Ferrovipathe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pour l'œuvre Trainspotting, voir les pages consacrées au roman et au film.
Trainspotter renvoie ici, pour le groupe de musique voir Trainspotters
Ferrovipathes en bord de voie
Photographes ferroviaires devant un train à vapeur en France.

Le terme de ferrovipathe (en anglais britannique, « trainspotter » ; en anglais américain, « railfan ») désigne un passionné du monde ferroviaire et des trains, qu'il soient à « taille réelle » ou en miniature[1].

Le ferrovipathe se consacre à un ou plusieurs domaines : observation, relevés de compositions et photographie de trains ; gestion du patrimoine ferroviaire : travail historique et archivage, restauration de trains anciens (notamment de locomotives à vapeur), collection de trains ou de pièces ferroviaires ; modélisme ferroviaire...

Appellations et étymologie[modifier | modifier le code]

Ferrovipathes à Taïwan

Le terme de « ferrovipathe » est un néologisme, né de l'association de « ferro », par assimilation à « ferroviaire », et du grec « pathos », signifiant la passion brute.

Certains ferrovipathes se définissent avec humour comme « malades de train »[réf. souhaitée], par assimilation à la terminaison « pathie », venant de la même racine grecque, associée à la notion de souffrance. Cette idée de souffrance, ou d'affection médicale, n'est pas toujours appréciée par certains[réf. souhaitée], qui préfèrent se définir plus simplement comme « amateurs de trains » ou « amateurs de chemins de fer ».

Des appellations synonymes existent : comme celle de « ferroviphile » (de « ferro », par assimilation à « ferroviaire », et du grec « philia » : « amour de »), ou celui plus construit de « sidérodromophiles » (du grec « sidero » : « fer », « drome » : « chemin », et « philia » : « amour de »), bien que ce dernier terme soit déjà employé pour désigner une paraphilie[2].

Le terme de « trainspotter », qui vient de l'anglais britannique, et particulièrement du terme de « spotter » (désignant un passionné d'avions) est parfois utilisé, tout comme celui de « railfan », venant de l'anglais américain. Au Royaume-Uni, les trainspotter sont parfois surnommés « anorak » du fait de leur prédilection à porter un gros manteau destiné à supporter plusieurs heures de présence sur un quai de gare[3]. Les employés des chemins de fer d'Amérique du nord utilisent le terme péjoratif de « foamer[4] » (de l'anglais « foam » : « mousse ») ; les amateurs de chemins de fer étant ici dépeints de manière caricaturale comme ayant la bouche écumante d'impatience alors qu'ils attendent les trains[5].

Activités des ferrovipathes[modifier | modifier le code]

Rassemblement d'amateurs de trains à vapeur sur le chemin de fer de la baie de Somme

Observation et exploration[modifier | modifier le code]

L'observation et l'exploration concernent aussi bien les voies ferrées en activité que celles qui ne voient plus passer de trains depuis longtemps. Cette activité est multiple :

  • observation des mouvements (correspondant à l'appellation anglaise de Trainspotting[3]) ;
  • observation d'un type de matériel particulier  ;
  • recherche de traces d'un chemin de fer disparu ;
  • exploration urbaine, à vocation ferroviaire ;
  • accompagnement d'un train, en cabine de conduite ;
  • etc.

Cette volonté d'exploration peut amener certains amateurs à prévoir des séjours complets uniquement pour observer un type de train ou une région ferroviaire. Ces amateurs sont appelés bashers en anglais.

Photographie ferroviaire[modifier | modifier le code]

Photographes ferroviaires attendant un train spécial en Belgique

La photographie ferroviaire est l'activité ferrovipathe la plus fréquemment rencontrée avec l'observation et l'exploration, qu'elle complète efficacement. La photographie ferroviaire est principalement pratiquée à titre de documentation. Sa pratique dépend de la politique du pays où se situe le train ou l'installation ferroviaire à photographier, ainsi que des réglementations de la société exploitante ; chaque pays a donc sa propre régulation en la matière[6].

En France, la photographie ferroviaire reste autorisée en dehors des emprises ferroviaires[7]. À l'intérieur de celles-ci, la photographie est théoriquement interdite[8], du fait de la présente activité du Plan Vigipirate.

Recherche de documentation et collectage[modifier | modifier le code]

La recherche de documentation, dans le but de compléter le savoir concernant certains trains ou certaines régions ferroviaires est l'activité de certains ferrovipathes. Les recherches peuvent porter sur bien des aspects, comme les infrastructures ferroviaires, les accidents ferroviaires, certains types de locomotives, etc.

