Fiherenana (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fiherenana
Illustration
le Fiherenana au nord de l'Onilahy
Carte.
Caractéristiques
Longueur 200 km
Bassin 7 500 km2
Débit moyen 35,4 m3/sMahaboboka)
Cours
Source dans les grès de l'Isalo
· Altitude 1 100 m
· Coordonnées 22° 42′ 32″ S, 44° 54′ 42″ E
Embouchure Canal de Mozambique
· Localisation proche de Tuléar
· Altitude m
· Coordonnées 23° 18′ 35″ S, 43° 37′ 50″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de Madagascar Madagascar
Régions traversées Atsimo-Andrefana
Principales localités Tuléar, Sakaraha

Sources : en.wiki, Google Maps

Le Fiherenana (Fiherena en langue locale) est un fleuve du versant occidental de Madagascar dans la région Atsimo-Andrefana. Il se jette dans le Canal de Mozambique en formant un delta assez instable en dépit d'une digue de protection contre les inondations. C'est dans ce delta que se situe la ville de Tuléar. Son nom signifierait littéralement : « où l’on revient toujours au point de départ »[1].

Données physiques[modifier | modifier le code]

D'environ 200 km de longueur[2], le Fiherenana prend source dans la région à substrat gréseux de l'Isalo vers 1 100 m d'altitude[2]. Cela explique un alluvionnement très sablonneux à l'aval.

Le bassin versant[modifier | modifier le code]

Le bassin versant couvre environ 7 500 km2 et le module brut ou débit moyen à Mahaboboka est de 35,4 m3/s[3]. En aval, l'écoulement des eaux fluviales est intermittent. Seules les crues permettent aux eaux d'atteindre la mer. On note cependant la présence d'un inféroflux sous les sables alluviaux à l'aval. Le bassin versant du Fiherenana est encadré au nord par celui du Mangoky (55 750 km2) et au sud par celui de l'Onilahy (32 000 km2[2]).

Le fleuve Fiherenana à Miary en aval du canyon

Les affluents[modifier | modifier le code]

Les plus importants affluents se trouvent sur la rive droite. Il s'agit de l'Ilova et du Manandana.

Données humaines[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

On donne le nom de Fiherenana ou Fiherena (mais aussi Firingue, Fiherigna, Féhéringue) à un royaume éponyme centré sur ce fleuve[1]. On parle aussi de royaume masikoro. On doit son existence à la dynastie royale des Andrevola qui le créa entre Onilahy et Mangoky au début du XVIIe siècle ; il resta en place jusqu'à la fin du XIXe siècle[4]. Au XVIIIe siècle, les Bara repoussèrent les Masikoro du Moyen Ouest vers l’Ouest. Le royaume éclata alors en quatre. Le dernier roi fut Tompoemana ; il résidait à Manombo[5].

La population et ses activités[modifier | modifier le code]

La partie amont du bassin du Fiherenana, couverte de savane, de steppe tropicale de forêt sclérophylle (parc national de l'Isalo) et de forêts sèches (forêt du parc national de Zombitse-Vohibasia) est peu peuplée, à l'exception du noyau urbain de Sakaraha. Les agro-pasteurs bara y pratiquent l'élevage bovin dans un contexte d'insécurité marqué par des vols de bétail. En aval, le fleuve incise le causse autrefois couvert de fourré xérophile en un spectaculaire canyon. A l'embouchure sur le Canal de Mozambique s'étend un delta de 7 000 ha, assez mal mis en valeur en dépit de la présence de la capitale régionale, Toliara. Grâce à un système d'irrigation reposant sur le canal de dérivation de Miary mis en place en 1904 par l'administration coloniale, on pratique divers cultures comme celle du coton qui atteint son apogée dans les années 80[1].

Les pirogues sont interdites sur le fleuve du fait d'un interdit traditionnel (fady) [6].

Le delta du Fiherenana à Belalanda en vue aérienne

Dicton[modifier | modifier le code]

« Fiherenana ro maha Toliara » : le Fiherenana a fait Tuléar.

Carte du delta du Fiherenana

Voir aussi[modifier | modifier le code]

wikilien alternatif2

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Jean-Michel Lebigre et Francis Veriza, Petite encyclopédie du Grand Sud de Madagascar, Presses Universitaires de Bordeaux & LGPA-Editions, Coll. A la Croisée des Sciences, , p. 84
  2. a b et c « Essai d'analyse écogéographique de la végétation sectorielle du Fiherenana », sur www.memoireonline.com (consulté le 10 juillet 2015)
  3. Pierre Chaperon, J. Danloux, L. Ferry, Fleuves et rivières de Madagascar, Paris, IRD : Mémoires, , 874 p. (ISBN 2-7099-1126-4)
  4. Jeanne Dina, « Le Fiherena pendant le protectorat français », Talily, 1/1995,‎ , p. 29-42
  5. Esoavelomandroso Manassé, « La région du Fiheregna à la veille de la conquête française », Omaly sy Anio 13-14,‎ , p. 177-186
  6. La vallée du Fiherenana