Festival international de street painting de Toulon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Festival international de street painting de Toulon
Genre Peinture de rue
Lieu Toulon Drapeau de la France France
Période Mai
Date de création 2010
Fondateurs Joëlle Tabournel
Statut juridique Association loi 1901
Organisateurs Compagnie HO
Site web festival-streetpaintingtoulon.jimdo.com

Le Festival international de street painting de Toulon est un festival consacré à la peinture sur sol. Créé en 2010, le festival organise chaque année un concours de dessin afin de favoriser l'émergence de nouveaux talents tout en participant à leur visibilité et leur notoriété sur la scène artistique internationale. Actuellement, c'est le seul festival de street painting de France[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Créée par la compagnie toulonnaise HO, la première édition du Festival international de street painting de Toulon se déroule le week-end du 29 et 30 mai 2010 sur la Place d'Armes à Toulon. Cette manifestation rejoint celle du Sarasota chalk festival aux États-Unis, le Grazie di curtatone en Italie, le James carling pavement art competition en Grande-Bretagne, le Colors of valkenburgle aux Pays-Bas, et le Bella via au Mexique. Malheureusement cette première édition tourne court, les peintures de la place d'Armes ayant été effacées par erreur par les services de propreté de la ville de Toulon[2]. L'année suivante, un partenariat franco-mexicain initié par la directrice du Festival Bella Via, Rosy Loyola, est mis en place avec la compagnie toulonnaise afin de conforter les deux événements et soutenir les artistes. Plusieurs artistes-peintres mexicains se produisent ainsi sur la scène artistique de Toulon, afin de mettre lumière la culture mexicaine auprès du public français. En très peu de temps le festival devient le rendez-vous incontournable du paysage artistique toulonnais, ayant accueilli près de 15 000 personnes de 2010 à 2014 [3]. En 2013, la Compagnie HO qui gère le festival intègre la Federazione Internazionale Eventi Madonnari (FIEM), regroupant quatre festivals français, italiens et mexicain puis devient en 2015 partenaire avec les festivals allemands de Tilia Art et Blumberg initié par Fredda Art.

Le concours[modifier | modifier le code]

Qualification[modifier | modifier le code]

Le concours est gratuit et ouvert à toute personne âgée de 16 ans minimum, sans distinction de nationalité ou de profession. Les délais d’inscription se font jusqu’à dix jours avant l’événement.

Prix[modifier | modifier le code]

Le concours est doté de deux prix dans les deux catégories de dessin : dessin libre réservé aux participants français et spécial international réservé aux participants étrangers, un troisième prix est désigné par le vote du public. Le prix de la catégorie dessin libre permet au lauréat de bénéficier d'une invitation au Festival Bella Via au Mexique et au Festival Blumberger en Allemagne. Le prix de la catégorie du spécial international permet au lauréat de bénéficier d'un chèque de 300 euros. Le second de la catégorie dessin libre et spécial international remportent du matériel de dessin offert par Charlemagne Beaux Arts. Le prix vote du public permet au lauréat de remporter des cadeaux offerts par les Galeries Lafayette de Toulon.

Année Thématique Dessin libre Spécial international Vote du public
2016 Mer et innovation Drapeau : France Anne Dujarrier et Chesfear Drapeau : Mexique Joël Santoyo Drapeau : Japon Saïto Tomoteru
2015 Contes et légendes Drapeau : France Edith Donc Drapeau : Italie Valentina Storzini Drapeau : France Jamila Hamaïda et Michèle Francisci
2014 Le sport Drapeau : France Michèle Francisci et Damien Quémar Drapeau : Italie Vito Mercurio Drapeau : Italie Ketty Grossi
2013 - Drapeau : France Jamila Hamaïda ? ?
2012 - Drapeau : France Roger Boubenec Drapeau : Italie Vera Bugatti ?
2011 - Drapeau : France Jean-Marc Navello ? ?
2010 - ? ? ?

Autour du Festival[modifier | modifier le code]

Rencontres et débats[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. G. DE SAINT VULFRAN, « [#Street painting] #Toulon : « Cet art de l’éphémère » », sur La Marseillaise, (consulté le 10 février 2016)
  2. André Dupeyroux, « Les peintures de la place d'Armes effacées par erreur ! », sur Var Matin, (consulté le 11 février 2016)
  3. Amassei, « #Toulon : street painting... d’un trait sur la place d’Armes », sur La Marseillaise, (consulté le 11 février 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]