Collection et restauration de matériels ferroviaires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Patrimoine ferroviaire.

Cette branche de la passion ferroviaire est souvent la plus spectaculaire et la plus visible. Elle consiste à préserver le patrimoine ferroviaire, par le biais de collection de pièces (plaques d'immatriculation, pièces mécaniques, objets de décoration...), la restauration d'un bâtiment[9], la conservation de matériels[10], ou, plus impressionnant, la remise en état d'une locomotive ou l'exploitation d'un chemin de fer touristique.

Modélisme ferroviaire[modifier | modifier le code]

Modélistes ferroviaires à vapeur vive aux États-Unis
Article détaillé : Modélisme ferroviaire.

Le modélisme ferroviaire consiste à reproduire, par le biais de modèles et de maquettes, les trains et le monde ferroviaire. De nombreux modélistes ferroviaires sont des ferrovipathes, s'adonnant notamment à la photographie et à la recherche de documentation afin de se rapprocher au plus près des modèles qu'ils reproduisent.

La collection de modèles réduits ferroviaires est souvent appelée « ferrovipathie », mais les modélistes ferroviaires préfèrent se faire appeler « ferromodélistes ».

Tourisme ferroviaire[modifier | modifier le code]

Le tourisme ferroviaire consiste à visiter des lieux grâce au chemin de fer, que ce soit pour la qualité paysagère ou historique de la ligne, la réputation du trajet ou par ce que le voyage se fait en train touristique, fonctionnant avec du matériel issu du patrimoine ferroviaire. Pour mener l’expérience à son summum, certains ferrovipathes vont jusqu'à endosser l'uniforme d'un contrôleur de billets[11].

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Le train est très présent dans la culture, notamment au cinéma, en littérature ou en bande dessinée (BD). L'action de nombreuses histoires se passe dans des trains, et parfois ce sont les trains qui motivent l'écriture d'une œuvre, l'idée de mouvement inhérente au train inspirant les artistes en tous genres. Ainsi, Jules Verne, qui avait fait de la modernité et de la technique un thème central de son univers a souvent situé les actions de ses romans à bord de trains (Michel Strogoff, Claudius Bombarnac...). En 1913, Blaise Cendrars écrit son plus célèbre poème, La prose du transsibérien et de la petite Jehanne de France, inspiré par la mise en route du Transsibérien quelques années plus tôt (ce long poème de 400 vers a aussi été mis en peinture par Sonia Delaunay). De la même manière, un autre train mythique, l'Orient-Express, a influencé nombre d'écrivains, au premier rang desquels Graham Greene et son Orient-Express et Agatha Christie et son Crime de l'Orient-Express. Les auteurs de BD ne sont pas en reste ; parmi les BDs célèbres plaçant le train au centre de l'histoire, citons Corto Maltese en Sibérie d'Hugo Pratt, Les passagers du rail de Franquin, Delporte et Jidéhem, et de nombreuses histoires de Lucky Luke, de Morris et des Tuniques Bleues, de Lambil et Cauvin. Ces œuvres prouvent la passion des artistes pour le train. Il existe aussi des amoureux de trains qui suivent les itinéraires ferroviaires de ces héros imaginaires.

  • Trainspotting, roman de Irvine Welsh tient son nom d'une scène du livre, montrant les activités d'un ferrovipathe. Cette scène n'a pas été reprise dans le film tiré du roman.
  • L'écrivain américain Paul Theroux, passionné de trains[12], a écrit plusieurs récits de voyages ferroviaires : The Great Railway Bazaar (1975) (Railway Bazar) ; The old Patagonian Express : By train through the Americas (1979) (Patagonie express) ; The kingdom by the sea (1986) (Voyage excentrique et ferroviaire autour du Royaume-Uni) ; Riding the Iron Rooster (1988) (La Chine à petite vapeur) ; The Pillars of Hercules (1995) (Les Colonnes d'Hercule : Voyage autour de la Méditerranée) ; Dark Star safari : Overland from Cairo to Cape Town (2003) (Safari noir : Du Caire au Cap à travers les terres) ; Ghost train to the Eastern Star : On the tracks of the Great Railway Bazaar (2008) ; The Last Train to Zona Verde : Overland from Cape Town to Angola (2013).
  • Dictionnaire amoureux des trains, de Jean des Cars (Plon, 2006), emmène le lecteur autour du monde, et propose de nombreuses anecdotes littéraires et cinématographiques à propos du train. Cet écrivain a par ailleurs écrit sur d'autres trains célèbres à travers une demi-douzaine d'ouvrages.

