La rentabilité constitue à la fois un objectif légitime et une condition nécessaire à la pérennité des institutions financières mais la recherche de cette rentabilité ne doit pas être conduite au détriment de l’intérêt général.
  5. Le transfert du risque de crédit à l’ensemble de la société n’est pas acceptable.
  6. L’objectif général de Finance Watch est une organisation économique de la société où le besoin de l’économie réelle d’accéder au capital et aux services financiers serait satisfait de façon durable, équitable et transparente.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Finance Watch, des banquiers contre la finance ». Der Tagesspiegel (traduction française). 23 février 2012. Accédé le 9 juin 2013.
  2. "Finance Watch". Listing sur FnWG. Accédé le 1 mars 2013.
  3. [ http://www.finance-watch.org/presse/communiques-de-presse/446-signataires?lang=fr/].Site officiel de Finance Watch. Accédé le 7 mars 2013
  4. [ http://www.finance-watch.org/a-propos/ "A propos"]. Site officiel de Finance Watch. Accédé le 7 mars 2013
  5. "Gouvernance et Financement". Site officiel de Finance Watch. Accédé le 7 Mars 2013
  6. [ http://www.finance-watch.org/a-propos/ "A propos"]. Site officiel de Finance Watch. Accédé le 7 mars 2013