Festival Photo La Gacilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Festival Photo La Gacilly
Image illustrative de l’article Festival Photo La Gacilly
Type Photographie
Pays Drapeau de la France France
Localisation La Gacilly
Coordonnées 47° 45′ 43″ nord, 2° 07′ 47″ ouest
Date de la première édition 2004
Fréquentation 385 000 visiteurs
Prix d'entrée Gratuit
Organisateur(s) Association Festival Photo La Gacilly
Site web festivalphoto-lagacilly.com

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Festival Photo La Gacilly

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

(Voir situation sur carte : Morbihan)
Festival Photo La Gacilly

Le Festival Photo La Gacilly est un festival de photographie qui se déroule annuellement de début juin à fin septembre à La Gacilly, commune du Morbihan en Région Bretagne[1]. Fondé en 2003, il a lieu en plein air et son accès est gratuit. Les œuvres de photographes internationaux viennent parer les murs des habitations, des venelles et des jardins de La Gacilly. Chaque année, une zone géographique et une thématique sont mises en lumière.

Description du festival[modifier | modifier le code]

Le festival se déroule en majeure partie en plein air et les lieux d’exposition sont alors accessibles 24 heures sur 24. Les visiteurs en bénéficient en se promenant dans le village, où les murs et les pignons se transforment en supports de photographies, ainsi que dans les petits bois, jardins ou marais à proximité du village, le long de l'Aff. Tous ces lieux deviennent des galeries d'expositions[1],[2]. Le choix des organisateurs est de permettre un accès sans barrière aux œuvres[3]. Pour autant, les photos sont mises en valeur par l'usage de grands formats, les tirages sont conçus pour résister aux aléas climatiques et nettoyés régulièrement[4],[5]. Quelques salles couvertes abritent aussi des expositions.

Thèmes des manifestations[modifier | modifier le code]

Chaque année, un thème est retenu et un pays est mis à l'honneur[1],[2]. Les photographes associés ainsi à la manifestation sont de diverses nationalités.

L'intitulé complet du festival, Peuples et Nature, donne des indications sur les intentions de ses fondateurs[1]. Dans l'esprit de Jacques Rocher, maire de la commune et fils de l'entrepreneur Yves Rocher, il s'agit de répondre à une passion pour la photographie en adoptant un angle humaniste et écologiste : « Il y a quelque chose de profondément sage et bienveillant dans le propos, entre le sérieux des soirées Connaissance du Monde de jadis et le feu sacré pour la planète Terre » commente une journaliste du Figaro[6],[3].   Les thèmes retenus annuellement s'inscrivent depuis l'origine du festival en cohérence avec cet intitulé générique : Japon et océans en 2016, Nourrir la planète, le défi majeur du XXIe siècle en 2015, etc[7],[5]. La programmation associe des photographes issus du monde de l'art, d’autres du photojournalisme[8], des photographes reconnus, tels les français Robert DoisneauYann Arthus-Bertrand ou Frank Horvat, le brésilien Sebastião Salgado, l’américain Edward Curtis et d’autres moins célèbres[9],[3],[6].

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Entrée du bourg, après le pont sur l'Aff en août 2016 : photographies japonaises en grand format

La période d'exposition couvre quatre mois, de début juin à fin septembre, après avoir été initialement concentrée sur les mois de juillet et août. Depuis la 10e édition, en 2013, le nombre de visiteurs, chaque année, est estimé entre 280 000 et 350 000[10],[11],[12]. Sur les seuls mois de juillet et août 2016, l'augmentation de visiteurs est évaluée à plus 50 % par rapport à 2015[12]. Cette fréquentation peut être mise en perspective avec le nombre d'habitants de la commune, environ 2 200, mais aussi de la fréquentation d'un autre festival (payant), particulièrement connu dans le monde de la photographie, les Rencontres d'Arles, qui sur deux mois et demi attirent environ 125 000 spectateurs.

Selon une étude effectuée en 2012, la moitié des visiteurs environ viennent de Bretagne, un tiers d'autres régions françaises et le reste de l'étranger[3].

