Fernand Grenier (géographe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fernand Grenier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (94 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaines

Fernand Grenier est un géographe, historien et professeur né en 1927 à East Broughton.

Études[modifier | modifier le code]

Fernand Grenier a obtenu un baccalauréat ès arts du Petit Séminaire de Québec en 1948, avant de compléter un baccalauréat en philosophie à l'Université Laval en 1948, ainsi qu'une licence ès lettres, histoire et géographie en 1950 et un diplôme d'études supérieures en histoire en 1952. Il part ensuite vers la France pour étudier à Paris à La Sorbonne, où il obtient en 1955 un doctorat et un diplôme d'études supérieures en géographie.

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Fernand Grenier a été professeur de 1950 à 1953 puis de 1955 à 1959 au Séminaire de Québec et jusqu'en 1977 à la Faculté des arts de l'Université Laval[1]. De 1961 à 1967, il y est également directeur de l'Institut de géographie et il devient doyen de la faculté des lettres, fonction qu'il occupe de 1967 à 1973.

Premier directeur général de la TELUQ, il tient ce rôle de 1973 à 1980[2]. Il devient ensuite directeur général des Presses de l'Université du Québec et du magazine Québec Science de 1983 à 1987.

Implication au sein de la société Québécoise[modifier | modifier le code]

En plus de sa carrière universitaire, Fernand Grenier a été très impliqué et reconnu pour ses nombreuses initiatives et collaborations. Il a entre autres fondé, en 1956 avec Louis-Edmond Hamelin, Les cahiers de géographie du Québec[3].

Honneurs, prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix Raymond-Casgrain (1952)
  • Boursier du Gouvernement canadien et du Gouvernement français (1953-1955)
  • Socio de Radio Emisoras de Siglo XX, Potosi, Bolivia (1960)
  • Membre à vie du Geography Club de l’Université de Toronto (1964)
  • Membre à vie de la Société de géographie de Québec (1977)
  • Docteur honoris causa de l’Université Athabasca, Edmonton (1979)
  • Membre de l’Ordre de la Fleur (1980)
  • Certificat de mérite de la Fédération canadienne des Sciences sociales (1990)
  • Membre honoraire de l’Association des cadres de la Télé-université (1990)
  • Prix de l’Association canadienne des géographes pour services rendus à la profession de géographie (1993)
  • Médaillé à titre de géographe émérite à l’occasion du cinquantenaire de l’enseignement de la géographie, Université Laval (1998)[4]
  • Médaille d’or du Rayonnement culturel au titre des Lettres françaises et de la Géographie (La Renaissance française, Paris, 1999)
  • Officier de l’Ordre du Canada (1999)
  • Doctorat honoris causa, Université du Québec (2013)[5]

En 2016 est créée une bourse Fernand Grenier en géographie humaine à l'université Laval[6]. Officier de l'ordre national du Québec, juin 2019

Publications[modifier | modifier le code]

  • Gai lon la, Québec, Presses de l'Université Laval, , 96 p.
  • Publications des Archives du Séminaire de Québec, vol. I : Papiers Contrecoeur et autres documents concernant le conflit anglo-français sur l’Ohio de 1745 à 1756, Québec, Presses universitaires Laval, , XXXIV[C'est-à-dire ?]-485 p..
  • Michelet. Choix de textes et introduction à son œuvre., Québec, Presses universitaires Laval, , 116 p..
  • 1957 - Tables de classification des cartes et atlas géographiques d’après le système de Boggs et Lewis. Québec, Travaux de l’Institut de géographie de l’Université Laval. 114 pages.
  • 1958 - Développement et coopération technique. Paris, IRFED, 58 pages.
  • 1962 - Étude préliminaire à la révision de la carte électorale de la province de Québec. 52 pages. Cartes en hors-texte. (En collaboration).
  • 1964 - Inventaire toponymique des îles du Saint-Laurent entre Orléans et Anticosti. Québec. Travaux de l’Institut de géographie de l’Université Laval. 138 pages.
  • 1965 - Les noms de lieux de la Beauce. Québec. Travaux de l’Institut de géographie de l’Université Laval. 100 pages et trois cartes hors-texte à l’échelle de 1:50 000.
  • 1967 - Atlas du monde contemporain. Montréal. Éditions du Renouveau pédagogique. 88 planches. Index. En collaboration avec Pierre Gourou et Louis-Edmond Hamelin.
  • 1971 - Le Québec. Cours secondaire et collégial. Collection « Géographie contemporaire – Hamelin-Grenier ». Montréal, E.R.P.I. 81 pages. (En collaboration).
  • 1972 - Le Québec. Collection « Études sur la géographie du Canada-Studies in Canadian Geography ». Toronto. University of Toronto Press. 110 pages.
  • 1977 - Atlas Québec-Canada. Montréal, Éditions du Renouveau pédagogique. 24 planches. En collaboration avec Louis-Edmond Hamelin.
  • 1978 - Nouvel atlas du monde contemporain. Montréal, Éditions du Renouveau pédagogique. 97 planches.
  • 1979 - Géographie physique. Toronto, Macmillan. (Adaptation et traduction de Physical Geography de Smythe et al.). 340 pages.
  • 1980 - Nouvel Atlas Québec-Canada. Montréal, Éditions du Renouveau pédagogique. 40 planches.
  • 1982 - Le Canada dans le monde. Ottawa et Québec, Fondation d’études du Canada. 91 pages. 27 cm. Ouvrage illustré de 18 tableaux originaux de Rémi Clark.
  • 1994 - Noms et lieux du Québec. Dictionnaire illustré. Collectif.
  • 2000 - The Macmillan School Atlas. Traduction et adaptation. En collaboration avec Nilma Saint-Gelais. Montréal, Guérin.
  • 2006 - Jean-Baptiste Trudeau : Voyage sur le Haut-Missouri (1794-1796). Québec, Septentrion, 247 pages. En collaboration avec Nilma Saint-Gelais. Édition en français moderne[7]
  • 2006 - Jean-Baptiste Trudeau sur le haut Missouri (1794-1796). Édition comparée et annotée des versions originales connues du Journal de voyage et de la Description du haut Missouri, Québec, Septentrion, 2006. Collection V. Bibliographie, lexique, 171 pages. Publication sur cédérom. Grand format des pages.
  • 2012 - Journaux de/The Journals of Pierre-Louis de Lorimier, 1777-1795. En collaboration avec Linda Clark Nash. Québec et Montréal, Septentrion et Baraka Books, 205 pages. Édition bilingue[8]

Articles[modifier | modifier le code]

  • Fernand Grenier, « La vie de l'Institut de géographie », Volume 1, Numéro 1,‎ , p. 105-110 (ISSN 1708-8968, lire en ligne)
  • Fernand Grenier, « L'enseignement de la géographie et la culture générale », Volume 2, numéro 4,‎ , p. 273-276 (ISSN 0007-9766, lire en ligne)
  • Fernand Grenier, « Agriculture et réforme agraire en Bolivie », Volume 9, numéro 17,‎ , p. 25-39 (ISSN 0007-9766, lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]