Fiménil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fiménil
Fiménil
Le bas du village, en direction de Bruyères.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Intercommunalité Communauté de communes Bruyères - Vallons des Vosges
Maire
Mandat
Lionel Stickeir
2020-2026
Code postal 88600
Code commune 88172
Démographie
Gentilé Fiméniloises, Fiménilois
Population
municipale
227 hab. (2018 en diminution de 2,16 % par rapport à 2013)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 11′ 06″ nord, 6° 42′ 54″ est
Altitude Min. 419 m
Max. 665 m
Superficie 5,13 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Bruyères
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Fiménil
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Fiménil
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fiménil
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fiménil

Fiménil est une commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation dans le département.
Situation géographique de Fiménil.
Légende

Relief vallonné de monts typique des Vosges (ballons). Altitude minimale 419 m (aval de la Vologne) et maximale 665 m (à Steaumont). Aujourd'hui, Fiménil est une petite commune rurale sans agriculteur (élevage) mais habitée d'ouvriers qui travaillent, ou ont travaillé, dans l'industrie textile et l'électroménager (activités depuis lors disparues), dans la papeterie ou l'équipement automobile, d'artisans du bâtiment, de maraîchers, de producteurs de poisson d'agrément et de distillateurs.

Son territoire s'étend sur 5,13 km2 et compte 226 habitants en 2016. Sa densité est de 44,1 hab./km2 et s'érode de nouveau malgré un renouvellement partiel de population dû à l'arrivée de plusieurs jeunes couples et de retraités dans les années 2000.

Fiménil est situé à 25 km au nord-est d'Épinal, préfecture et plus grande ville du département (33 000 hab.). Elle est distante de 29 km de Saint-Dié-des-Vosges (21 700 hab.) et de 23 km de Gérardmer (ville touristique : lac, festival du film fantastique, station de sports d'hiver).

Ce village est très riche en prairies naturelles de fond de vallée. Il dispose de côtes de terres labourables peu profondes et sableuses et, sur ces hauteurs, d'importantes forêts qui en firent sa richesse jusqu'à la tempête de 1999. Ces bois sont riches en sources dont celle de Steaumont qui alimente la commune.

Fiménil est situé en zone de piémont, au pied du massif vosgien (Beauménil, bourg voisin est quant à lui considéré en zone de montagne).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est entourée par les communes de Beauménil à 1 km, Herpelmontkm (direction Gérardmer), Champ-le-Duc à 1 km (connu pour son église), Bruyères à 3 km (3 300 hab.), Laval-sur-Vologne à 2 km (643 hab.), Preykm, Lépanges-sur-Vologne (vers Épinal), La Neuveville-devant-Lépanges à 6 km et Laveline-du-Houx...

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La rivière Vologne est le principal cours d'eau qui traverse la commune de Fiménil. Elle fut naguère très utilisée par l'industrie textile et par les scieries. Elle est aujourd'hui encore utilisée par de petites stations privées de production électrique.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fiménil est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (59,4 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (58,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (59,4 %), prairies (28,7 %), zones agricoles hétérogènes (11,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,2 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, la communauté de Fimesnil, située dans le duché de Lorraine et le bailliage de Bruyères, ne comptait que 15 feux[8].

En 1867, les cultures et industries se distribuaient comme suit :

  • Sur 513 hectares, 163 en terre labourable, 129 en prés, 189 en bois, 2 en jardins, vergers, chènevières, 4 en friches. Les cultures principales sont le blé, l'avoine et la pomme de terre.
  • On y trouve une carrière de grève et une de sable, deux féculeries avec chacune un ouvrier, un moulin avec deux paires de meules et un ouvrier.

Les différents hameaux à cette époque (1867) sont :

  • Blanchamp (42 habitants, 11 maisons) ; Stéomont (67 habitants, 15 maisons) ; Basse-de-la-Combe (34 habitants, 7 maisons) ; Champs-François (41 habitants, 9 maisons) ; Grande-Goutte (9 habitants, 2 maisons) ; Malanrupt (17 habitants, 7 maisons) ; Neuves-Terres (39 habitants, 7 maisons) ; Cavelure (5 habitants) ; Hariopré (5 habitants)[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Jean Second   Instituteur
  2001 ? Hubert Badonnel    
mars 2001 En cours
(au 18 février 2015)
Guy Hinzelin DVG  

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune n'est pas desservie par le gaz naturel dont les tuyaux d'approvisionnement traversent pourtant son territoire afin d'alimenter la papeterie de Laval-sur-Vologne et la ville de Bruyères.

Médias[modifier | modifier le code]

L'ADSL est non dégroupé[Quand ?].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[11].

En 2018, la commune comptait 227 habitants[Note 2], en diminution de 2,16 % par rapport à 2013 (Vosges : −2,43 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
289314324369443461456463460
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
484469448428383338339419417
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
427347372365327297276252201
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013 2018
206204221195244251258232227
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Structure de la population[modifier | modifier le code]

La commune est composée de 94 ménages, dont 38 % couple avec enfants (commune sans école pourtant, fermée depuis une vingtaine d'années), 29 % sans, 25 % de célibataires et 9 % monoparentale.

Composé surtout de retraités (29 %), professions intermédiaires (29 %), d'ouvriers (25 %), artisans...

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le revenu moyen par foyer est de 2 378 € par mois (Région et dép. environ 2 250 €, France 2 519 ), pour un salaire de 1 467 € par mois (région et département environ 1 660 €, France 1 891 €), 47 % des ménages sont imposables sur l'impôt sur le revenu en 2008, pour une somme moyenne de 514 € par ménage imposable.

Le prix moyen de l'immobilier sur la commune est d'environ 1 100 € le mètre carré (en juin 2011) selon l'état (appartement de 960 à 1 290 € et maison de 420 à 1 780 €).

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Nombreux commerces : grandes surfaces alimentaires, bricolages, garages automobiles... dans la ville toute proche de Bruyères (à moins de 5 minutes).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Fiménil est une commune sans église, elle fait partie de la paroisse de Champ-le-Duc.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune est proche du parc naturel régional des Ballons des Vosges dont la limite territoriale n'est éloignée de Fiménil que de 7 km environ.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 20 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 20 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, volume 3, par Jean-Joseph Expilly.
  9. Département des Vosges, Léon Louis et Paul Chevreux, 1889, (réédition Res Universis).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.