Fiat G.49

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fiat G.49
{{#if:
Image illustrative de l'article Fiat G.49

Constructeur Drapeau : Italie Fiat Aviazione
Premier vol Septembre 1952
Nombre construits 3
Équipage
2
Motorisation
Moteur Pratt & Whitney R-1340-S3H1 Wasp 9-cylindre en étoile
Nombre 1
Puissance unitaire 610 ch
Dimensions
Envergure 13 m
Longueur 9 50 m
Hauteur 2 65 m
Masses
À vide 2 240 kg
Maximale 2 860 kg
Performances
Vitesse maximale 370 km/h
Plafond 6 800 m
Rayon d'action 1 900 km

Le Fiat G.49 était un avion d'entrainement biplace italien, conçu par Giuseppe Gabrielli et construit par Fiat Aviazione.

Conception et développement[modifier | modifier le code]

Le G.49 fut conçu par Gabrielli en remplacement de l'avion d'entrainement avancé américain North American T-6 datant de la second Guerre Mondiale. Il fit son premier vol en septembre 1952. Le G.49 est un avion monoplan à aile basse cantilever, entièrement métallique, avec un train d'atterrissage rétractable classique. Il avait un cockpit pour l'élève et l'instructeur en tandem fermé par une verrière. Deux variantes furent construites avec différents moteurs.

Histoire opérationnelle[modifier | modifier le code]

L'avion ne fut ni commandé, ni exporté et seul un petit nombre fut opéré par l'Aeronautica Militare.

Variantes[modifier | modifier le code]

G. 49-1
Variante propulsée par un moteur en étoile Alvis Leonides 502/4 Mk 24 de 550 ch avec une hélice bipale.[1]
G. 49-2
Variante propulsée par un moteur en étoile Pratt & Whitney R-1340-S3H1 Wasp de 610 ch.
G. 49-3
Variante propulsée par un moteur en étoile I.Ae. 19R El Indio de 625 ch.

Opérateurs[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Italie Italie

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) Leonard Bridgman, Jane's all the World's Aircraft 1955-56, London, Jane's all the World's Aircraft Publishing Co. Ltd.,

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'Encyclopédie Illustrée de l'Avion (Partie du Travail 1982-1985), 1985, Orbis Édition, Page 1798