Fernand Pelez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pelez.

Ferdinand Emmanuel Pelez de Cordoba d'Aguilar, dit Fernand Pelez, né le à Paris, mort dans la même ville le , est un peintre français, d'abord académique, puis naturaliste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de l'illustrateur Raymond Pelez[1], neveu du peintre Fernand Pelez de Cordova et frère du peintre Raymond Pelez dit Chalumeau[2], il est initié à la peinture dès son jeune âge par son père. Il étudie auprès de Félix-Joseph Barrias, d'Alexandre Cabanel et d'Adolphe Yvon à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Il est nommé professeur de dessin dans une école de la Ville de Paris. Il habite à cette époque au no 15 rue de la Tour-d'Auvergne à Paris. Plus tard, son atelier sera au no 62 boulevard de Clichy. Il débute au Salon de 1866. De cette première époque datent des peintures d'histoire comme La Mort de l’empereur Commode (musée des beaux-arts de Béziers) et Adam et Ève (Moulins, musée Anne-de-Beaujeu).

À partir de 1880, sous l'influence des tableaux du peintre naturaliste Jules Bastien-Lepage, il délaisse les sujets historiques pour se tourner vers la représentation des classes populaires et se livrer à une réflexion sur la condition humaine. Ses « enfants mendiants » s'inscrivent dans une forme d'esthétique espagnole héritée de Murillo.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Adam et Ève (1876), Moulins, musée Anne-de-Beaujeu.
Le Petit Marchand de violettes (v. 1885), Paris, Petit Palais.

Salons[modifier | modifier le code]

  • 1875 : Les Tireurs d'arc.
  • 1876 : Adam et Ève.
  • 1880 : Au Lavoir.
  • Salon des artistes français :
    • 1884 : Sans Asile ou les Expulsés ;
    • 1885 : La Misère à l'opéra ;
    • 1886 : La Victime.

Récompenses et honneurs[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Exposition universelle de 1889 : Sans asile ou les Expulsés.
  • du 24 septembre 2009 au 17 janvier 2010 : Paris, Petit Palais, Fernand Pelez (1848-1913), la parade des humbles.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, t. 10, Paris, Gründ, 1999, p. 698.
  • Gérald Schurr, Les Petits Maîtres de la peinture (1820-1920), Valeur de demain, Paris, Les Éditions de l’Amateur, 1982, t. II, p. 85, et t. VII, p. 131-132.
  • Émile Bellier de La Chavignerie et Louis Auvray, Dictionnaire général des artistes de l’école française depuis les origines jusqu’à nos jours, 3 vol., Paris, Librairie Renouard, 1882-1885.
  • André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre, peintres, sculpteurs, graveurs, dessinateurs, illustrateurs, plasticiens, au XIXe et XXe siècles, Paris, Éditions André Roussard, 1999.
  • Collectif, Fernand Pelez, la parade des humbles, [catalogue de l’exposition présentée au Petit Palais à Paris du 24 septembre 2009 au 17 janvier 2010], Éditions Paris Musées, 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :