Fernand Rude

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fernand Rude est un historien, né à Lyon le où il est décédé le . Il est surtout connu comme historien de l'histoire locale lyonnaise et des mouvements sociaux qui ont parcouru cette histoire depuis le XVIIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tout jeune, il devient militant communiste mais il va s'en détacher très vite quand il est confronté au sectarisme de ses dirigeants. Il fait cependant plusieurs voyages en URSS où il étudie l'histoire et fait des traductions. Dès son retour en France en 1936, il rejoint les socialistes de la SFIO et apporte son soutien aux républicains espagnols, en particulier avec la mouvance libertaire de la gauche espagnole.

Il se lancera rapidement dans la Résistance (sous le pseudonyme de Pierre Froment) et participera aux combats du Vercors. À la Libération, il sera successivement sous-préfet de Vienne et responsable des Beaux-Arts à la préfecture du Rhône[Note 1].

L'historien[modifier | modifier le code]

Plaque rendant hommage à Fernand Rude, quai Saint-Vincent à Lyon.

Sur le plan historique, il est considéré comme l'un des spécialistes des révoltes des ouvriers tisseurs de Lyon dont il a tracé dans ses écrits le déroulement historique des événements mais aussi les conditions qui en ont permis l'émergence et leur impact sur la mentalité lyonnaise. En 1984, il participe à la grande exposition de la bibliothèque de la ville de Lyon pour fêter le cent cinquantième anniversaire des insurrections canuses.

Il dirige également la parution d'une partie importante de l'histoire ouvrière lyonnaise avec les Éditions d’Histoire Sociale, une réimpression complète de L’Écho de la Fabrique, archive du journal des ateliers et des ouvriers en soie de Lyon dans la période 1831-1834, paru aux éditions EDHIS en 1970.

Outre ses travaux d'historien lyonnais, il a aussi écrit de nombreux textes sur ses séjours en URSS, la Résistance et la Libération, le saint-simonisme et le fouriérisme et le syndicalisme.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La révolution de 1848 dans le département de l’Isère, éditions Allier, 1949
  • Allons en Icarie, éditions PUF, 1952
  • Introduction à la Révolution française d’Antoine Barnave, 1790, 1960, réédition Armand Colin, 1971
  • Stendhal et la pensée sociale de son temps, Plon, 1967
  • Le mouvement ouvrier à Lyon de 1827 à 1832, éditions Anthropos, 1969
  • Aloysius Bertrand, éditions Seghers, 1971
  • Libération de Lyon et de sa région, éditions Hachette, 1974
  • Les Canuts en 1789 : Doléances des maîtres-ouvriers fabricants en étoffe d’or, d’argent et de soie de la ville de Lyon, éditions Fédérop, 1976
  • C’est nous les Canuts, éditions Maspéro, 1977
  • Les révoltes des Canuts 1831-1834, éditions Maspéro, 1982

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il habitait alors la célèbre villa de Tony Garnier, sur le quai Sédallian, dans le quartier de Saint-Rambert-l'Île-Barbe.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Documents[modifier | modifier le code]

  • « Fonds Rude », Bibliothèque de la Part-dieu à Lyon, 1727 dossiers contenant pièces manuscrites, journaux, photos et opuscules.
  • Textes de Michel Bakounine (pour le centenaire de la Commune de Paris) : De la guerre à la Commune, Anthropos, 1972 et Le Socialisme libertaire, Denoël-Gonthier, 1973.