Fernand de Montessus de Ballore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fernand de Montessus de Ballore
Image dans Infobox.
Fernand de Montessus de Ballore.
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
SantiagoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Fratrie
Autres informations
Grade militaire

Le comte Fernand de Montessus de Ballore[1] (Dompierre-sous-Sanvignes, 19 juin 1851[2] - Santiago (Chili), 31 janvier 1923[3]) est un sismologue et géologue français[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

De vieille noblesse française, sa famille a une tradition militaire importante, de nombreux ancêtres ayant été chevaliers de Malte[5]. Mais surtout, sa famille a aussi une riche tradition scientifique. Son grand-père par exemple n'est autre que Philibert Commerson[6]. Son frère, Robert, est un mathématicien.

Fernand de Montessus suit donc les traditions familiales et fait ses études à l'École polytechnique (X1871), d'où il sort officier d'artillerie. Il fréquente aussi le Cadre noir.

Carrière de sismologue[modifier | modifier le code]

Il commence à s'intéresser à la géologie durant son séjour à Clermont-Ferrand. De 1881 à 1885, il est chef de la mission militaire française envoyée au Salvador. Durant son séjour en Amérique centrale, il fait ses premières recherches concernant les tremblements de terre (il adresse ses premières communications à l'académie des sciences en 1884) et s'intéresse aussi à l'archéologie. De retour en France en 1885, il est de 1887 à 1892 directeur des études à l’École polytechnique. Il continue à accomplir son travail minutieux de classification des tremblements de terre et jette les basses d'une nouvelle science : la géographie sismologique.

En 1906, il quitte l'armée avec le grade de commandant. En 1907, un an après le meurtrier tremblement de terre de Valparaiso, il est appelé pour prendre la direction du Service des tremblements de terre Chilien à Santiago. Sous sa direction, les observations sismologiques au Chili deviennent nombreuses. Il parcourt le Chili et implante des stations sismiques à Copiapo, Tacna, Osorno, Punta Arenas et sur l'île de Pâques.

Il demeure très actif dans le domaine scientifique jusqu'à sa mort en 1923.

Au cours de sa carrière, il a délimité les zones sismiques du globe. Il s'est également intéressé à l'effet des séismes sur les constructions, ce qui l'a mené à aborder l'archéologie, et la construction parasismique[7].

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'art de bâtir dans les pays à tremblements de terre : causerie (Extrait de L'architecture, journal de la Société centrale des architectes français), C. Schmid (Paris), 1906, Texte en ligne disponible sur IRIS

Hommages[modifier | modifier le code]

  • le CNRS-INSU, l'Institut de physique du globe de Paris, l’École normale supérieure et l'Université du Chili se sont associées fin 2006 (année centenaire du tremblement de terre de Valparaiso) pour créer le laboratoire Montessus de Ballore.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les prénoms présents sur l'acte de naissance sont les suivants (l'orthographe reportée est celle de l'acte) : Raoul Fernand Lazard Philippe
  2. (es) Guillermo Feliú Cruz, Fernando Montessus de Ballore, Santiago, Bibliografos Chilenos, (lire en ligne)
  3. Alfred Angot, « F. de Montessus de Ballore », Annales de Géographie, vol. 32, no 178,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Hervé Le Ferrand et Martine Le Ferrand, « Deux frères scientifiques de renom : Fernand et Robert de Montessus de Ballore », Bulletin de la Sabix. Société des amis de la Bibliothèque et de l'Histoire de l'École polytechnique,‎ , p. 49-62 (ISSN 0989-3059, lire en ligne, consulté le )
  5. C. B. Hammond C. B. (1912). Comte de Montessus de Ballore. Bull. Seismo. Soc. Am., 2, p. 217-223.
  6. Hobbs W. H. (1924). de Montessus de Ballore. Bull. Seismo. Soc. Am., 14, p. 177-180.
  7. Jean-Georges Kirchheimer, « Montessus de Ballore (Fernand de, comte) 1851-1923 », dans Numa Broc, Jean-Georges Kirchheimer et Pascal Rivale, Dictionnaire des explorateurs et grand voyageurs français du XIXe siècle, t. III Amérique, Paris, CTHS, , 360 p. (ISBN 2-7355-0391-7 et 9782735503919, OCLC 41492766, BNF 37037821), p. 228-229

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]