L'impact économique du festival est intéressant pour le territoire. « On est ravis : la culture est créatrice d'économie. Sur la commune, grâce au festival, on voit des créations d'emplois. Rien que dans les restaurants, ça représente plusieurs dizaines d'emplois saisonniers. Et ça dure quand même quatre mois », met en avant le président du festival[12].

Événements[modifier | modifier le code]

Collégiens du Morbihan

Les collégiens du département sont invités à participer au Festival Photo grâce aux partenariats du ministère de l’Éducation nationale et du conseil général du Morbihan. Le travail réalisé par les élèves est intégré à la programmation officielle du Festival Photo La Gacilly. En 2016, 16 collèges publics et privés du département ont été sélectionnés pour participer à cette édition soit plus de 350 élèves investis dans ce projet[13].

Photographie émergente

Le Festival Photo La Gacilly effectue chaque année un appel à participation afin de soutenir la photographie émergente. Les photographes sélectionnés ont l'opportunité d'exposer une sélection de leurs photographies au sein du festival dans une galerie dédiée à la photographie émergente.

Collectif Image Sans Frontière

ISF[14], association internationale de photographes, fait chaque année appel à ses membres pour illustrer le thème de l'édition.

Concours photo

Pour la deuxième année en 2016, le site Fans de Bretagne et Bretagne Magazine se sont associés au Festival Photo La Gacilly pour un concours photo ouvert à tous sur le thème « Bretagne Océans »[15].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Rédaction du Fig. 2012.
  2. a et b Luc Desbenoit 2016.
  3. a, b, c et d Gilles Renault 2013.
  4. Gilles Renault 2015.
  5. a et b Clémentine Gallot 2016.
  6. a et b Valérie Duponchelle 2013.
  7. Cyril Bonnet 2015.
  8. Brigitte Patient 2016.
  9. Gilles Renault 2012.
  10. Isabelle Duriez 2015.
  11. Julie Lastérade 2015.
  12. a, b et c AFP 2016.
  13. « http://leoffdescollegiens.morbihan.fr »,
  14. « Photos des photographes ISF », sur www.image-sans-frontiere.com (consulté le 13 janvier 2017)
  15. « Bretagne Magazine. Un nouveau concours photo », Le télégramme,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Classement par date de parution.

  • Gilles Renault , « La Gacilly à flore de peau », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Gilles Renault , « La Gacilly, berceau de la photosynthèse », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Rédaction du Fig., « Succès confirmé pour l'édition 2012 du Festival Photo La Gacilly », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  • Gilles Renault, « La Gacilly cultive ses images », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Valérie Duponchelle, « À La Gacilly, la photographie, reine en son jardin », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  • Cyril Bonnet, « "Nourrir la planète" : 20 superbes photos du Festival La Gacilly », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  • Julie Lastérade, « Le festival photo de La Gacilly en Bretagne concurrence ceux d'Arles et Perpignan », Grazia,‎ (lire en ligne).
  • Isabelle Duriez, « On pointe nos objectifs sur le festival photo « La Gacilly » », Elle,‎ (lire en ligne).
  • Gilles Renault, « Clichés bucoliques à La Gacilly », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Pascale Brites, « Festival de la Gacilly 2016 : le Japon et les océans en Bretagne », Focus Numérique,‎ (lire en ligne).
  • Laurent Filippi, « Japon et océans à l’honneur du festival Photo La Gacilly 2016 », Géopolis,‎ (lire en ligne).
  • Brigitte Patient, « La photographie japonaise au Festival  La Gacilly », France Inter,‎ (lire en ligne).
  • Luc Desbenoit, « À La Gacilly, la photo, c’est tout naturel », Télérama,‎ (lire en ligne).
  • Clémentine Gallot , « La photo sur un air militant à La Gacilly », Libération,‎ (lire en ligne)
  • AFP, « Festival photo à La Gacilly: avec le Japon, les océans, la culture, "créatrice d'économie" », Le Point,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]