Ferragosto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ferragosto
En Italie, Ferragosto est synonyme de repos sur la plage (Sicile, Isola Bella)
En Italie, Ferragosto est synonyme de repos sur la plage (Sicile, Isola Bella)

Nom officiel Ferragosto
Observé par Italie
Type Fête populaire
Commence 15 août
Célébrations Vacances à la plage
Lié à Assomption de Marie

Ferragosto est une fête italienne qui a lieu le 15 août, le jour de l'Assomption de Marie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans la Rome antique[modifier | modifier le code]

Mât de cocagne sur la plage à l'occasion de Ferragosto.

Le terme Ferragosto dérive de la locution latine Feriae Augusti (repos d'Auguste) qui indique une fête instaurée par l'empereur Auguste en 18 av. J.-C. qui s'ajoutait aux fêtes romaines préexistantes et se déroulant aussi au mois d'août, comme les Vinalia ou les Consualia, pour célébrer les récoltes et la fin des principaux travaux agricoles. L'antique Ferragosto, outre son dessein évident d'auto-promotion politique, avait pour but de lier entre elles les principales fêtes d'août pour ainsi créer une période de repos adéquate, nécessaire après les grandes fatigues des semaines précédentes.

Pendant les festivités, des courses de chevaux étaient organisées à travers tout l'empire et même les animaux de trait (bœufs, ânes et mules) étaient dispensés de travail et décorés avec des guirlandes de fleurs. Ces traditions antiques refont surface actuellement, presque inchangées, pendant le Palio de Sienne, par exemple. La même appellation (palio) dérive du pallium, le drap d'étoffe précieuse qui servait de premier prix pour les vainqueurs des courses de chevaux dans la Rome antique[1]. Pour l'occasion, les travailleurs transmettaient leurs meilleurs vœux aux patrons, récoltant en échange d'un pourboire : cette pratique devint même obligatoire pendant la Renaissance dans les États pontificaux[2].

Époque fasciste[modifier | modifier le code]

La tradition populaire de l'excursion de Ferragosto naquit durant la double décennie fasciste. À partir de la seconde moitié des années 1920, pendant la période de Ferragosto, le régime organisa, par le biais des associations de l'Œuvre nationale du temps libre des différentes corporations, des centaines de « tours populaires » grâce à la création des « trains populaires de Ferragosto ». Ces trains permettaient aux citoyens de s'évader pour quelque temps pour des prix modiques[3].

L'initiative offrait la possibilité aux classes sociales, moins aisées, de visiter les villes, les montagnes ou les stations balnéaires un peu partout en Italie. L'offre se limitait aux 13, 14 et 15 août et se divisait en deux formules : la première, « l'escapade d'un jour », pour une destination dans un rayon d'environ 50 à 100 km, et la seconde, le « tour en 3 jours » dans un rayon de 100 à 200 km[4].

Ce fut pendant ces tours populaires que la majorité des familles italiennes eut pour la première fois la possibilité de se rendre sur les plages, les montagnes et les grands centres artistiques. Néanmoins, puisque ces voyages organisés n'incluaient pas les repas, on assista également à la naissance d'une tradition connexe, celle des panier-repas.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

  • En Lombardie et au Piémont, jusqu'aux premières décennies du XXe siècle, il était d'usage de « donner le ferragosto » (en lombard dà el faravóst), ce qui consistait, pour les employeurs, à donner de l'argent ou des victuailles en cadeaux aux ouvriers de façon que les familles puissent passer Ferragosto dans l'allégresse. Dans les chantiers de construction, vers la fin de juillet, les charpentiers avaient pour habitude de fixer une grande branche d'arbre au sommet des charpentes, appelée pianta del faravóst, qui servait à rappeler à l'entrepreneur l'imminence de Ferragosto, et donc des dons en argent qu'il devait faire[5].
  • À Turin, jusqu'au milieu du XXe siècle, de nombreuses personnes se rendaient sur la rive du pour manger au restaurant ou pour pique-niquer près de l'église de la Madonna del Pilone. Cette coutume était appelée Festa del pignate a la Madona dél Pilòn, c'est-à-dire « Fête des casseroles à la Madonna del Pilone »[6].
  • À Porto Santo Stefano, le Palio dell'Argentario, course de bateaux aux origines antiques, se déroule le jour de Ferragosto.
  • À Montereale, dans le pré adjacent à l'abbaye de la Madonna in Pantanis, une compétition de poésie se tient le jour de Ferragosto[7].
  • La smorfia napoletana attribue à Ferragosto le numéro 45.

Cuisine[modifier | modifier le code]

« À Ferragosto, on mange du pigeon rôti. »

— Proverbe populaire

Le plat traditionnel par excellence pour le dîner de Ferragosto est le pigeon rôti. Cette coutume, qui serait née en Toscane à l'époque carolingienne, était répandue partout en Italie auparavant et subsiste encore dans quelques régions du pays[8].

En Sicile, il est d'usage de préparer pour Ferragosto le typique gelu di muluna, un dessert gélatineux à base de pastèque, décoré avec des feuilles de citron et des fleurs de jasmin[9].

À Rome, le repas traditionnel de Ferragosto est composé de poulet aux poivrons, de fettuccine au foie de porc et de pastèque froide[10]. Dans le massif des Apennins tosco-émiliens, on prépare des petits beignets sucrés à l'anis[11].

Musique[modifier | modifier le code]

  • L'opéra lyrique Pagliacci du compositeur napolitain Ruggero Leoncavallo se déroule le jour de Ferragosto (Oh, che bel sole di mezz'agosto! ; Per la Vergin pia di mezz'agosto!).
  • Notte di ferragosto est une chanson de Gianni Morandi[12]

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • Un sacco bello, film italien sorti en 1980, réalisé et interprété par Carlo Verdone avec comme toile de fond une Rome ensoleillée et déserte pendant la période de Ferragosto.

Ferragosto en littérature[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Lodovico Antonio Muratori, Dissertazioni sopra le antichità italiane, t. II, Rome, Barbiellini, , p. 32.
  2. (it) Gaetano Moroni, Dictionnaire d'érudition historio-ecclésiastique, vol. XXIII, Venise, Typographie émilienne, , p. 155.
  3. (it) Michele Ventrella, Gite fuori porta a Ferragosto, Corriere del Mezzogiorno Consulté le 14 août 2012.
  4. (it) Alberto De Bernardi, Una dittatura moderna: il fascismo come problema storico, Milan, Paravia, .
  5. (it) Francesco Cherubini, Vocabolario milanese-italiano, Milan, Imperial Regia Stamperia, .
  6. (it) « Vecchie, care consuetudini... », La Stampa,‎ , p. 4.
  7. (it) Roberta Tucci, I "suoni" della campagna romana, Rubettino, Soveria Mannelli, .
  8. (it) Attilio Zuccagni-Orlandini, « Corografia fisica, storica e statistica dell'Italia e delle sue isole », sur Presso gli Editori, Florence, .
  9. (it) Annalisa Barbagli, La cucina di casa del Gambero Rosso, GRH, Gambero Rosso, .
  10. (it) Alberto Sordi, E a Ferragosto mangiate con me ... se ce la fate, .
  11. (it) AAVV, L'Italia dei dolci, Milan, Touring Club Editore, , p. 82-85.
  12. (it) « Notte di Ferragosto », sur wikitesti.com