Fignières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fignières
Fignières
Porche patrimonial.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Montdidier
Canton Roye
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Roye
Maire
Mandat
Martine Tellier
2014-2020
Code postal 80500
Code commune 80311
Démographie
Population
municipale
153 hab. (2015 en augmentation de 7,75 % par rapport à 2010)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 41′ 05″ nord, 2° 35′ 17″ est
Altitude Min. 69 m
Max. 112 m
Superficie 6,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Fignières

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Fignières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fignières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fignières

Fignières est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisations[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Boussicourt Davenescourt Becquigny Rose des vents
Gratibus N
O    Fignières    E
S
Courtemanche Montdidier Ételfay

Sol, sous-sol, hydrographie, relief[modifier | modifier le code]

Le sous sol calcaire du village appartient aux formations crétacée et tertiaire.

Le territoire présente, au sud, un sol composé du limon des plateaux, tandis que dans le village la terre à silex domine. Au nord, la craie affleure alors que vers Davenescourt, l'argile est présente.

Une importante nappe alimente les puits du village. Elle se trouve à une profondeur de 56 mètres.

Le relief est très peu prononcé : un bas plateau est entaillé de deux vallons qui se rejoignent au nord du Bois de la ville. Une pente calcaire très raide borde le plateau[1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Feneriœ est relevé en 1146, Fresnerie en 1184, Fenières en 1301, Feignières, Fresnières. Ces appellations renvoient au foin ou peut-être au fenouil[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des armes en pierre et des monnaies gallo-romaines, trouvées sur le territoire, attestent d'une présence humaine dès l'Antiquité[1].

Du XIVe siècle à la Révolution, les seigneuries de Fignières et Boussicourt ne faisaient qu'une, alliée à la famille de Clermont-Tonnerre[1].

En 1653, le village est brûlé par les Impériaux. Les villageois se réfugient dans des souterrains, reliés à deux puits de Fignières, encore visibles à la fin du XIXe siècle[1].

Pendant la Révolution, le château fut brûlé et les terres vendues comme biens nationaux[1].

En 1814 et 1815, les Cosaques occupèrent la localité[1].

En 1870, les Fignièrois eurent la visite des Prussiens et subirent leurs réquisitions[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montdidier du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Montdidier[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au canton de Roye.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du canton de Montdidier, créée fin 2000 et qui succéédait au SIVOM du Canton de Montdidier datant de 1967.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du , qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, celle-ci fusionne avec sa voisine pour former le la communauté de communes du Grand Roye dont est désormais membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977 2007 André Gellynck[3]   Agriculteur
mars 2008[4] mars 2014 Patrick Gellynck    
mars 2014[5] en cours
(au 14 novembre 2017)
Martine Tellier   Secrétaire de mairie d'autres communes

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2015, la commune comptait 153 habitants[Note 1], en augmentation de 7,75 % par rapport à 2010 (Somme : +0,2 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
261240266284295275258262264
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
242236231224203193189189188
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
152147154121179148170135119
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
106114130153126124141147153
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-de-l'Assomption.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Abbé Charpentier, curé local, poète. Ses odes et fables sont publiées au Mercure de France (1739, 1740, 1741). Les registres paroissiaux contenant ses écrits sont conservés dans les archives communales[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i Notice géographique et historique réalisée par l'instituteur, M. Bettefort, 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens.
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. « Un anniversaire de mariage : 70 ans d’amour pour André et Marguerite Ce couple emblématique s’est marié le 6 octobre 1948 à Fignières. Il célébrait le dimanche 7 octobre ses notes de platine. Le mari a été maire du village de 1977 à 2007 », Le Bonhomme picard, édition Montdidier-Roye, no 3519,‎ , p. 8 « En plus de la ferme, André Gellynck est élu conseiller municipal à Fignières en 1953, il deviendra maire en 1977, fonction qu’il va assurer jusque 2007 soit 54 ans au service des administrés ».
  4. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 30 août 2008)
  5. François Évrard, « Martine Tellier, maire de Fignières : « Être secrétaire de mairie, c’est un plus » : Martine Tellier est maire de Fignières mais aussi en charge de l’administratif de deux villages voisins », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne) « Bien installée dans son rôle de maire, Martine Tellier, élue en 2014, s’appuie sur une vingtaine d’années de secrétariat de mairie (...) En 2014, Martine Tellier, dans un climat villageois assez tendu depuis quelques années, prend la suite de Patrick Gellinck et de toute son équipe qui ne souhaite pas se représenter. « Toute la liste a été élue au premier tour ».
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :