Fernand Schreurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fernand Schreurs (Liège le 26 juillet 1900 - idem le 11 décembre 1970) est un homme politique belge d'expression française et militant wallon.

Docteur en Droit de l'Université de Liège, il fut l'une des personnalités centrales du Mouvement wallon. Personnalité libérale liégeoise, il fut notamment secrétaire du Congrès national wallon de 1945, y déposant un long rapport sur la question wallonne dont l'analyse fit l'unanimité.

Il participa à la Résistance, défendant comme avocat les résistants traduits devant les Tribunaux de guerre allemands. Il est à l'origine de la section liégeoise de Wallonie libre en 1941 et relança l'important organisme que fut le Conseil économique wallon, avec Englebert Renier.

On pense que c'est chez lui que se réunirent en 1950 les futurs membres du Gouvernement wallon séparatiste. Il fut également membre actif du Centre Harmel où le Sénat le désigna.

Il joua un rôle tout aussi actif dans l'Accord Schreurs-Couvreur qui porte d'ailleurs son nom.

Il créa également en 1962 le Mouvement libéral wallon, qui s'opposait à l'unitarisme des débuts du PLP. Il a aussi largement contribué au succès du pétitionnement wallon de 1963. Il prit également parti dans la querelle des Fourons. Son rapport de 1945 avait mis l'accent sur une série de traits qui allaient caractériser le déclin wallon comme le déplacement des centres de décision vers Bruxelles, la fermeture de nombreuses entreprises, la disparition des organismes financiers wallons, l'émigration d'usines ou de sociétés vers la Flandre.

Il a été choisi comme un des Cent wallons du siècle, par l'Institut Jules Destrée, en 1995.

En 2012, le Gouvernement wallon décide de lui octroyer, à titre posthume, la distinction de Chevalier du Mérite wallon[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie, liens[modifier | modifier le code]

Une notice lui est consacrée dans l’Encyclopédie du Mouvement wallon, par Paul Delforge: Charleroi, 2001, tome 3, p. 1468-1472.

Liens externes[modifier | modifier le code]