Ferruccio Lamborghini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ferruccio Lamborghini
Description de l'image Ferruccio Lamborghini.jpg.
Naissance
Renazzo de Cento - Italie
Décès (à 76 ans)
Pérouse - Italie
Nationalité Flag of Italy.svg Italie
Profession
Distinctions

Ferruccio Lamborghini, né le à Renazzo de Cento, et mort le à Pérouse, est un industriel italien, fondateur en 1963 de la marque de voitures de sport et de compétition Lamborghini.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Ferruccio Lamborghini naît le à Renazzo de Cento dans la province de Ferrare en Italie, à 30 km de Modène, ses parents sont des agriculteurs aisés. Passionné de mécanique, il suit des études à l'Institut de technologie de Bologne dont il sort diplômé en 1939.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Il est mobilisé dans l’armée de l’air italienne durant la Seconde Guerre mondiale, puis fait prisonnier par les Anglais sur l’île de Rhodes où il devient mécanicien manutentionnaire du parc d'automobiles et d'avions de l'ile.

Fondation de Lamborghini Trattori et Lamborghini Bruciatori[modifier | modifier le code]

Le logo de Lamborghini, inchangé depuis la fondation de l'entreprise en 1963.

À la fin de la guerre, fort de son expérience acquise en mécanique, il ouvre un petit garage dans sa ville natale de Renazzo de Cento et achète des véhicules militaires réformés à l'abandon pour les transformer en tracteurs agricoles, secteur alors en plein développement, et fait fortune en moins de dix ans en fondant la société Lamborghini Trattori (« Tracteurs Lamborghini »). Il devient le troisième industriel fabricant de tracteurs en Italie derrière Fiat et Ferguson.

Le 2 mai 1948, Ferruccio Lamborghini met fin à sa carrière naissante de préparateur/pilote de course aux Mille Miglia de Brescia après un accident avec sa Fiat 500 Topolino.

Il veut alors se diversifier et entreprend l'étude d’un hélicoptère qui ne sera pas homologué par l’administration, et de brûleurs à mazout commercialisés sous la marque Lamborghini Bruciatori (« Brûleurs Lamborghini »). Il double sa fortune et obtient un Mercurio d’oro (en), l'une des plus hautes distinctions civiles italiennes, qui donne droit au titre honorifique de « Commendatore ». Il assouvit alors sa passion pour les voitures de sport de prestige avec des Alfa Romeo et Lancia, une Mercedes 300 SL, une Jaguar Type E, deux Maserati et plusieurs Ferrari[1].

Alors que ses Ferrari connaissent des problèmes récurrents d'embrayage, il n’hésite pas lors d'un rendez-vous à critiquer amèrement son illustre voisin de Maranello, Enzo Ferrari, lequel le méprise alors ouvertement et souverainement : « Lamborghini, vous êtes peut-être capable de conduire un tracteur, mais vous ne saurez jamais conduire une Ferrari convenablement[1]. » Piqué au vif, Ferruccio Lamborghini décide alors de défier Ferrari en construisant sa propre voiture de Grand Tourisme à moteur V12. Enzo Ferrari ne lui adressera plus jamais la parole[1].

Fondation de Lamborghini[modifier | modifier le code]

Première Lamborghini 350 GT de 1964

Le , il fonde « l’Automobili Ferruccio Lamborghini » à Sant’Agata dans la banlieue de Modène et installe ce qui constitue alors l'une des usines les plus modernes d'Europe. Il embauche Giotto Bizzarrini, concepteur de moteur sur la légendaire Ferrari 250 GTO, et Gian Paolo Dallara, jeune ingénieur de chez Maserati, pour le châssis. Il adopte le taureau de combat comme logotype - c'est une référence à son signe zodiacal et non pas à une éventuelle passion pour la corrida - et donne des noms issus de taureaux ou races de taureaux prestigieuses élevées en Espagne à la plupart de ses modèles successifs : Miura, Islero, Urraco, Gallardo (it), etc..

En 1964, il lance la Lamborghini 350 GT, appliquant les solutions techniques les plus audacieuses, les plus sophistiquées et les plus coûteuses, avec un moteur V12 de 3,5 litres, quatre arbres à cames en tête, six carburateurs Weber, développant 280 ch pour une vitesse maximale de 250 km/h. En 1965, il est en concurrence directe avec Ferrari, qui est très supérieure à ses rivales d'alors, sans succès commercial cependant pour cette nouvelle marque inconnue.

Lamborghini Miura[modifier | modifier le code]

En 1966, Ferruccio Lamborghini accède à la célébrité du jour au lendemain chez les constructeurs de prestige avec la Lamborghini Miura conçue par Bertone, un modèle révolutionnaire : moteur arrière V12 transversal, 350 ch, 290 km/h (alors la voiture la plus rapide du monde), et avec la Lamborghini 400 GT 2+2, voiture 4-places dotée d'un moteur de 4 litres permettant une vitesse maximale de 280 km/h.

En 1968, Lamborghini sort la Lamborghini Espada : 12 cylindres et 325 ch, la Lamborghini Islero, puis les Lamborghini Jarama et Lamborghini Urraco en 1970.

Lamborghini Countach[modifier | modifier le code]

En 1971, Ferruccio Lamborghini entre dans la légende en présentant le prototype de la Lamborghini Countach au salon international de l'automobile de Genève (fabriquée à partir de 1974).

La crise pétrolière de 1973 met l'entreprise en difficulté financière et Ferruccio Lamborghini vend ses parts de sociétés de tracteurs, de brûleurs et de voitures à Georges-Henri Rossetti et René Leimer. Il prend définitivement sa retraite à Castiglione del Lago près de Pérouse où il se consacre à son vignoble. La marque sombre alors dans le chaos pour finir sous contrôle administratif en 1978.

Disparition[modifier | modifier le code]

Le 20 février 1993, il meurt terrassé par une crise cardiaque à l'âge de 76 ans à l’hôpital de Pérouse. Son cortège funèbre est assuré à sa demande par une charrette tirée par un des tracteurs qui ont fait sa fortune.

Succession[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Interview with Ferruccio Lamborghini - Thoroughbred & Classic Cars, janvier 1991

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

.