Célébrités passionnées de trains[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Modéliste ferroviaire.

Revues spécialisées[modifier | modifier le code]

Plusieurs revues existent, spécialisées sur les sujets ferroviaires réels ou miniatures, dont, en France :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopædia Universalis, « Définition de ferrovipathe - Encyclopædia Universalis », sur www.universalis.fr (consulté le 23 avril 2018)
  2. Claude Leroy, Gabrielle Chamarat, Feuilles de rail: les littératures du chemin de fer, Paris-Méditerranée, 2006 (ISBN 9782842722463), p. 258 [lire en ligne]
  3. a et b Hugues Serraf, « « Trainspotters » : la vie duraille des ferrovipathes anglais », Slate.fr, (consulté le 31 mai 2013)
  4. Model railroad Hobbyist n°98, Avril 2018, page 137
  5. (en-US) « Urban Dictionary: Foamer », sur Urban Dictionary (consulté le 25 avril 2018)
  6. Voir le site de Pierre-Noël Rietsch, qui recense les pratiques et réglementations concernant la photo ferroviaire pour chaque pays.
  7. Voir la réponse sur le forum de la SNCF.
  8. L'absence de réponse, sur le forum de la SNCF ne permet pas d'apporter une réponse claire.
  9. Liste des gares inventoriées en France
  10. Liste des matériels ferroviaires inventoriés en France
  11. Fan de la SNCF, il jouait les contrôleurs
  12. (en-GB) « Travel special 2014: Novelist Paul Theroux discusses the joys of », The Independent,‎ (lire en ligne)
  13. Nick McGrath, « Dan Aykroyd's Travelling Life », The Telegraph (UK) (consulté le 30 janvier 2017)
  14. « Answers for young people - Tim Berners-Lee », World Wide Web Consortium (consulté le 28 mai 2009)
  15. « “Amtrak Joe” Biden Gets His Own Train Station - Political Punch », (consulté le 12 juillet 2018)
  16. Décrit par Barack Obama comme « le premier fan de trains des USA ». « Obama feels the need for speed », Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  17. Turner Publishing, Lionel Trains: A Pictorial History of Trains and Their Collectors, Turner Publishing Company, (ISBN 1-56311-958-7), p. 19
  18. « Discover Madison and Amqui Station » (consulté le 14 mars 2007)
  19. « The Online Internet Site for Information on Dr. Demento music, songs, lyrics and chat. » (consulté le 14 mars 2007)
  20. (en) Frank Thomas et Ollie Johnston, The Disney Villain, p. 98.
  21. « « J'ai rencontré mon scénariste à Landerneau ! » », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne)
  22. Victor Isaacs, More famous timetable collectors, , 7 p. (lire en ligne).
  23. « A Legend In Our Own Time » [archive du ] (consulté le 14 mars 2007)
  24. (en) « Sultan Ibrahim Almarhum Sultan Iskandar, a ruler revered by the rakyat », sur www.thesundaily.my (consulté le 12 juillet 2018)
  25. Tony Judt, « In Love with Trains », The New York Review of Books,‎ (lire en ligne)
  26. « Train car Obama said to be using has long presidential pedigree », Baltimore Sun,‎ (lire en ligne) :

    « Harry S. Truman was another rail fan president, who often liked to climb into the locomotive cab and hold the throttle, pull the whistle cord for grade crossings, all the while keeping the speedometer at a steady 80 mph. »

    Le modèle {{dead link}} doit être remplacé par {{lien brisé}} selon la syntaxe suivante :
    {{ lien brisé | url = http://example.com | titre = Un exemple }} (syntaxe de base)
    Le paramètre url est obligatoire, titre facultatif.
    Le modèle {{lien brisé}} est compatible avec {{lien web}} : il suffit de remplacer l’un par l’autre.

  27. Tim Omarzu, « Lasseter's locomotive », Sonoma Valley Sun,‎ (lire en ligne)
  28. (en-GB) « Culture », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne)
  29. Alexandre Zelkine, La Degulbeef & Cradding Railroad - Histoire et construction d'un réseau miniature minier et forestier, éditions LR Presse, 2015.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]