Crush fetish

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le terme de crush fetish désigne une attirance sexuelle et une paraphilie dans laquelle un individu est sexuellement attiré par l'écrasement d'objets, de nourriture, ou souvent de petits mammifères (fréquemment les insectes), à l'aide d'une partie du corps, le plus fréquemment des pieds[1].

Définition[modifier | modifier le code]

Le terme de soft crush désigne l'écrasement d'objets inanimés, comme la nourriture, ou de petits invertébrés comme les escargots et arachnides, tandis que le terme de hard crush désigne l'écrasement d'animaux vertébrés plus imposants et plus susceptibles à la douleur comme les reptiles, les oiseaux et les mammifères[2],[3]. L'écrasement peut s'effectuer pieds nus ou avec le port de hauts talons ou de tongs, selon les préférences du fétichiste concerné. Les fétichistes adeptes du soft crush préfèrent généralement se différencier de ceux adeptes du hard crush, ces derniers donnant une mauvaise image de la communauté[4].

Il n'existe actuellement aucune loi connue concernant le crush fetish, mais la production ou l'échange de vidéos impliquant l'écrasement d'animaux vertébrés est fermement condamnée par les activistes des droits des animaux et illégale dans la plupart des pays comme les États-Unis et la Grande-Bretagne[5]. Aux États-Unis, la vente de vidéos hard crush est illégale depuis 2010[6] et la plupart des autres pays les ont tout simplement bannies[7].

Crush films[modifier | modifier le code]

Les crush films sont des vidéos dans lesquelles des animaux sont piétinés[8],[9],[10]. Jeff Vilencia est l'un des réalisateurs les mieux connus en matière de crush films, comme en témoigne son film Smush![11]. Vilencia, comme pour de nombreux autres fétichistes, éprouve l'attirance sexuelle de voir des animaux invertébrés être écrasés depuis sa jeunesse ; il explique que lorsqu'il était âgé de 2 à 3 ans, il tentait de se faire sciemment écraser par d'autres personnes[12].

La légalité des crush films varie selon les pays ; la distribution de telles vidéos s'effectue généralement sur Internet, et est souvent difficile à filtrer. Il n'existe aucune loi connue interdisant l'écrasement ou le piétinement d'êtres vivants invertébrés. Néanmoins, la production ou l'échange de vidéos impliquant des vertébrés est prohibées et illégale dans des pays comme les États-Unis[13].

Démêlés judiciaires[modifier | modifier le code]

Plusieurs cas de crush fetish impliquant des animaux vertébrés (hard crush) ont été identifiés dans le monde et devant les tribunaux.

Aux Philippines, Dorma et Vicente Ridon, un couple âgé de 54 ans, sont condamnés devant la justice pour trafic d'êtres humains, cruauté envers les animaux, pédopornographie et violation de la protection des animaux sauvages[14].

Le 8 septembre 2015, une jeune femme de 24 ans originaire de Houston plaide coupable dans le cas d'une affaire de vidéos impliquant des animaux[15],[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) G.A. Pearson., « Crush Fetishists » [PDF], Digest Cultural Entomology,‎ (consulté le 25 mars 2015).
  2. (en) Dr. Mark Griffiths, « A Beginner's Guide To Crush Fetishism »,‎ (consulté le 25 mars 2015).
  3. (en) « Crush Fetish Films Involve Animal Torture », sur animal-welfare-volunteering.knoji.com (consulté le 2 janvier 2016).
  4. (en) Thoswal, « Hear A Crush Fetishist Out »,‎ (consulté le 25 mars 2015).
  5. (en) « Crush Films », sur ehrfurcht.com (consulté le 25 mars 2015).
  6. (en) « H.R. 5566: Animal Crush Video Prohibition Act of 2010 », sur govtrack.us (consulté le 25 mars 2015).
  7. (en) Margo DeMello, Feet and Footwear: A Cultural Encyclopedia, Greenwood, (lire en ligne).
  8. (en) « Third Circuit Rejects Proposed New Depiction of Animal Cruelty First Amendment Exception », sur The Volokh Conspiracy,‎ (consulté le 25 mars 2015).
  9. (en) A. S. Hamrah, « A Better Mousetrap », sur hermenaut.com,‎ (consulté le 25 mars 2015).
  10. (en) G.A. Pearson, « Insects as Sexual Fetish Objects », Digest Cultural Entomology,‎
  11. (en) « Smush », sur IMDB (consulté le 4 juin 2009).
  12. (en) Lex Appeal, « Animal Cruelty, Crush Videos and the First Amendment » (consulté le 25 mars 2015).
  13. (en) Hearing before the subcommittee on crime, of the committee on the judiciary (United States) House of Representatives. Punishing Depictions of Animal Cruelty and the Federal Prisoner Health Care Co-Payment Act of 1999.
  14. (en) « Filipino couple jailed for life for making 'crush' fetish videos where animals are slaughtered for sexual kicks… but who is Australian mastermind behind vile tapes? », sur DailyMail,‎ (consulté le 2 janvier 2015).
  15. (en) « Houston woman convicted of making 'animal crush' fetish porn videos », sur The Guardian,‎ (consulté le 2 janvier 2015).
  16. (en) « Houston woman convicted of producing and distributing animal crush videos », sur fbi.gov (consulté le 2 janvier 2015).

Lien externe[modifier | modifier le code]