Ferrat chante Aragon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ferrat chante Aragon
Album de Jean Ferrat
Sortie novembre 1971
Enregistré juin 1971 au studio Barclay, Paris (France)
Label Barclay
Classement Drapeau de la France France no 1[1]

Albums de Jean Ferrat

Ferrat chante Aragon est un album compilatoire de Jean Ferrat sorti chez Barclay en 1971, qui regroupe ses mises en musiques des poèmes de Louis Aragon, enregistrées sur divers albums entre 1963 et 1969. Ferrat enregistre pour l'occasion « Robert le diable » (créé au disque par sa compagne Christine Sèvres en 1968) et crée la chanson « Le Malheur d'aimer ».

Il ne reprend pas « Aimer à perdre la raison » et « Les Lilas », présents sur ses deux précédents albums.

Titres[modifier | modifier le code]

Textes de Louis Aragon. Musiques de Jean Ferrat.

Jean Ferrat renomme certains poèmes. Les titres et incipits originaux sont donnés entre parenthèses quand il y a lieu.

No Titre Durée
1. Un jour, un jour
2. Le Malheur d'aimer
3. Les Poètes
4. Nous dormirons ensemble
5. C'est si peu dire que je t'aime
6. J'entends, j'entends
7. Que serais-je sans toi (Prose du bonheur et d'Elsa)
8. Robert le Diable
9. Au bout de mon âge
10. Heureux celui qui meurt d'aimer

Crédits[modifier | modifier le code]

Réenregistrement[modifier | modifier le code]

L'album est réenregistré par Jean Ferrat (comme la quasi intégralité des chansons enregistrées précédemment sous les labels Decca et Barclay), avec des nouvelles orchestrations d'Alain Goraguer en 1979, sous le label indépendante Temey (créé en 1968 par Gérard Meys et Jean Ferrat). à cette occasion la chanson aimer à perdre la raison, absente de l'édition de 1971, sort sous une nouvelle orchestration. La voix de Jean Ferrat n'est guère différente de celle de 1971, mais plus suave, et les chansons semblent plus modernes, le rythme de la nouvelle orchestration semblant plus efficace, et les chansons, vues sous un regard neuf, semblent plus inscrites et adaptées pour le public des années 1980[interprétation personnelle],[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]