Fernand Kolney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fernand Kolney
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Mouvement

Fernand Kolney (1868-1930), pseudonyme de Fernand Pochon de Colnet, est un homme de lettres français proche du mouvement libertaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le frère d'Eugénie Pochon, épouse de Laurent Tailhade.

Néomalthusien, en 1908, il est parmi les fondateurs avec Eugène Humbert, Sébastien Faure, Victor Méric et Gabriel Giroud, de la revue Génération consciente[1].

Romancier polémiste, il est également spécialiste de la littérature libertine des XVIIe et XVIIIe siècles.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Contes Bibliques, mentionné en 1904, publication incertaine.
  • Le Salon de Madame Truphot, Roman (1904) [lire en ligne]
  • L'Androphobe, annoncé en 1904, publication incertaine.
  • Les Aubes Mauvaises, Roman (1905) [lire en ligne]
  • L'amour dans 5000 ans, Roman (vers 1905 révisé en 1928) [lire en ligne]
  • La Bacchante des Noires Ivresses, annoncé en 1905, publication incertaine.
  • La grève des ventres (1907)
  • Le Crime d'engendrer... (1909)
  • La société mourante et le néo-malthusisme (1911)
  • L'affranchie, Roman (1920)
  • Laurent Tailhade : son œuvre, étude critique, document pour l'histoire de la littérature française (1922) [lire en ligne]
  • L'Institut de Volupté, roman (1926)
  • Les plus belles nuits d'amour de Casanova (1927)
  • Les plus belles nuits d'amour au temps du Bien-aimé... (1928)
  • Marianne à la curée, Roman de mœurs politiques (1928)
  • L'"Honnète" Poincaré ou le Banqueroutier des quatre cinquièmes (1929)
  • Les Plus beaux contes de Jean de La Fontaine, transposés en prose ... (1930)
  • Les Amours du Beau Chevalier de Biron, l'Emule de Casanova (1931)
  • La Citoyenne Guillotine, Roman d'un aventurier sous la Révolution (1932)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]